Brenda Willy (photo : avec l'aimable autorisation de Brenda Willy)

Brenda Willy (photo : avec l'aimable autorisation de Brenda Willy)

Brenda Willy

Il y a quelques années, Brenda Willy était assise sur le bord du ruisseau Porcupine, dans la région de Kananaskis en Alberta, et elle regardait l’eau s’écouler en goûtant le calme des lieux. Soudain, elle entrevit du coin de l’œil un mouvement. En regardant de plus près, elle vit un cougar s’approcher du ruisseau pour s’abreuver.

« Ce site a quelque chose de spécial qui ne cesse de m’attirer. J’y trouve le calme et un lien réel avec la nature », explique Madame Willy. « C’est une expérience spirituelle, car on trouve de la force et un pouvoir de guérison dans ces montagnes. »

Bien qu’elle soit née en Saskatchewan, Brenda Willy vit à Calgary, près du parc provincial de Fish Creek, un parc qu’elle a toujours apprécié et considéré comme une magnifique oasis de verdure au milieu d’une cité en pleine expansion. Durant ses marches quotidiennes avec son chien, elle reconnaît les espèces d’oiseaux qui nichent dans le parc et elle aime observer le retour des oiseaux migrateurs année après année. Mais cela fait quelques années qu’elle n’a pas observé le retour des grands hérons, une espèce qui avait l’habitude de nicher dans cet habitat humide unique. Elle craint que les routes revêtues et les infrastructures créées à des fins récréatives dans cette région aient amené le grand héron à s’établir ailleurs.

Il y a environ dix ans, Madame Willy a adhéré au programme de dons mensuels (Protecteurs) de Conservation de la nature Canada (CNC), car elle souhaitait protéger les habitats des espèces qu’elle avait appris à aimer.

« Tout au long de ma vie, j’ai vu la beauté sauvage de la nature disparaître de tant de sites uniques », témoigne-t-elle. « La nature faire partie de nous et nous faisons partie d’elle. Nous devrions reconnaître le droit à la vie de toutes les créatures vivantes. J’appuie le travail de Conservation de la nature Canada (CNC), car la protection directe des milieux naturels est essentielle à la survie des plantes et des animaux. Lorsque CNC a annoncé l’acquisition du site Darkwoods (136 000 acres/55 037 hectares de territoire), en Colombie-Britannique, j’ai été époustouflée! La protection d’un site d’une telle ampleur sera très importante pour la survie du grizzli. Le don que j’ai accordé à CNC dans mon testament représente mon héritage pour la protection de la nature et je crois qu’il contribuera à la protection de l’habitat du grizzli dans le sud de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)