Pointe-Saint-Pierre (Photo de CNC)

Pointe-Saint-Pierre (Photo de CNC)

Salicaire commune (photo de Liz West, Wikimedia Commons)

Salicaire commune (photo de Liz West, Wikimedia Commons)

Salicaire commune

Originaire d’Europe et d’Asie, la salicaire commune est une plante exotique des milieux humides, arrivée en Amérique du Nord au début du 19e siècle. Son introduction s’explique probablement du fait que ses graines étaient incluses dans la terre utilisée pour lester les navires européens, et qui fut répandue un peu partout en Amérique du Nord. Cette plante extrêmement envahissante a également été propagée par les premiers colons, et est encore de nos jours utilisée dans les jardins de fleurs et parfois même vendue dans les pépinières.

Identification

La salicaire commune peut atteindre une hauteur d’un mètre et demi, et sa floraison rose pourprée a lieu de mai à juin. Groupées par deux ou par trois, ses feuilles lancéolées sont disposées de manière opposée sur les tiges, lesquelles sont ligneuses et anguleuses.

Habitat

Aujourd’hui, la salicaire commune est naturalisée et répandue à travers tout le Canada et le nord des États-Unis. Elle pousse dans les prairies humides, les plaines inondables et les zones humides aux abords des routes.

Cette plante provoque une dégradation rapide des zones humides et réduit la valeur de celles-ci en diminuant leur potentiel naturel pour la faune, obstruant les fossés d’irrigation et de drainage, en plus d’étouffer la végétation indigène.

Que pouvez-vous faire?

Chacun de nous peut contribuer à éradiquer les espèces exotiques envahissantes. Voici quelques mesures simples que vous pouvez prendre :

  • Déterrez à la main les jeunes plants ou retirez les inflorescences avant qu’elles ne produisent des graines. Incinérez les matières végétales ou laissez-les pourrir au soleil dans des sacs à ordures noirs pendant au moins une semaine avant de les jeter dans un site d’enfouissement. Afin d’éradiquer la population, les traitements doivent être répétés pendant plusieurs années.

  • Débarrassez-vous adéquatement de vos résidus de jardin. Le rejet de résidus de jardin dans les milieux naturels peut y introduire des espèces exotiques envahissantes qui vont ensuite y prospérer et se répandre. Même les tas de feuilles mortes peuvent poser un problème, car ces amas de résidus végétaux peuvent étouffer la végétation indigène. Communiquez avec votre municipalité pour savoir comment vous débarrasser adéquatement de vos résidus de jardin.

  • Plantez des espèces indigènes dans votre jardin! Il existe une multitude de magnifiques espèces indigènes qui attirent papillons et oiseaux indigènes, et qui contribuent ainsi à embellir encore plus votre jardin. Les espèces indigènes sont également mieux adaptées à notre climat et requièrent souvent moins de soins que les espèces exotiques.
  • Signalez la présence de plantes envahissantes au conseil de gestion environnementale de votre région. La détection précoce de ces invasions d’espèces exotiques est essentielle à leur éradication.
  • Nettoyez vos chaussures ou les pneus de votre vélo avant de circuler dans les sentiers de différentes aires protégées. Les plantes envahissantes se répandent souvent accidentellement à partir de graines collées aux semelles ou au caoutchouc des pneus.

Pleins feux sur nos sympathisants

Destinations Nature - Explorez nos propriétés