2017 : Une autre année de réussites à travers le pays!

Conservation de la nature Canada (CNC) a eu plusieurs raisons de se réjouir en 2017. De janvier à novembre, nous avons en effet contribué à la conservation de 20 000 acres (8 208 hectares) de terres à travers le pays. Cette superficie s'ajoute au 2,8 millions d'acres (plus de 1,1 million d'hectares) conservés depuis nos débuts en 1962.

Voyez ci-dessous quelques-unes de nos réussites de 2017 pour les différentes régions où nous déployons nos efforts.

Colombie-Britannique

Conservation de milieux humides au long de la rivière Okanagan

Le goglu des prés effectue une des plus longues migrations des oiseaux chanteurs de l’Amérique du Nord. Chaque année, il parcourt 20 000 kilomètres pour faire l’aller-retour entre le Canada et l'Amérique du Sud (l’équivalent de 4 à 5 fois la circonférence de la terre au cours de sa vie).

Restauration du méandre de Bobolink Meadows, C.-B. (Photo de Bruce Harrison)

Restauration du méandre de Bobolink Meadows, C.-B. (Photo de Bruce Harrison)

Peut-être apercevrez-vous le goglu des prés en vous baladant le long de la rivière Okanagan, un site de nidification essentiel de cette espèce dans la vallée de l’Okanagan. La propriété des méandres d’Osoyoos (Osoyoos Oxbows), sur la rivière Okanagan, est un paradis pour les observateurs d’oiseaux. Elle recèle des habitats reconnus comme étant des Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) pour plusieurs espèces.

En mars dernier, CNC a annoncé la conservation de 90 acres (36 hectares) de milieux humides au cœur d’une des meilleures régions de Colombie-Britannique pour l’observation d’oiseaux. Ancienne propriété agricole, l'aire de conservation Ted Pendergraft and Sons se juxtapose à d'autres terres conservées pour créer un corridor de conservation d'importance au long de la rivière Okanagan.

Alberta

Conservation d'un ranch de 135 ans

Lorsque Jennifer Barr avait 4 ans, sa famille a déménagé au ranch Oxley dans le sud de l’Alberta. Sa mère Willa maria Jim Gordon, alors propriétaire du ranch, qui offrit à Jennifer un vieux cheval et une selle. Jennifer a grandi montant son fidèle cheval, explorant la terre et développant un grand attechement pour ce ranch.

Ranch Oxley, Alberta (Photo de CNC)

Ranch Oxley, Alberta (Photo de CNC)

Puisque l'avenir de leur précieux ranch était loin d’être certain, Jennifer et sa famille en sont venus à chercher une solution pour en assurer la survie à long terme.

Ainsi, le 28 mars 2017, la conservation du ranch Oxley a été annoncée. L’entente entre la mère de Jennifer et CNC garantit le droit pour la famille Barr de demeurer sur le ranch et de continuer à y gagner leur vie, tout comme leurs ancêtres depuis 1919, et que ce milieu naturel soit conservé à long terme.

Saskatchewan

Identification de 10 espèces en péril lors d'un bioblitz

À l'été 2017, des membres du personnel de CNC et des bénévoles ont mené un bioblitz (inventaire biologique intensif de 24 heures sur une portion de terrain bien délimitée) sur la propriété Wideview de CNC. Ce bioblitz a permis de noter la présence de 10 espèces en péril, dont 2 espèces d'oiseaux : le pipit de Sprague et la pie-grièche migratrice.

La prairie tempérée, milieu naturel dans lequel se situe la propriété Wideview, est l'écosystème le plus menacé au monde. Les populations d'oiseaux de prairie au Canada y ont d'ailleurs chuté considérablement depuis une quarantaine d'années. Avec la disparition graduelle de la prairie, les oiseaux emblématiques du Canada qui la peuplent voient leur population diminuer.

Pie-grièche migratrice (Photo de Bill Hubick)

Pie-grièche migratrice (Photo de Bill Hubick)

L'observation de 10 espèces en péril sur la propriété Wideview lors de ce bioblitz illustre bien un aspect du travail accompli en conservation et révèle la bonne santé de la prairie sur la propriété Wideview.

Manitoba

Partenariat et brûlage dirigé : travailler ensemble pour des Prairies en santé

Le feu fait partie de la dynamique de plusieurs écosystèmes. Il joue un rôle important dans l'évolution, le maintien et la restauration des habitats naturels qui en dépendent.

