Le don d’une vie -La réserve de l’île Clayoquot donnée à un organisme de conservation national; la réalisation d’un vieux rêve pour la propriétaire.

29 février 2016
Victoria, Colombie-Britannique

 

L’ayant sauvé de la menace du développement urbain il y a 25 ans, le propriétaire de l’île Clayoquot a fait don de la portion encore vierge de ces terres chargées d’histoire à Conservation de la nature Canada, afin d’en faire une réserve naturelle qui sera protégée à très long terme. Cette île, qui a été successivement nommée l’île Clayoquot et l’île Stubbs, est située non loin de Tofino, à l’entrée de la baie Clayoquot. 

Susan Bloom avait acheté cette île en 1990, dans le but de la protéger et d’empêcher qu’elle soit davantage transformée par le développement, un sort plus que probable pour une île ayant été autrefois un lotissement urbain contenant des dizaines de lots individuels. Madame Bloom a fondé la Réserve de l’île Clayoquot (Clayoquot Island Preserve), ce qui a permis aux espaces forestiers de l’île de prospérer et d’offrir de magnifiques habitats naturels. Elle a également converti le site de l’ancienne ville en un jardin patrimonial florissant et détient toujours les droits de propriété pour le bâtiment, autosuffisant et à faible impact environnemental. 

La portion de l’île faisant l’objet du don s’étend sur 93 acres (38 hectares) d’une forêt mixte ancienne et d’une forêt côtière secondaire de pruches de l’Ouest, avec une grande étendue en bord de mer. Une promenade de bois mène les visiteurs depuis le centre de l’île à travers la diversité des forêts vers le rivage oriental, où les buissons de myrique du Pacifique forment des bosquets atteignant près de 4 mètres. Cette espèce, vulnérable à l’échelle provinciale, n’est présente que dans les régions côtières entre Ucluelet et Tofino. 

Les plages et les zones intertidales de l’île constituent également deux habitats ciblés pour la conservation : les dunes de sable côtières et les lits de zostère marine. Plusieurs espèces fauniques sont présentes dans la région, dont le grand héron, l’huîtrier de Bachmann et la panope, un mollusque de taille très impressionnante. L’île Clayoquot est aussi un arrêt important durant la migration pour des centaines de bernaches cravant, lesquelles s’arrêtent ici tôt au printemps pour se nourrir et se reposer dans les dunes de sable. 

L’accès à l’île est possible sur invitation seulement, puisque l’île demeure une propriété privée et que les intendants habitent toujours leur résidence, s’occupant des jardins et de l’entretien général. 

En plus d’avoir fait don d’environ les deux tiers de sa propriété au profit de la conservation, madame Bloom a également fait une importante contribution à l’œuvre de Conservation de la nature Canada, qui servira à l’intendance et la gestion à long terme de la propriété. 

Un financement supplémentaire fut également investi par le Gouvernement du Canada par l’intermédiaire du Programme de conservation des zones naturelles. Une partie de la propriété fut donnée en vertu du Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada, lequel procure des avantages fiscaux aux individus ou aux entreprises faisant don de terres dotées d’une grande importance au plan écologique. 

CITATIONS

« Depuis la toute première fois où j’ai visité l’île Clayoquot et depuis que j’en suis devenue propriétaire, mon but a été de la protéger de tout développement, de la préserver dans son état naturel et d’éliminer tous les déchets humains qui s’y étaient accumulés depuis des années et des années », raconte Susan Bloom. « Mon nouvel objectif était de m’assurer que ce territoire magnifique, ancré dans l’histoire du Canada, soit remis entre bonnes mains pour assurer sa conservation, et qu’il soit protégé à perpétuité. Conservation de la nature Canada a une excellente réputation dans le domaine de la protection des terres, et je suis ravie que l’organisme ait accepté cette responsabilité en devenant propriétaire de la plus grande partie encore sauvage de l’île. »

« La valeur écologique de l’île Clayoquot est universellement reconnue, et nous sommes très reconnaissants à madame Bloom d’avoir pris l’initiative d’assurer sa conservation à long terme », souligne Linda Hannah, vice-présidente régionale de CNC en Colombie-Britannique. « La forêt côtière, les tourbières et les dunes de sable de l’île Clayoquot sont aujourd’hui des milieux naturels florissants, grâce à la vision de conservation de madame Bloom. L’équipe de Conservation de la nature Canada est honorée de prendre la relève pour la gestion et la protection de la portion la plus écosensible de cette île au riche passé historique. » 

« Dans le cadre du Programme de conservation des zones naturelles et du Programme des dons écologiques, le gouvernement du Canada est fier de collaborer avec Conservation de la nature Canada en vue de soutenir des projets destinés à inciter des propriétaires fonciers indépendants qui veulent protéger des terres écosensibles au pays », a mentionné l’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

FAITS :

L’île Clayoquot est située au cœur de l’aire protégée de la baie de Clayoquot, Réserve mondiale de biosphère de l’UNESCO. Il s’agit d’une aire naturelle d’importance internationale.

L’île Clayoquot fait également partie du territoire traditionnel des Premières nations Tla-o-qui-aht.

Au milieu des années 1800, l’île Clayoquot fut le premier site d’établissement d’un poste de traite de la fourrure sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Au début du 20e siècle, la ville de Clayoquot, fondée sur l’île Stubbs, accueillait un hôtel, une taverne, un bureau de poste, une école et des dizaines de maisons. Éventuellement, elle fut désertée au profit de la ville de Tofino, située tout proche, qui devint la ville la plus importante de la région. 

Les terres de l’île Clayoquot furent concédées à CNC sous l’égide du Programme des dons écologiques du Gouvernement Canada, assurant la protection de celles-ci pour les générations à venir. Ce programme offre des avantages fiscaux intéressants aux individus qui font don de terres dotées d’une grande importance au plan écologique. Depuis le lancement du Programme de dons écologiques en 1995, CNC a reçu près de 300 dons de terres partout au pays.

À PROPOS :

Conservation de la nature Canada (CNC) est le chef de file en matière de conservation des terres privées au pays, œuvrant à la protection de nos plus précieux milieux naturels et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de plus de 2,8 millions d’acres (1,1 million d’hectares), d’un océan à l’autre. Plus du quart de ces terres protégées sont situées en Colombie-Britannique.  Pour en savoir plus, visitez le www.conservationdelanature.ca/colombie-britannique.  

Le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) du Gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique, géré et dirigé par Conservation de la nature Canada. Jusqu’à présent, 345 millions de dollars ont été investis dans le PCZN par le gouvernement fédéral pour la conservation de notre patrimoine naturel. De plus, 400 millions de dollars supplémentaires en fonds jumelés ont été recueillis par CNC et ses partenaires et investis au programme. 

IMAGES DISPONIBLES

Images disponibles via Dropbox > 

(Crédits photo indiqué dans le nom du fichier)

POUR EN SAVOIR PLUS :

Visitez le www.natureconservancy.ca

Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC 

Partagez avec nous sur Facebook

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Lesley Marian Neilson
Communications Manager
British Columbia Region
250-661-2969

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197