Zigadène élégant, espèce envahissante (photo de CNC)

Zigadène élégant, espèce envahissante (photo de CNC)

Nerprun bourdaine (photo de Calin Darabus)

Nerprun bourdaine (photo de Calin Darabus)

Nerprun bourdaine

Originaire d’Eurasie, le nerprun bourdaine fut introduit au Canada il y a une centaine d’années. Il s’agit d’un arbre exotique pouvant atteindre jusqu’à sept mètres de hauteur. Jadis utilisé en aménagement paysager, le nerprun bourdaine est devenu une espèce envahissante.

Le nerprun bourdaine produit des feuilles au début du printemps, qu’il conserve jusqu’à la fin de l’automne. Il forme d’épais fourrés qui supplantent la végétation indigène.

Identification

Les jeunes plants possèdent souvent plusieurs tiges. À mesure que la plante se développe, les tiges fusionnent pour former un tronc, dont le diamètre peut mesurer jusqu’à 20 centimètres. D’une longueur d’environ un à trois centimètres, les feuilles sont ovales, légèrement ondulées, lustrées sur leur face supérieure et velues sur leur face inférieure.

Les tiges sont verdâtres, tandis que l’écorce des branches matures est de couleur gris-brun, avec de petites taches blanches. L’aubier sous l’écorce est jaune, tandis que le bois de cœur au centre de la plante est d’une couleur rose à orangée.

De la fin mai au début de septembre, le nerprun bourdaine produit des fleurs blanc verdâtre à cinq pétales.

Croissance

L’arbre produit des baies de juillet à septembre. De la taille des pois, leur couleur passe du vert au rouge, puis au violet foncé à mesure qu’elles mûrissent. Les oiseaux mangent ces baies et répandent les graines qu’elles contiennent.

Habitat

L’aire de répartition du nerprun bourdaine s’étend de l’ouest du Manitoba à l’est de la Nouvelle-Écosse, et vers le sud jusqu’au Minnesota, en Illinois, au New Jersey et au Tennessee. Il pousse dans les zones ensoleillées et humides, tant riveraines que boisées.

Que fait CNC pour combattre cet envahisseur?

Dans l’estuaire de la rivière Pugwash, en Nouvelle-Écosse, le personnel de CNC, des bénévoles et le groupe local Friends of the Pugwash Estuary unissent leurs efforts pour lutter contre cette espèce. En juin 2014, environ 5 000 plants de nerprun bourdaine ont été enlevés de cette région.

Que pouvez-vous faire?

Chacun de nous peut contribuer à éradiquer les espèces exotiques envahissantes. Voici quelques mesures simples que vous pouvez prendre :

  • La détection précoce est importante dans la lutte contre les espèces exotiques envahissantes. Lorsque les semis sont encore petits, ils peuvent être arrachés à la main, surtout lorsque le sol est malléable; il est important de retirer autant de racines que possible. Les jeunes plants et les petits arbres peuvent être coupés, mais cela ne détruira pas la plante, car les tiges produiront une grande quantité de rejets. L’application d’un herbicide sur les tiges coupées est donc nécessaire. Dans les sites lourdement infestés, les traitements devront généralement être répétés pendant plusieurs années.

  • Débarrassez-vous adéquatement de vos résidus de jardin. Le rejet de résidus de jardin dans les milieux naturels peut y introduire des espèces exotiques envahissantes qui vont ensuite y prospérer et se répandre. Même les tas de feuilles mortes peuvent poser un problème, car ces amas de résidus végétaux peuvent étouffer la végétation indigène. Communiquez avec votre municipalité pour savoir comment vous débarrasser adéquatement de vos résidus de jardin.

  • Plantez des espèces indigènes dans votre jardin! Il existe de nombreuses espèces indigènes magnifiques qui attirent papillons et oiseaux indigènes, et qui contribuent ainsi à embellir encore plus votre jardin. Les espèces indigènes sont également mieux adaptées à notre climat et requièrent souvent moins de soins que les espèces exotiques.

  • Signalez la présence de plantes envahissantes au conseil de gestion environnementale de votre région. La détection précoce de ces invasions d’espèces exotiques est essentielle à leur éradication.
  • Nettoyez vos chaussures ou les pneus de votre vélo avant de circuler dans les sentiers de différentes aires protégées. Les plantes envahissantes se répandent souvent accidentellement à partir de graines collées aux semelles ou au caoutchouc des pneus.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197