Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Renard véloce (Photo de Karol Dabbs)

Renard véloce (Photo de Karol Dabbs)

Renard véloce

Le renard véloce tire son nom de sa rapidité, puisqu'il peut filer à travers les prairies à une vitesse pouvant atteindre les 60 km/h.

Au cours du 20e siècle, cette espèce avait complètement disparue du Canada, et ce, principalement en raison de la destruction de son habitat naturel. Son histoire en est une qui permet de saisir toute l'importance du travail de conservation de la nature.

Canadian distribution of swift fox (Map by NCC)

(Cliquez pour agrandir)

Une réintroduction réussie

En 1983, le Cochrane Ecological Institute, en partenariat avec le Service canadien de la faune, les gouvernements de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, l'Université de Calgary, le Fonds mondial pour la nature et Agriculture Canada, ont créé un programme élargi pour réintroduire le renard dans son ancien habitat du Canada. La plupart des animaux introduites provenaient de milieux sauvages des États-Unis ou avaient été élevés en captivité par l'Institut au Canada, en utilisant des animaux importés des États-Unis.

« Le programme de réintroduction du renard véloce a été l'un des programmes de réintroduction de canidés les plus réussis au monde, déclare Joel Nicholson, biologiste des espèces non cynégétiques de l'Alberta Fish and Wildlife, l'un des participants au programme de réintroduction. En 2005-2006, un recensement des populations de renards véloces mené en Alberta, en Saskatchewan et dans l'État du Montana a dénombré 1 162 renards véloces, principalement nés dans la nature.

Statut de conservation

Cependant, il s'agit là d'un chiffre encore très bas et, bien qu'il ne soit plus considéré comme disparu, le renard véloce est toujours une espèce en danger de disparition au Canada.

Mesures prises par CNC pour protéger cette espèce

La protection de l'habitat du renard véloce est la meilleure méthode pour assurer la survie à long terme de cet animal. La conservation des milieux naturels à l'échelle du paysage par Conservation de la nature Canada (CNC) dans les régions des prairies telles que les hautes-terres du ruisseau Sage, en l'Alberta, et la rivière Frenchman, en Saskatchewan, y contribue.

D'ailleurs, CNC a récemment participé à une étude, avec le zoo de Calgary, qui a confirmé la présence de renards véloces dans l’aire de conservation du patrimoine de la prairie Old Man on His Back, en Saskatchewan.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197