Propager l’idée de connecter la population à la nature

18 avril 2017 | Par Raechel Bonomo de CNC

Parfois, de petites idées donnent naissance à de grandes idées. Et dans le cas de Conservation de la nature Canada (CNC), cela peut aboutir à des résultats bien plus importants qu’escompté.

C’est précisément ce qui s’est passé avec notre programme Bénévoles pour la conservation. Celui-ci a d'abord été lancé en Ontario avant de connecter à la nature des Canadiennes et des Canadiens des autres régions du pays.

John Larose, bénévole de

John Larose, bénévole de "Volunteer for Nature" à Clear Creek, Ont. 2003 (Photo de Bronwen Smith)

Le bénévolat est un aspect fondamental de CNC depuis la création de l’organisme, en 1962. Notre premier programme officiel de bénévolat, Volunteer for Nature, a toutefois vu le jour en 2001, en partenariat avec Ontario Nature (qui s’appelait alors la Federation of Ontario Naturalists). L’objectif était de créer des occasions pour les bénévoles de poser des gestes concrets pour soutenir des habitats importants pour les espèces qui en dépendent.

Bénévole au travail, propriété Swann, Alberta (Photo de CNC)

Bénévole au travail, propriété Swann, Alberta (Photo de CNC)

« Nous avons créé Volunteer for Nature afin que les gens puissent apprendre sur l’écologie et les sites [des propriétés de CNC], de même que sur certaines de nos techniques de travail de restauration, et ce, sur le terrain. Nous voulions aussi que les bénévoles aient l’occasion de rencontrer des gens ayant des intérêts similaires aux leurs et de voir des régions de la province qu’ils n’avaient jamais vues », raconte Lisa McLaughlin, vice-présidente à la conservation par intérim à CNC.

Ce n’est toutefois qu’après l’octroi d’un généreux montant de la fondation de la famille J. W. McConnell, en 2005, que le programme a réellement pris son essor.

Collecte de graines pour augmenter les effectifs de populations de plantes indigènes rares, C.-B. (Photo de CNC)

Collecte de graines pour augmenter les effectifs de populations de plantes indigènes rares, C.-B. (Photo de CNC)

« Ce financement fut crucial au développement du programme, dit Mme McLaughlin. Sans cet argent, nous n’aurions pu le faire croître aussi rapidement que nous l’avons fait. »

Volunteer for Nature a été étendu vers l’ouest en 2006, d’abord en Alberta, avant de devenir Bénévoles pour la conservation (Conservation Volunteers), un programme offert aux amants de la nature d’un bout à l’autre du Canada.

 

 

 



 

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197