Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Paruline orangée (Photo de Bill Hubick)

Paruline orangée (Photo de Bill Hubick)

Paruline orangée

Un éclair doré traverse le sous-bois d’une forêt marécageuse. Le chant de la paruline orangée ("zweet zweet") s’entend à travers les arbres. Son nom anglais, prothonotary warbler, lui vient de la couleur de son plumage qui s’apparente à celle du vêtement porté par les protonotaires de l’église catholique romaine.

À quoi ressemble cette espèce?

Le mâle et la femelle de la paruline orangée se ressemblent. Leur bec est long, leurs yeux noirs, leur tête et leur poitrine dorées. Leurs ailes sont bleu-gris et leur dos olive alors que le dessous de leur queue est blanc. Ce petit oiseau ne mesure que 14 cm de longueur et pèse environ 14 g; il est presque aussi léger qu’une canette de boisson gazeuse vide.

Canadian distribution of prothonotary warbler (Map by NCC)

(Cliquez pour agrandir; carte bilingue à venir)

Où vit cette espèce?

La paruline orangée est la seule de son espèce qui niche dans les petites cavités des arbres. Elle utilise les trous creusés par les pics mineurs ou les mésanges à tête noire, et n’hésite pas à s’installer dans les nichoirs qui répondent à ses besoins. C’est le mâle qui choisit le trou où sera établi le nid et qui amorce sa fabrication en apportant de la mousse dans la cavité. Une fois qu’il y a attiré une partenaire, celle-ci termine le travail en ajoutant des herbes et d’autres matières végétales. Leur petit nid n’a que 5 cm de diamètre!

En été, la paruline orangée niche dans les marécages boisés. On la trouve du sud-est des États-Unis au sud-ouest de l’Ontario. Elle s’installe dans les forêts matures composées de chênes blancs, de nyssas sylvestres, d’érables argentés, de saules et de bouleaux jaunes. Toutes ces essences se retrouvent sur le site Backus Woods, en Ontario, qui est l’un des derniers endroits au Canada qui abrite encore une petite population de parulines orangées reproductrices.

En hiver, la paruline orangée peut être observée dans les forêts de mangrove de l’Amérique Centrale, de la République dominicaine, de Puerto Rico, de l’Équateur, de la Colombie, du Venezuela et de la Guyane.

Quel est son statut de conservation?

On estime la population reproductrice mondiale de paruline orangée à près de 1,6 million d’individus, ce qui représente un déclin annuel de 1 % de 1966 à 2015, selon le Relevé des oiseaux nicheurs de l’Amérique du Nord. La paruline orangée est désignée comme étant une espèce en voie de disparition au Canada par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada et figure sur la liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril.

Que fait CNC pour aider à protéger cette espèce?

La protection de l’habitat de reproduction de cette espèce en Ontario est indispensable puisque la perte des forêts marécageuses est la menace principale qui pèse contre elle. Situées dans le sud-ouest de l’Ontario, les forêts caroliniennes présentes sur la propriété Backus Woods de CNC abritent ces oiseaux à l’extrémité nord de leur aire de répartition. CNC et Études d’oiseaux Canada ont établi un partenariat pour conclure un accord de recherche à long terme pour surveiller la paruline orangée et d’autres espèces rares d’oiseaux forestiers à Backus Woods. CNC se sert des données d’Études d’oiseaux Canada pour guider ses objectifs et ses mesures de conservation pour la propriété, lesquels ont permis à la population de connaître une hausse de 100 % depuis 2002.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197