Le pluvier siffleur (photo de Brendan Toews)

Le pluvier siffleur (photo de Brendan Toews)

Sauver les pluviers siffleurs, à la manière des bénévoles pour la conservation

Qu’est-ce qui est blanc et noir et en voie de disparition partout dans le monde? Si vous avez pensé au petit oiseau indigène de l’Amérique du Nord qu’on appelle le pluvier siffleur, vous avez bien deviné.

Les pluviers siffleurs sont des oiseaux de rivage migrateurs. Ils pèsent de 43 à 63 grammes, et on les reconnaît à leur petit bec orange au bout noir et à leurs pattes orange. Ils comptent sur leur plumage pour survivre, car leur dos, principalement brun-gris, les aide à se camoufler dans les milieux sablonneux. Au Canada, cette espèce vit sur la côte atlantique et dans les zones humides situées dans le nord des grandes plaines et dans la région ouest des Grands Lacs.

Depuis 1985, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) considère le pluvier siffleur comme étant une espèce en voie de disparition. Cette espèce est très vulnérable aux perturbations sur les rivages où elle niche.

Heureusement, grâce aux efforts des bénévoles de Conservation de la nature Canada (CNC), les pluviers siffleurs ont désormais plus d’endroits sécuritaires où se reproduire et prendre soin de leurs petits.

Bénévoles pour la conservation à la rescousse

Avec l’aide d’Études d’oiseaux Canada et des bénévoles pour la conservation, CNC protège l’habitat des pluviers siffleurs partout au Canada afin de leur venir en aide.

Population de la côte Est

En Nouvelle-Écosse, CNC a conservé quatre propriétés dans lesquelles (ou près desquelles) se trouvent des plages où niche le pluvier siffleur. Grâce à des clôtures et à des panneaux installés par CNC, les amateurs de plage savent qu’ils doivent rester à l’écart des nids actifs.

Cette année, CNC organise des activités bénévoles un peu partout au pays pour restaurer des aires de nidification du pluvier siffleur. Le nettoyage des plages, comme celle qui a eu lieu à Johnston’s Pond, en Nouvelle-Écosse (en anglais seulement), vise à retirer les déchets et autres objets qui auraient pu s’échouer sur le rivage et qui risqueraient de nuire à la nidification du pluvier siffleur.

« Ensemble, CNC et ses bénévoles veillent à la protection et à l’intendance de l’habitat du pluvier siffleur, explique Doug van Hemessen, coordonnateur de l’intendance en Nouvelle-Écosse. En acquérant des propriétés et en entretenant les plages où le pluvier niche et se nourrit, nous améliorons les perspectives pour cette espèce ».

Observation du pluvier siffleur, Sandy Point, T.-N.L. (Photo de CNC)

Observation du pluvier siffleur, Sandy Point, T.-N.L. (Photo de CNC)

Population des Prairies

Dans les prairies, les bénévoles effectuent l’inventaire des populations afin de déterminer la présence ou l’absence de cette espèce en voie de disparition.

« C’est merveilleux de voir tant de gens participer aux inventaires organisés par CNC sur le pluvier siffleur partout au Canada. En Alberta, des amateurs d’ornithologie débutants et expérimentés ont uni leurs efforts pour effectuer un inventaire sur les rives du lac Buffalo, se réjouit Kailey Setter, coordonnatrice du programme Bénévoles pour la conservation en Alberta. Les données qu’ils ont aidé à recueillir nous aident à mieux comprendre les populations de pluviers siffleurs et leur distribution. »

La Saskatchewan et l’Alberta débordent d’habitats potentiels pour le pluvier siffleur. Tous les cinq ans, le Recensement international de pluviers siffleurs vise à recueillir des renseignements sur ces oiseaux, dans leurs aires de reproduction et d’hivernage. CNC y collabore en partageant les données collectées par ses bénévoles.

En Saskatchewan, plus particulièrement, CNC a collaboré avec Nature Saskatchewan et d’autres organismes pour réaliser cet inventaire. Afin de rendre sûrs des habitats visiblement propices au pluvier siffleur, CNC a posé des clôtures autour de bassins salins, ajusté le taux de chargement du bétail et retardé le pacage. Ces actions devraient rendre accessible l’habitat requis aux pluviers siffleurs afin que leurs populations se maintiennent ou augmentent pendant la période de reproduction.

L’aide précieuse des bénévoles pour la conservation permet à cet oiseau en voie de disparition d’avoir des lieux sécuritaires où nicher et s’épanouir.

Pluvier siffleur (Photo de Gordon Prince)

Pluvier siffleur (Photo de Gordon Prince)

Oui, vous pouvez aider!

Les efforts de CNC pour protéger l’habitat du pluvier siffleur ont été rendus possibles par le travail acharné des bénévoles pour la conservation. Si vous souhaitez participer à une activité de ce programme, cliquez ici.

Pourquoi le pluvier siffleur est-il en voie de disparition?

Lorsqu’un pluvier siffleur se sent menacé par une autre espèce ou par les humains, il abandonne souvent son nid et ses œufs. Les pluviers siffleurs se reproduisent et nichent sur les plages de sable au printemps et à l’été, période qui correspond aussi à la saison haute pour les amateurs de plage.

De plus, les plages n’ont aucun couvert naturel, ce qui rend les nids (faits de gravier, de cailloux et de morceaux de coquillages) vulnérables aux prédateurs comme le chat féral, le renard et d’autres petits mammifères. L’absence de couvert rend aussi l’espèce vulnérable aux températures extrêmes et aux marées hautes, qui peuvent détruire le fragile habitat de nidification et blesser les petits.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197