Bécasseaux semipalmés, Avonport, Nouvelle-écosse (photo de Christine Gilroy)

Bécasseaux semipalmés, Avonport, Nouvelle-écosse (photo de Christine Gilroy)

Notre travail sur les propriétés et dans les projets

Des membres du personnel de CNC enlèvent l'alliaire officinale, une espèce envahissante, de la forêt de Happy Valley, en Ontario (photo de CNC)

Des membres du personnel de CNC enlèvent l'alliaire officinale, une espèce envahissante, de la forêt de Happy Valley, en Ontario (photo de CNC)

C’est sans doute à l’échelle des propriétés et des projets que le travail de Conservation de la nature Canada (CNC) devient le plus tangible. C’est dans ce domaine que nous faisons l’acquisition de terres (au moyen d’achats, de servitudes de conservation ou de dons) et que nous préparons notre démarche pour en assurer la gestion ou la restauration.

En nous servant des données des plans de conservation des milieux naturels, nous pouvons concentrer nos efforts au niveau le plus délicat de la planification, c’est-à-dire celui de la propriété.

Définition des priorités

Dans le cadre du plan de conservation du milieu naturel, plusieurs facteurs déterminent les cibles que nous choisissons de protéger. Pour les identifier, nous devons répondre à certaines questions, par exemple :

  • Cette espèce ou cet habitat est-il viable, c’est-à-dire, peut-il se maintenir compte tenu de l’utilisation des terres environnantes et de la distance qui le sépare des autres populations de la même espèce ou d’un autre habitat semblable ?

Élaboration des stratégies

La prochaine étape du processus consiste à sélectionner la bonne stratégie pour protéger l’espèce ou l’habitat ciblé. Pour ce faire, CNC tient compte de différents facteurs, tels que :

  • CNC souhaite-t-il devenir propriétaire de la terre? La terre serait-elle aussi bien ou mieux protégée si elle appartenait à un organisme partenaire?
  • Une servitude de conservation permettrait-elle de protéger l’habitat et les espèces ? Serait-il plus avantageux d’utiliser d’autres outils de conservation créatifs (par exemple, un domaine viager, l’achat de droits miniers ou une cession-bail) ?
  • CNC peut-il jouer un rôle en fournissant de l’information sur la gestion des espèces ou de l’habitat ?
  • Le milieu naturel à protéger est-il contigu à d’autres milieux naturels? Vient-il combler un vide dans une région comportant déjà des aires protégées ?
  • Que savons-nous de l’état de chacun des lopins de terre (p. ex., dispose-t-on d’un inventaire biologique, l’habitat est-il intact ou peut-il être restauré) ? Une propriété peut répondre aux critères menant à l’élaboration d’un plan de conservation du milieu naturel, mais l’utilisation antérieure ou actuelle du milieu peut avoir altéré son état à un point tel que l’habitat n’a plus ou peu de valeur. On doit tenir compte de la capacité de CNC en matière de restauration d’habitats, ainsi que des coûts et des délais impliqués.
  • Les propriétaires sont-ils disposés à vendre leur terre ou à en faire don ? Sans la collaboration des propriétaires, CNC ne peut aller de l’avant. Cependant, avec le temps, les situations familiales, économiques et le point de vue des gens par rapport aux changements de vocation de la propriété évoluent. La conservation est un projet à long terme.

Actions

Lorsque CNC fait l’acquisition d’une terre, l’étape suivante consiste à élaborer un plan de gestion.

CNC effectue d’abord un inventaire biologique pour chaque propriété (à moins qu’il en existe déjà un). L’inventaire dresse la liste des habitats et des espèces présents sur la propriété.

Lorsque les biologistes de la conservation de CNC ont saisi les caractéristiques d’une propriété, ils effectuent une évaluation des menaces existantes sur cette propriété et sur les terres adjacentes. Les employés évaluent les facteurs qui pourraient avoir un impact négatif sur les principales cibles de conservation. Ces facteurs peuvent inclure notamment des espèces exotiques envahissantes, des activités récréatives incompatibles avec la conservation et des barrages. On considère également comme menaces certains obstacles et infrastructures sur le site, comme les décharges, les fosses, les puits, les immeubles, les clôtures et d’autres structures.

Une fois ces données recueillies, on établit une série d’objectifs pour la propriété. Un énoncé d’objectif pourrait être de restaurer et de maintenir les écosystèmes viables d’une savane de chênes noirs et de pins et d’un marais à saules.

Ensuite, les employés établissent la priorité d’une série d’actions visant à atteindre l’objectif et les mettent en œuvre.

Si après un examen minutieux des caractéristiques favorables à la conservation et des menaces, CNC décide d’acquérir un droit sur la propriété sous la forme d’une servitude de conservation, l’établissement de la servitude devient un objectif. De là, les employés déterminent parmi les utilisations du terrain celles qui doivent être limitées ou supprimées de façon à mieux protéger les habitats et les espèces. Par exemple, si la servitude de conservation restreint la construction de nouveaux immeubles, les employés examineront d’abord le rapport de documentation de base pour déterminer où sont situés les immeubles existants. Durant la visite d’observation, ils documenteront, le cas échéant, l’ajout de nouveaux immeubles sur la propriété.

Mesure du succès

Si CNC possède la propriété, on établit le niveau de priorité des mesures du plan de gestion (urgentes, requises ou souhaitables) qui sont directement associées à des espèces ou des habitats précis. On détermine aussi les dangers qui menacent ces espèces ou ces habitats.

Par exemple, si l’objectif consiste à accroître le couvert forestier de la propriété, qui fait face à la menace d’espèces exotiques envahissantes, les mesures pourraient inclure la plantation de 10 000 plants d’érables à sucre sur une surface de 100 acres (40 hectares), dans le secteur sud-ouest de la propriété, au cours des deux prochaines années, avec l’aide de bénévoles et de moyens mécaniques.

Afin d’évaluer si les mesures atteignent les objectifs définis dans le plan de gestion, CNC détermine si ces mesures ont été mises en œuvre et si elles ont permis d’améliorer la viabilité des espèces ou des habitats, ou de réduire les menaces qui pesaient sur ceux-ci.

Dans le cas des servitudes de conservation, CNC effectue un contrôle annuel afin de s’assurer que le propriétaire respecte toutes les restrictions prévues à l’entente. Les employés examinent chaque restriction et la comparent au rapport de documentation de base, aux rapports de contrôle précédents ainsi qu’à toute communication inscrite au dossier du propriétaire.

Pleins feux sur nos sympathisants

Destinations Nature - Explorez nos propriétés