Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Gyroselle de Henderson (rose) et érythrone d'Orégon (blanches), Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, C.-B. (Photo de CNC)

Couleuvre fauve de l'Est (Photo de Ryan M. Bolton)

Couleuvre fauve de l'Est (Photo de Ryan M. Bolton)

Couleuvre fauve de l'Est

La couleuvre fauve de l’Est est une espèce en péril protégée par les gouvernements fédéral et provinciaux, et dont le statut est passé d’espèce menacée à celui d’espèce en voie de disparition, en avril 2008. Cette modification de statut découle de la reconnaissance de la menace grandissante que représentent, pour cette espèce, la perte d’habitat et la mortalité attribuable à la circulation sur les routes et les voies navigables.

Cette espèce est également rare à l’échelle mondiale, et on ne peut la trouver qu’aux environs du bassin des Grands Lacs (au sud de l’Ontario) et dans les États du Michigan et de l’Ohio. En fait, 70 pour cent de toute la population de couleuvres fauves de l’Est se trouve en Ontario.

Habitat

La couleuvre fauve de l’Est, deuxième plus grosse couleuvre de l’Ontario, est généralement circonscrite aux zones riveraines environnant les Grands Lacs. Son habitat disparaît rapidement sous les pressions exercées par les projets de développement.

Statut de conservation

La survie de deux sous-populations reconnues, carolinienne et des Grands Lacs et du Saint-Laurent, est aussi menacée par d’autres facteurs, notamment par le commerce illégal d’espèces sauvages.

La population des Grands Lacs et du Saint-Laurent est bien connue pour ses incroyables nageurs de fond, en particulier dans la baie Georgienne. Cette population est donc aussi exposée au risque de collisions mortelles avec des embarcations à moteur; le mouvement fluide de la couleuvre étant difficilement repérable dans l’eau.

La population carolinienne, de son côté, fait face à un risque de mortalité accru attribuable à la circulation des véhicules, compte tenu de la forte densité de la circulation routière dans l’extrême-sud de l’Ontario. À cet endroit, les serpents aiment se prélasser sous le soleil et absorber la chaleur rayonnant de la chaussée. Les coloris de la couleuvre fauve de l’Est la rendent difficile à voir et elle peut passer inaperçue lorsqu’elle se trouve sur la chaussée, ou encore être confondue avec des branches d’arbre tombées au sol, même par les conducteurs les plus attentifs.

Est-elle venimeuse?

La couleuvre fauve de l’Est n’est pas venimeuse, mais sa stratégie de défense, qui consiste à faire vibrer sa queue dans les feuilles pour simuler le bruit produit par un serpent à sonnettes est si efficace que de nombreuses personnes la confondent avec le massasauga et la tue sous l’impulsion de la peur.

Alimentation

Les couleuvres fauves de l’Est atteignent jusqu’à un mètre (39 po) de long à l’âge adulte. Chasseurs actifs, ces serpents constricteurs étranglent leurs proies en s’enroulant autour d’elles. Les juvéniles se nourrissent de grenouilles et d’insectes, mais parvenus à l’âge adulte, ils leur préfèrent les rongeurs et les œufs d’oiseaux.

Cycle de vie

Les femelles atteignent la maturité vers l’âge de cinq ans et ne s’accouplent qu’une fois tous les deux ans. Elles pondent leurs œufs dans des troncs pourris, vers la fin de l’été, d’où les petits émergent un à deux mois plus tard. À l’automne, lorsque la température baisse, la couleuvre fauve de l’Est se réfugie dans un gite d’hivernage collectif local, appelé hibernaculum, et y demeure jusqu’au printemps.

Mesures prises par CNC pour protéger cette espèce

Conservation de la nature Canada (CNC) multiplie les efforts pour éviter que le Canada ne perde  cette espèce en péril très spéciale.

En protégeant l’habitat où vit la couleuvre fauve de l’Est, notamment les rives des îles du bassin ouest du lac Érié et la côte est de la baie Georgienne, CNC éloigne l’une des plus grandes menaces pesant sur ce serpent.

CNC aménage également des gites d’hivernage (aussi appelé « hibernacula ») pour les couleuvres fauves de l’Est en nidification, afin d’améliorer leur habitat. CNC mènera des activités de surveillance de la couleuvre fauve de l’Est et de ses hibernacula (les refuges où elles hibernent), de manière à pouvoir déterminer là où les efforts d’amélioration de l’habitat doivent être concentrés pour le plus grand bénéfice de cette espèce.

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)