Brûlage dirigé (Photo de CNC)

Brûlage dirigé (Photo de CNC)

Dans une première entente de ce type, CNC et Parcs Canada ont établi un partenariat pour mener des brûlages dirigés au Manitoba dans le but de restaurer certains écosystèmes. L'entente vise à partager ressources et expertise en planification, formation, communication et application des méthodes de brûlage au parc national du Mont-Riding et sur certaines propriétés de CNC.

Un brûlage dirigé effectué en mai 2017 a été l'occasion pour des experts issus de ces deux organisations d'améliorer l'efficacité de leurs opérations pour des brûlages futurs. L'objectif était de diminuer la présence d'espèces ligneuses qui agissent comme combustibles (peuplier faux-tremble et saule), de conserver la superficie de la prairie de fétuques (rare) et d'améliorer l'état général de cette prairie.

Ontario

Partenariat transfrontalier fructueux pour la conservation

En approchant les rives de la baie Big Trout, une nouvelle aire de conservation de CNC, vous êtes immédiatement transportés dans un endroit sauvage d’une rare beauté. Cette propriété de 2 517 acres (1 018 hectares), à proximité de la frontière américaine, est 45 minutes de route de Thunder Bay. Sa forêt dense et ses hautes falaises sont essentielles à plusieurs espèces indigènes, dont le pygargue à tête blanche et le faucon pèlerin, 2 espèces au statut préoccupant, selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Baie Big Trout, lac Supérieur, ON (Photo de CNC)

Baie Big Trout, lac Supérieur, ON (Photo de CNC)

Ce projet a été rendu possible grâce à 10 ans d’efforts de part et d'autre de la frontière, et au soutien de plusieurs individus et organisations, dont le financement du Gouvernement du Canada, par le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN), aux généreux partenariats avec la JA Woollam Foundation, la Margaret A. Cargill Foundation, la Bobolink Foundation, la Rogers Foundation, les programmes de Nature Conservancy du Wisconsin et du Minnesota, le Conservation Fund, les Green Leaf Advisors et plusieurs donateurs individuels américains et canadiens.

Québec

Conservation de terres pour des espèces de tortues en péril

Lors de la Journée mondiale des tortues de 2017, le 23 mai, CNC a annoncé la protection de deux nouvelles propriétés, soit l'île Hébert sur le lac des Deux Montagnes (ouest de l'île de Montréal) et l'île Reid, sur la rivière des Outaouais, à l'est de L'Isle-aux-Allumettes.

Tortues géographiques (Photo de Ryan M. Bolton)

Tortues géographiques (Photo de Ryan M. Bolton)

Grâce aux contributions de généreux partenaires, ces lieux demeureront dans leur état naturel et serviront de refuge pour plusieurs espèces en péril, dont la tortue géographique.

En prévision de la saison de ponte des tortues qui débute en juin, Conservation de la nature Canada (CNC) a lancé le site Carapace.ca qui invite la population à signaler toute tortue aperçue au Québec. Ce programme permettra de localiser des sites nécessitant des actions de conservation.

Nouveau-Brunswick

Protection d'habitats essentiels pour les oiseaux dans la baie de Fundy

L'île Grand Manan se trouve à l'embouchure de la baie de Fundy, dont les marées sont les plus grandes du monde. Elle est située à proximité de la frontière Nouveau-Brunswick/Maine (É.-U.), au sein d'une Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO).

Plus de 350 espèces d'oiseaux ont été identifiés sur Grand Manan, dont plusieurs espèces jugées en voie de disparition et menacées.

Mésange à tête noire, Grand Manan, N.-B. (Photo de Nick Hawkins)

Mésange à tête noire, Grand Manan, N.-B. (Photo de Nick Hawkins)

En juillet 2017, CNC a conservé 319 acres (129 hectares) d'habitats en mieux humides et forestiers dans le Refuge d'oiseaux de Grand Manan, sur la côte sud-est de l'île. Ancienne propriété privée, elle aurait éventuellement pu être développée. Grâce à CNC et aux dons de terres de 2 familles néo-brunswickoises, cette terre est dorénavant protégée de tout développement. CNC travaille actuellement à la protection de la dernière parcelle privée qui se trouve à l'intérieur des limites du Refuge d'oiseaux. 

