Boisé Papineau, Laval, Qc (Photo de CNC)

Boisé Papineau, Laval, Qc (Photo de CNC)

Pipistrelle de l'Est infectée par le syndrome du museau blanc (Photo du USFWS)

Pipistrelle de l'Est infectée par le syndrome du museau blanc (Photo du USFWS)

Pipistrelle de l’Est

À quoi ressemble cette espèce?

La pipistrelle de l’Est est l’une des 18 espèces de chauves-souris présentes au Canada. Revêtue d’un pelage brun pâle, elle pèse environ 7 grammes et ses ailes ont une envergure moyenne de 23 centimètres. Son museau, ses avant-bras et ses oreilles sont rouge-orangé, tandis que les côtés de ses ailes et de son corps sont brun foncé.

Où vit cette espèce?

La pipistrelle de l’Est se trouve de l’est de l’Amérique du Nord jusqu’en Amérique Centrale. Au Canada, elle vit au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, au Québec et en Ontario. Durant l’été, elle occupe divers habitats forestiers où elle établit des pouponnières et des abris pour se reposer dans les arbres, parfois aussi dans des granges ou d’autres types de bâtiments. Cette espèce hiberne d’octobre à avril dans les espaces les plus chauds et humides des cavernes, des mines ou des tunnels. Elle se juche habituellement seule plutôt qu’en groupes.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

La pipistrelle de l’Est est une espèce en voie de disparition au Canada, principalement à cause du syndrome du museau blanc : une infection causée par un champignon qui pousse dans des milieux froids et humides et qui provoque l’infection de la peau exposée du museau et des ailes des chauves-souris en hibernation. Les chauves-souris contaminées doivent utiliser plus d’énergie qu’elles n’en sont capables et se réveillent plus souvent que celles en santé, ce qui cause souvent leur mort. Les scientifiques croient que le syndrome du museau blanc se transmet principalement d’une chauve-souris à l’autre, mais qu’il pourrait aussi se transmettre par l’humain transportant les spores du champignon ou le champignon lui-même d’une caverne à l’autre par ses vêtements, ses bottes ou son matériel de randonnée. 

L’étendue connue du syndrome couvre entièrement l’aire de répartition de la pipistrelle de l’Est au Canada. Ainsi, le risque qu’elle devienne une espèce disparue du pays est plus grand que pour la petite chauve-souris brune ou le vespertilion nordique dont les aires de répartition sont plus grandes et s’étendent au-delà de l’étendue du syndrome du museau blanc.

D’autres menaces pèsent sur cette espèce, dont la contamination chimique, le changement des structures forestières, les éoliennes et l’élimination des pouponnières ou la destruction des juchoirs par l’humain en raison de ses préoccupations concernant la rage et l’histoplasmose (infection pulmonaire), le bruit et l’hygiène.

Que fait CNC pour protéger l’habitat de cette espèce?

La pipistrelle de l’Est a été recensée dans une seule des aires naturelles où travaille CNC, plus précisément sur les îles de l’ouest du lac Érié, en Ontario. En protégeant ce milieu, CNC crée un habitat viable où les chauves-souris peuvent hiberner, se nourrir et élever leurs petits.

Comme on sait peu de choses sur cette espèce, une des premières étapes pour assurer sa conservation est d’en apprendre davantage à son sujet. À cet effet, CNC travaille avec le zoo de Toronto sur son programme de conservation des chauves-souris indigènes, qui implique la surveillance des chauves-souris en Ontario.

Afin de prévenir la disparition de la pipistrelle de l’Est, il est important de réduire ou d’empêcher la contamination par le syndrome du museau blanc de nouveaux sites. Cela signifie de demeurer hors des cavernes, des mines et des endroits où les chauves-souris pourraient jucher ou hiberner. Si vous devez entrer dans ces lieux, il est primordial de désinfecter vos bottes et votre matériel de randonnée avant d’y pénétrer.

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)