Réserve de chênes Gary de Cowichan, Colombie-Britannique (photo de Tim Ennis/CNC)

Réserve de chênes Gary de Cowichan, Colombie-Britannique (photo de Tim Ennis/CNC)

Salamandre pourpre

Au Québec,dans les basses-terres du Saint-Laurent, nichée sur la colline Covey, vit une population d’une espèce très particulière : la salamandre pourpre.

Cet amphibien nocturne est la plus grande des salamandres dépourvues de poumons, des animaux qui ont besoin d’un habitat humide leur permettant une respiration cutanée. La salamandre pourpre peut atteindre 20 centimètres de long; elle a pour habitat préféré les cours d’eau de montagne frais et limpides alimentés par des sources. Sa survie est menacée lorsque ces cours d’eau se troublent en raison de la sédimentation et que leur eau bien oxygénée se trouve polluée.

La salamandre pourpre chasse la nuit, se nourrissant souvent d’autres espèces de salamandres plus petites. Elle peut échapper à son principal prédateur, la truite, en se réfugiant sur terre.

Nous ne connaissons que quelques populations de salamandre pourpre au Canada; l’espèce est désignée préoccupante sur la liste du COSEPAC. Sur la colline Covey, extension nordique des Adirondack au Canada, CNC et ses partenaires s’emploient activement pour protéger son habitat.

Les vastes  tourbières, les landes de pins et les sources naturelles de la region sont essentielles pour la salamandre pourpre et pour un certain nombre d’autres espèces végétales et animales en péril. Parmi les autres salamandres des Appalaches atteignant la limite nord de leur répartition se trouvent la salamandre à quatre doigts et la salamandre sombre des montagnes, une espèce menacée dans tout le pays.

Elles partagent la région avec l’utriculaire à scapes géminés, une plante rare au Québec, des espèces aviaires tels le dindon sauvage et l’épervier de Cooper, ainsi que des mammifères comme le lynx roux et l’ours noir.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197