Nouvelle-Écosse

Conservation de paysages karstiques sur l'île du Cap-Breton

Reconnue pour ses hautes terres spectaculaires, son littoral panoramique et les lacs Bras d’Or (véritable mer intérieure), l’île du Cap-Breton recèle d'écosystèmes uniques qui en font un point chaud (hotspot) pour la biodiversité et pour les espèces en péril. Dans la région centrale de l'île se trouvent en effet 18 espèces en péril qui figurent sur la liste canadienne et 20 espèces en péril sur la liste provinciale.

Île du Cap-Breton, N.-É. (Photo de CNC)

Île du Cap-Breton, N.-É. (Photo de CNC)

Le premier projet de conservation d’habitats de CNC au Canada atlantique a vu le jour au Cap Breton en 1971 avec la conservation de Sight Point, dans les hautes terres de Mabou. Pour démarrer l’année 2017, CNC a entrepris son premier plan de conservation d’envergure au Cap-Breton (échelonné sur les 10 prochaines années) avec comme objectif de protéger 5 000 acres (2 000 hectares) de terrains importants sur le plan écologique dans le centre de l’île. En octobre, CNC a annoncé la conservation de 676 acres (274 hectares) de forêt mature, de milieux humides et de paysages karstiques spectaculaires caractérisés par la présence de dolines (dépressions) et de falaises, et par des réseaux souterrains de grottes et de tunnels. 

L’île du Cap-Breton abrite certains des meilleurs exemples encore intacts d’écosystèmes constitués de gypse de la région de l’Atlantique et de l’est de l’Amérique du Nord. Dorénavant, des centaines d'acres de cet habitat rare sont maintenant protégés par CNC.

Île-du-Prince-Édouard

Protection de terres pour le pluvier siffleur

Les dunes de Cascumpec (Cascumpec Sand Hills) sont parmi les habitats essentiels les plus fragiles de l’Île-du-Prince-Édouard. Fragiles parce que ces dunes se déplacent continuellement en raison des fortes tempêtes; essentiels parce qu’elles fournissent un habitat de grande valeur à des espèces d’oiseaux rares et en péril. Elles font partie d’une chaîne d’îles près du rivage et sont souvent considérées comme la dernière nature sauvage de l’Île-du-Prince-Édouard

Pluvier siffleur (Photo de Gordon Prince)

Pluvier siffleur (Photo de Gordon Prince)

Grâce au généreux don d’un propriétaire originaire de l’Île-du-Prince-Édouard, CNC conserve maintenant cet habitat exceptionnel de 61 hectares (150 acres) pour les oiseaux de rivage, puisqu'il constitue un site de nidification essentiel pour le pluvier siffleur. En assurant la conservation des dune de Cascumpec et des dunes de Conway (Conway Sand Hills), CNC protège certains des sites de nidification les plus isolés des provinces atlantiques pour le pluvier siffleur, une espèce rare à l’échelle mondiale.

Terre-Neuve-et-Labrador

Encore plus de travail de conservation dans la Vallée Codroy

En 2017, CNC a souligné 20 ans de conservation dans la très belle vallée Codroy en y protégeant 150 acres (61 hectares) de forêts et de milieux humides le long de l'estuaire Grand Codroy, inlcuant une des plus grandes tourbières de la vallée.

Coucher de soleil, Vallée Codroy, T.-N.-L. (Photo de Mike Dembeck)

Coucher de soleil, Vallée Codroy, T.-N.-L. (Photo de Mike Dembeck)

CNC assure maintenant la conservation de 600 acres (243 hectares) dans cette vallée située à environ 40 kilomètres au nord de Channel-Port aux Basques. En plus de soutenir une des populations aviaires parmi les plus diversifiées du Canada atlantique, la vallée Codroy abrite le seul site Ramsar de Terre-Neuve-et-Labrador (zone humide d’importance internationale) en plus de constituer une escale pour des milliers d'oiseaux migrateurs. Avec un sentier pédestre qui traverse la propriété, ce lieu est devenu très prisé des ornithologues et des randonneurs.

Liens d'intérêt (en anglais)

Wideview Complex

Riding Mountain Natural Area

Pleins feux sur nos sympathisants

Destinations Nature - Explorez nos propriétés