Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Pie-grièche migratrice de l’Est (Photo de Dave Menke, avec la permission de USFWS)

Pie-grièche migratrice de l’Est (Photo de Dave Menke, avec la permission de USFWS)

Pie-grièche migratrice de l'Est

La pie-grièche migratrice, l'une des espèces d'oiseaux au déclin le plus rapide en Amérique du Nord, est un oiseau chanteur unique.

La sous-espèce de l'Est s'observe du côté de l'Ontario et du Québec, tandis que celle des Prairies se trouve en Saskatchewan et en Alberta; leurs aires de distribution se chevauchent au Manitoba. Ne vous laissez pas séduire par son apparence délicate, car la pie-grièche migratrice chasse comme un oiseau de proie!

À quoi ressemble cette espèce?

Similaire en apparence la pie-grièche grise (sa cousine), la pie-grièche migratrice de l'Est est pourvue d'un masque noir qui rappelle celui du raton laveur. Son dos est gris, son ventre blanc et son bec est crochu. Ce qui la distingue de sa cousine est la largeur de son masque et le fait que le blanc de son plumage est dépourvu de marque.

Canadian distribution of eastern loggerhead shrike (Map by NCC)

(Cliquer pour agrandir)

Où habite cette espèce?

La pie-grièche migratrice de L'Est est une espèce migratrice qui passe ses hivers dans le sud des États-Unis. Chaque printemps, elle revient au Canada pour se reproduire dans les prairies du sud du Manitoba, de l'Ontario et du Québec. Dans ces milieux naturels, elle trouve des arbres à épines, dont les aubépines, pour élever leurs petits et démanteler leurs proies.

De quoi se nourrit cette espèce?

À l'aide de son bec crochu et puissant, la pie-grièche migratrice de l'Est fend le crâne ou picore le cou de ses proies — habituellement de petits mammifères, insectes et autres oiseaux — pour le coup fatal. Comme elle n'a pas les serres solides d'un rapace, elle ne peut pas tenir sa proie pendant qu'elle mange. Sa solution créative à ce problème est d'utiliser les épines et les fils barbelés comme pour empaler ses proies. Elle peut ainsi tenir son repas en place pendant qu'elle le mange ou le laisser là pour sa consommation future.

Quelles menaces guettent cette espèce?

La perte d'écosystèmes de prairie en raison de la succession naturelle et de l'impact continu de l'activité humaine (changements climatiques, agriculture, pesticides) a détruit de nombreux habitats naturels dont la pie-grièche migratrice de l'Est dépend au Manitoba, en Ontario et au Québec. On compte dorénavant moins de 110 adultes de cette sous-espèce au Canada.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

La pie-grièche migratrice de l’Est est considérée comme une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)