Donner de son temps : Pourquoi prendre part à une activité bénévole contribue-t-il à notre bonheur

Bénévoles lors d'une activité visant à supprimer la cynanche (Photo de CNC)

Bénévoles lors d'une activité visant à supprimer la cynanche (Photo de CNC)

La semaine de l’action bénévole, qui se tient cette année du 10 au 16 avril, souligne le travail de millions de bénévoles partout au pays. À l'approche de cette semaine, je me suis mise à réfléchir sur les motivations qui m’ont poussée à être bénévole au fil des ans. Pourquoi est-il important pour moi de donner de mon temps, de l’argent ou de mettre mon talent au service d'un organisme? Quels stimuli extérieurs ont fait naître en moi le désir de donner de mon temps et de mes efforts?

J’ai travaillé comme bénévole dans des volières, des expositions de produits écologiques, des centres de tutorat pour les mathématiques et l’anglais, des centres de recherche et de réhabilitation de la faune et dans des jardins communautaires. J’ai aussi planté des arbres et déraciné des espèces envahissantes. Plusieurs de mes expériences de bénévolat servaient des besoins égoïstes : me créer un réseau, rencontrer des gens partageant ma façon de penser et bâtir mon curriculum vitae. Mais qu’en est-il du reste? 

J’ai grandi dans la nature, où j’ai développé un amour sincère pour les animaux. J’ai été bénévole pour le Urban Wildlife Centre de Grimsby, en Ontario, où je nettoyais les cages et nourrissais des animaux comme les ratons laveurs, les écureuils et les opossums. Je ne jouais pas avec les animaux et ne prenais pas non plus leurs bébés dans mes bras (même si j'en rêvais secrètement!). Ma seule et unique préoccupation était que les animaux soient nourris, au chaud et qu’ils ne s’habituent pas à la présence humaine. Après tout, mon souhait était qu’ils puissent survivre seuls après avoir été relâchés là où on les avait trouvés! La satisfaction que je ressentais alors reposait sur le fait d’avoir contribué à réhabiliter et à relâcher dans la nature un grand nombre d’animaux.

Toutes mes expériences en tant que bénévole pour la nature m’ont permis de faire des rencontres et d'obtenir le poste que j’occupe maintenant à Conservation de la nature Canada (CNC). J’ai maintenant la chance d'offrir à des gens de partout au pays des occasions similaires de s’engager pour la nature et de bénéficier de tous les avantages que cela m’a apporté, et que j’ai toujours le bonheur de vivre présentement. 

« Les gens qui offrent de leur temps en faisant du bénévolat tendent à avoir une estime de soi, un bien-être psychologique et un niveau de bonheur généralement plus élevés », affirme Mark Snyder, psychologue à la tête du Center for the Study of the Individual and Society (Centre d’études sur l’individu et la société) de l’Université du Minnesota. 

Comme plusieurs, j’ai tenté l’expérience : j’ai sacrifié de mon temps et de mes ressources au profit de ma croissance et de mon bonheur personnel. Fondamentalement, je donne de mon temps parce que je crois que de rendre service à mes semblables, à l’environnement et à la faune me permettra de grandir en tant qu’individu, en plus de m’aider à acquérir des bases solides pour donner une direction claire à ma vie. Je donne de mon temps parce que je souhaite être heureuse, tout en participant à quelque chose de plus grand que moi. Mais le plus important, c’est que je donne de mon temps parce que je crois en la cause. Selon moi, c’est la meilleure motivation qui soit pour devenir bénévole. 

En tant qu’êtres humains, nous sommes en constante évolution. Il semble donc logique de faire don de quelque chose d’aussi précieux que notre temps dans le but de nous aider à poursuivre notre cheminement personnel. De plus, en tant que bénévoles, nous sommes les racines qui ancrent les collectivités et leur donnent les moyens de faire quelque chose. Tant que nos efforts portent leurs fruits, nos compétences sont appréciées et nous arrivons à faire une différence.

Les activités du programme Bénévoles pour la conservation de CNC vous offrent l’occasion de visiter des aires naturelles exceptionnelles partout au pays et de participer à des expériences éducatives sur le terrain, tout en contribuant à d’importants projets de conservation. 

Au cours de l’année 2015, CNC a tenu plus de 220 activités bénévoles à travers le Canada. Plus de 3 000 bénévoles dévoués nous ont assistés dans nos efforts d’intendance des terres, ce qui équivaut à plus de 13 000 heures et 231 500 $ de travail pour la conservation. 

Voyez les activités prévues pour 2016!

Volunteering at a local community garden (Photo by Micheline Khan)

Le saviez-vous ? 

Si vous croyez que la plupart des gens se retrouvent dans le besoin à un moment ou un autre de leur vie, alors il vous sera facile de comprendre que vous pourriez vous aussi un jour bénéficier des efforts bénévoles de quelqu’un d’autre. Selon Statistique Canada, près de la moitié (44 %) des Canadiennes et Canadiens âgés de plus de 15 ans ont été bénévoles pour un organisme de bienfaisance en 2013. En moyenne, chacun d’eux a donné 154 heures de son temps, pour un total de 1,96 million d’heures! Le bénévolat n’est pas simplement une question de don de soi; de façon réaliste, c’est plutôt une question d’échange de services.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197