Dix espèces protégées par les bénévoles pour la conservation d’un océan à l’autre

Chevêches des terriers juvéniles (Photo de Lauren Meads)

Chevêches des terriers juvéniles (Photo de Lauren Meads)

Cette année, des centaines de bénévoles se sont regroupés à travers le pays pour donner un coup de main à la nature dans le cadre d’événements spéciaux organisés par Conservation de la nature Canada (CNC). Qu’il s’agisse d’extraire des espèces envahissantes faisant des ravages dans une forêt fragile ou de nettoyer les rives rocailleuses de zones littorales, ces bénévoles ont uni leurs efforts et donner une image positive de la conservation. Tant les espèces que les habitats naturels qui les abritent profitent du travail de conservation et de gestion des terres.

Le 4 octobre, nous avons célébré la Journée mondiale des animaux. Pour souligner cet événement, nous vous invitons à lire ce qui suit pour en apprendre plus sur 10 espèces trouvées au Canada et qui ont bénéficié des efforts de nos bénévoles.

1.   Chevêches des terriers en Colombie-Britannique

Le personnel de CNC s’est réuni à l’aire de conservation Sage and Sparrow et a donné de son temps pour appuyer les efforts de réintroduction de la chouette des terriers dans la région Intérieur Sud de la Colombie-Britannique. Le personnel a pris plaisir à recueillir des chevêches des terriers âgées de trois semaines qui se trouvaient dans deux nids construits sur la propriété en 2016 par des bénévoles. Les bénévoles ont bagué les chouettes avant leur migration automnale vers la Californie et le Mexique. En baguant ces oiseaux, CNC et ses partenaires de la Burrowing Owl Conservation Society peuvent surveiller leur migration et déterminer s’ils retourneront un jour à l’aire de conservation Sage and Sparrow.

2.   Abeilles indigènes en Alberta

Plus tôt cet été, CNC a été l’hôte d’un événement bénévole avec TELUS visant à construire des abris pour les abeilles. Les employés de TELUS et les membres de leur famille ont en effet créé de petits « hôtels » en se servant de canettes, de tiges de bambou et de coton. Comme 30 % des abeilles du Canada sont des abeilles solitaires nichant dans le sol (et non dans des ruches) ces « hôtels » représentent un endroit sécuritaire où les populations d’abeilles peuvent nicher et pondre leurs œufs.

3.   Parulines à couronne rousse en Saskatchewan

Dans l’aire de conservation des prairies patrimoniales de Old Man on His Back (OMB), dans le sud-ouest de la Saskatchewan, le personnel et les bénévoles de CNC déploient des efforts pour rendre les clôtures des bisons de l’aire de conservation plus sécuritaires pour les oiseaux. Les clôtures, qui servent à retenir les troupeaux, représentent un risque pour les petits oiseaux, car leurs poteaux métalliques sont creux. Lorsque les oiseaux s’y posent, ils peuvent tomber à l’intérieur, où ils risquent de rester emprisonner et de mourir.

Grâce à un don de bouchons de tuyaux recyclés de Mosaic, les bénévoles ont recouvert plus de 2 250 poteaux et continuent d’améliorer les clôtures chaque année, assurant ainsi la sécurité des oiseaux des prairies, comme la paruline à couronne rousse.

4.   Petites nyctales au Manitoba

Plus tôt dans l’année, des bénévoles se sont joints au personnel de CNC pour effectuer un relevé de rapaces nocturnes près de la ville de Makinak. Divers appels de rapaces nocturnes ont été entendus sur les trois chemins qui faisaient l’objet du relevé, y compris celui du grand-duc d’Amérique, de la petite nyctale et de la chouette rayée.

Les résultats du relevé seront utilisés pour guider la planification des mesures de conservation de CNC dans la région et contribueront au programme de relevé des hiboux du Manitoba. Les données ont également été partagées avec Études d’oiseaux Canada, qui les utilisera pour déterminer l’abondance des hiboux et chouettes, leur répartition, la fluctuation de leur population et leur lien à un habitat.

5.   Monarques en Ontario

Cette année, près de 50 bénévoles ont participé à un relevé de papillons et de libellules sur l’alvar Carden. Pendant 2 jours, plus de 2 500 papillons ont été dénombrés, y compris plus de 100 monarques. Le monarque figure actuellement sur la liste des espèces en voie de disparition du COSEPAC (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada). Ce relevé est un élément essentiel du travail d’intendance de CNC dans la région, puisque les données à long terme nous aident à déterminer les populations des espèces indicatrices, comme le monarque

6.   Érables argentés au Québec

Pour la deuxième année consécutive, CNC a tenu un événement de plantation d’arbres dans le marécage de Grondines. Pour aider à rétablir cet habitat, 11 bénévoles et 3 membres du personnel de CNC ont planté approximativement 250 espèces indigènes d’arbres, y compris des peupliers baumiers, des sureaux pubescents et des érables argentés.

Ce faisant, les bénévoles aident non seulement à promouvoir la biodiversité dans la région, ils encouragent également la croissance et la prolifération des espèces indigènes d’arbres. Mille arbres et arbustes supplémentaires ont été plantés depuis l’événement, pour un total de 2 500 arbres plantés sur le site depuis 2 ans.

7.   Pluviers semipalmés au Nouveau-Brunswick

En septembre, des bénévoles se sont retroussés les manches et se sont joints au personnel de CNC pour nettoyer les plages le long du sentier Five Fathom Hole de CNC dans l’estuaire de la rivière Musquash. Situé à 19 kilomètres à l’ouest de Saint John, Musquash sert d’habitat à de nombreuses espèces vulnérables d’oiseaux de rivage, y compris le pluvier semipalmé. En gardant les rives propres, les bénévoles aident à maintenir les populations d’oiseaux de rivage qui nidifient dans la région.

8.   Grands hérons en Nouvelle-Écosse

Des ornithologues de tous les niveaux se sont joints au personnel de CNC dans l’estuaire de la rivière Pugwash pour surveiller l’activité de la sauvagine dans la région. L’estuaire de la rivière Pugwash, le plus grand estuaire le long du détroit de Northumberland de la Nouvelle-Écosse, est particulièrement exceptionnel puisque ses rives demeurent largement inexploitées et sont idéales pour des espèces comme le grand héron. CNC utilise les informations qui ont été recueillies pour aider à créer des plans de conservation qui tiennent compte de la faune et fournissent des données précieuses pour le programme des Zones importantes pour la conservation des oiseaux et de la biodiversité au Canada.

9.   Populage des marais sur l’Île-du-Prince-Édouard

Plus tard en octobre, des bénévoles effectueront une randonnée jusqu’à la rivière Percival afin de ramasser des ordures et des débris marins sur sa rive. Les bénévoles surveilleront ces déchets à l’aide de l’application Marine Debris Tracker, afin de recueillir simultanément des données pour la recherche sur les débris marins. En gardant cette aire propre, les bénévoles créeront un habitat durable pour les espèces de la région, notamment le populage des marais, une plante, et les espèces d’oiseaux migrateurs.

10.   Mélèzes laricins à Terre-Neuve-et-Labrador

Pour lancer la saison de bénévolat à Terre-Neuve-et-Labrador, CNC a organisé en mai un événement dans l’estuaire de la vallée de la Grand Codroy. Les bénévoles ont planté 1 850 peupliers baumiers, mélèzes laricins et épinettes blanches dans une aire d’une superficie de 4 acres (2 hectares) près de la rivière Grand Codroy. Ainsi, les bénévoles ont créé une zone tampon autour d’un ancien champ gazonné, une étape cruciale dans le rétablissement de ces anciennes terres agricoles.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197