La vue imprenable qu’offre la pointe Verte sur le golfe du Saint-Laurent (Photo de CNC)

La vue imprenable qu’offre la pointe Verte sur le golfe du Saint-Laurent (Photo de CNC)

Morses, détroit de Lancaster (Photo de Mario Cyr)

Morses, détroit de Lancaster (Photo de Mario Cyr)

Morse de l'Atlantique

Avec ses défenses et ses moustaches proéminentes, le morse est l’une des espèces animales les plus reconnaissables de l’Arctique canadien. Deux sous-espèces de ce mammifère existent dans le monde, soit le morse de l’Atlantique et le morse du Pacifique. Seul celui de l’Atlantique est présent dans les eaux canadiennes.

À quoi ressemble-t-il?

Les défenses distinctives du morse sont en fait des canines, présentes tant chez le mâle que chez la femelle. Celles-ci peuvent mesurer jusqu’à 1 mètre et peser 5,4 kg. Les défenses sont un peu plus longues et épaisses chez le mâle, qui les utilise pour établir sa domination et pour se battre. Grâce à l’hypersensibilité de ses vibrisses (moustaches), le morse parvient à détecter sa nourriture la plupart du temps enfouie dans le sol marin (myes (clam), oursin, etc.).

Le morse est un mammifère corpulent. Les mâles adultes peuvent peser plus de 1 100 kg et mesurer 3,1 m, alors que les femelles atteignent 800 kg et 2,8 m de longueur. La peau du morse est ridée, très épaisse (2 à 4 cm) et couverte de courts poils, sauf pour ses nageoires et son crâne qui sont dénudés. La couche de graisse qui se trouve sous sa peau peut atteindre jusqu’à 15 cm d’épaisseur.

Canadian distribution of Atlantic walrus (Map by NCC)

(Cliquez pour agrandir)

Où vit le morse?

Le morse de l’Atlantique vit dans les régions côtières du nord-est de l’Arctique canadien. Des populations jadis présentes dans la région des Maritimes ont disparu vers la fin du 18e siècle à cause de la chasse intensive.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

Au Canada, le morse de l’Atlantique a été désigné comme espèce préoccupante et figure sur la liste rouge de l’IUCN. Parmi les menaces qui pèsent sur le morse de l’Atlantique, on compte la chasse excessive et les changements climatiques. Ces derniers peuvent réduire la durée et l’épaisseur de la banquise dont les morses dépendent pour se reproduire.

Que fait CNC pour aider à protéger cette espèce?

Le 8 juin 2016, Shell Canada a cédé à Conservation de la nature Canada des droits de prospection sur plus de 860 000 hectares (8 625 km2) dans les eaux de la baie de Baffin, près du détroit de Lancaster.

CNC a par la suite aidé à accélérer la mise en œuvre d’un projet de conservation marine d’importance mondiale en cédant ces droits au Gouvernement du Canada afin de consolider l’engagement du Canada dans la protection d’aires marines nationales de conservation. Protéger le détroit de Lancaster signifie protéger l’habitat d’espèces comme le morse, l’ours polaire, le phoque, le narval, le béluga et la baleine boréale.

Pleins feux sur nos sympathisants