Aïe! Une tique!

Tique à pattes noires (ou tique du cerf), spécimen adulte (photo de Scott Bauer/Wikimedia Commons)

Tique à pattes noires (ou tique du cerf), spécimen adulte (photo de Scott Bauer/Wikimedia Commons)

August 25, 2015 | by Kailey Setter | 0 Comments

À Conservation de la nature Canada (CNC), le travail sur le terrain fait partie de la routine quotidienne de plusieurs d’entre nous, que ce soit dans le cadre d’événements bénévoles ou d’activités de conservation. Lorsque l’on doit passer du temps à l’extérieur, il est important de bien se renseigner sur les insectes qui peuvent présenter un risque pour la santé et de prendre les précautions nécessaires pour s’en protéger.

La tique fait partie de ces insectes nuisibles qui ont retenu l’attention des médias ces derniers temps. En effet, certaines espèces de tiques peuvent transmettre une bactérie causant la maladie de Lyme, et des études indiquent qu’elles se propagent rapidement au Canada.

La saison des tiques débute habituellement au milieu du printemps et peut se prolonger jusqu’en octobre dans certaines régions du pays. Soyez donc vigilants lorsque vous passez beaucoup de temps à l’extérieur, plus particulièrement si vous êtes dans les régions où la concentration de tiques est élevée. Voici quelques conseils à mettre en pratique si vous envisagez vous promener dans la nature cette saison.

Ayez une bonne connaissance de votre environnement

Sachez quels milieux fréquentent les tiques. Si vous faites de la randonnée, essayez de marcher le plus possible au centre du sentier et si vous devez prendre une pause, asseyez-vous sur une pierre plutôt qu’au sol.

Tique occidentale à pattes noires (photo de W. Lam, U of Alberta, Strickland Museum)

Tique occidentale à pattes noires (photo de W. Lam, U of Alberta, Strickland Museum)

Érigez des barrières protectrices

Portez des chemises à manches longues et des pantalons longs pour protéger votre peau des tiques. Couvrez votre tête d’un chapeau et, le cas échéant, dissimulez-y vos cheveux longs. Si possible, portez des bottes hautes. Comme les tiques vivent généralement près du sol, le fait de rentrer le bas de vos pantalons dans vos chaussettes ou vos bottes vous offrira une protection supplémentaire. Vous devez également veiller à ce que vos vêtements n’offrent aucune ouverture par laquelle les tiques pourraient s’insérer. Porter des vêtements de couleur claire peut vous aider à détecter les tiques plus facilement et vous laisser ainsi le temps de vous en débarrasser avant qu’elles ne s’ancrent à votre peau.

Utilisez des répulsifs

Utilisez des répulsifs à insectes sur les vêtements susceptibles d’entrer en contact avec les herbes et les buissons. Les répulsifs qui contiennent du DEET sont les plus efficaces, mais assurez-vous de bien suivre les directives d’utilisation.

Examinez-vous!

Après avoir passé du temps dans la nature, procédez à un examen complet de votre corps. D’abord, avant d’entrer dans un lieu, examinez vos vêtements puis, une fois à l’intérieur, examinez votre corps pour détecter la présence de tiques. Bien souvent, vous pourrez les détecter avant qu’elles aient eu la chance de se fixer à votre peau. Servez-vous d’un miroir pour observer toutes les parties de votre corps, et plus particulièrement les suivantes :

  • L’intérieur des bras et les aisselles;
  • L’intérieur et le pourtour des oreilles;
  • Le nombril;
  • L’arrière des genoux;
  • Le cuir chevelu et les cheveux;
  • L’intérieur des jambes;
  • La taille.

Si c’est possible, demandez à quelqu’un d’examiner votre tête et votre dos.

Que faire si une tique s’est fixée à votre peau (extrait du site Web Alberta Health) :

Retrait de la tique et analyse

À faire :

  • À l’aide d’une pince à épiler, serrez délicatement la tête et les parties buccales de la tique le plus près possible de votre peau.
  • Tirez délicatement la tique vers le haut, sans mouvement brusque et sans la faire pivoter.

À ne pas faire :

  • Ne pas écraser la tique.
  • Ne pas appliquer d’allumette, de cigarette ou de gelée de pétrole sur la tique, car cela pourrait faire en sorte que la tique infectée rejette la bactérie causant la maladie dans la plaie.

Envoyez la tique pour analyse, afin de savoir si elle était porteuse de la bactérie

Le gouvernement canadien encourage les gens ayant été piqués à faire parvenir les tiques à un laboratoire de santé publique, lorsque possible. Pour savoir où acheminer les spécimens, visitez le site de l’Agence de la santé publique du Canada.

Pour conserver une tique aux fins d’analyse :

  • Placez la tique dans un flacon de comprimés vide et propre ou dans un sac à fermeture double de type « ziploc ». N’ajoutez aucun trou pour l’aération du contenant. Vous pouvez placer plus d’une tique dans le contenant si elles ont été recueillies sur la même personne ou dans le même environnement.
  • Ajoutez dans le contenant un petit morceau de tissu légèrement humecté d’eau pour garder la ou les tiques en vie.
  • Appelez le laboratoire de santé publique ou le vétérinaire avant de vous présenter avec la tique.

Rappel : Veuillez vous assurer que votre trousse de premiers soins contient les accessoires décrits précédemment pour le retrait et la conservation des tiques.

Tique à pattes noires, dite du cerf (photo de CanLyme)

Tique à pattes noires, dite du cerf (photo de CanLyme)

Quelques faits concernant les tiques et la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une infection bactérienne transmise par les tiques. Vous pouvez contracter cette maladie si vous êtes mordu par une tique infectée. Cependant, la plupart des gens qui se font mordre par une tique ne contractent pas la maladie.

Au Canada, deux espèces de tiques transmettent l’infection : la tique à pattes noires (tique du cerf) et la tique occidentale à pattes noires.

La maladie se manifeste d’abord par une éruption cutanée rouge et circulaire autour du site de la morsure, pouvant s’étendre sur une grande surface. Des symptômes semblables à ceux de la grippe sont également courants. Aux premiers stades de la maladie de Lyme, les gens peuvent se sentir très fatigués et souffrir de maux de tête, de douleurs musculaires, de douleurs aux articulations et de fièvre.

Resources

Alberta Health

Ministère de l’Agriculture de la Colombie-Britannique

Fondation canadienne de la maladie de Lyme

Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador

Gouvernement de la Saskatchewan

Gouvernement du Québec

Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard

Manitoba Health

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario

Province de la Nouvelle-Écosse

Agence de la santé publique du Canada

About the Author

Kailey Setter is the conservation engagement program manager for the Alberta Region.

Read more about Kailey Setter.

More by this author »