Pygargue à tête blanche, Îles Haida Gwaii, C.-B. (Photo de CNC)

Pygargue à tête blanche, Îles Haida Gwaii, C.-B. (Photo de CNC)

Pour la guérison d’une terre blessée

05 mars 2018
Victoria, C.-B.

 

La Nation haïda et Conservation de la nature Canada établissent un partenariat pour protéger des terres d’importance culturelle et écologique dans l'estuaire de la rivière Kumdis


Une terre ayant subi une exploitation forestière intensive près de Gamadiis Port Clements, à Haida Gwaii, sera restaurée grâce à un nouveau partenariat entre la Nation haïda et Conservation de la nature Canada (CNC).

Le lot de district 413 se trouve dans le secteur Kumdis Slough (« fondrière Kumdis ») de Haida Gwaii, où de nombreux attributs écologiques d'exception, incluant des ruisseaux, estuaires et forêts anciennes font partie d'un réseau d'aires protégées. Les arbres sur le lot ont été coupés en 2010, causant des dommages importants à l’habitat des saumons, aux forêts anciennes et aux valeurs culturelles du site. À titre de réparation pour cette exploitation forestière destructive, la cour provinciale de la Colombie-Britannique a approuvé l’option de transférer la terre à des fins de conservation.

CNC et la Nation haïda ont conclu un partenariat pour devenir conjointement propriétaires de cette terre et assumer ensemble la responsabilité de la gestion du lot de district 413. La propriété du site a été transférée le 26 janvier.

CNC a également fait l’acquisition d’une terre avoisinante, le lot de district 418, qui s’étend jusque dans Kumdis Slough et où on retrouve une forêt ancienne d’épinettes de Sitka et de thuyas géants. Ces deux parcelles, les dernières ne faisant l'objet d'aucune protection le long de l’estuaire, s’étendent sur 63 hectares (156 acres).

La Nation haïda et CNC géreront conjointement ces terres, tant pour leur valeur écologique que culturelle, et les conserveront pour les générations futures. Une restauration en profondeur est prévue en collaboration avec Haida Fisheries et Pêches et Océans Canada, afin de réhabiliter ces terres qui ont été qualifiées « d’usine à poissons » par un biologiste, en raison de leur combinaison rare de ruisseaux et de milieux humides, et de leur proximité de l’estuaire de la rivière Kumdis.

En plus d'abriter trois espèces de saumons, ces terres servent d'habitat à au moins trois espèces inscrites à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril : le guillemot marbré (menacé), la grenouille à pattes rouges du Nord (en voie de disparition) et l’hermine de la sous-espèce haidarum (menacée).

Ce projet de conservation a été rendu possible grâce au Programme de conservation des zones naturelles du Gouvernement du Canada. De généreuses contributions financières ont également été offertes par la Sitka Foundation, le Karen and Fred Green Fund (par l’entremise de la Vancouver Foundation), Anthony Paine et Susan Collacott, MGSP Yacht et Geoff et Karen Cowper. Le U.S. Fish and Wildlife Service a également apporté son soutien financier au projet en vertu de la North American Wetlands Conservation Act.

Citations

« Nous sommes honorés de nous joindre à la Nation haïda pour trouver des solutions créatives aux enjeux complexes et délicats liés à la terre, explique John Lounds, président et chef de la direction de Conservation de la nature Canada. Nos efforts collectifs pour protéger et restaurer ces terres de l’estuaire de la rivière Kumdis sont nés de la reconnaissance que la nature et la culture sont inextricablement liées. Ce projet est une contribution importante à l’atteinte des objectifs mondiaux de conservation et reconnaît que les dommages causés aux terres naturelles constituent une perte inacceptable pour les communautés, les cultures et l’écologie de la région. »

« Compte tenu du patrimoine culturel et écologique qui a été détruit par l’exploitation forestière de Kumdis, la possibilité de restaurer cet endroit nous permet d’imaginer ce qu'il redeviendra un jour, a déclaré kil tlaats ‘gaa, Peter Lantin, président de la Nation haïda. Notre partenariat avec Conservation de la nature Canada est une excellente façon de protéger et de restaurer ce site d’une grande importance. De plusieurs façons, c’est le début d'un processus qui examinera les aires endommagées par les hauts et les bas d’une économie fondée sur l’industrie. »

« Nous sommes fiers de soutenir Conservation de la nature Canada dans le cadre de son partenariat avec la Nation haïda visant à conserver et à restaurer cet important habitat estuarien. Grâce au Programme de conservation des zones naturelles, notre gouvernement travaille avec ses partenaires à la protection de la biodiversité et à la conservation de nos étendues sauvages pour assurer la santé de notre environnement. » ~ L’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits saillants

  • Le réseau de terres protégées dans l’estuaire de la rivière Kumdis englobe le Kamdis Heritage Site/Conservancy (géré conjointement par la Nation haïda et le Gouvernement de la Colombie-Britannique), l’aire de conservation de la rivière Kumdis de CNC, des terres détenues par The Nature Trust of BC et Canards Illimités Canada, ainsi qu’une future aire provinciale de gestion de la faune.
  • Les milieux humides intertidaux de l'estuaire de la rivière Kumdis abritent des espèces de sauvagine, d'oiseaux de rivage et de saumons, et de grandes étendues d’herbiers de zostères.
  • Malgré l’exploitation forestière intensive dont a fait l’objet le lot de district 413, l’endroit a conservé sa grande valeur écologique, en raison des habitats qu’il offre aux poissons et de ses estuaires, milieux humides et communautés aquatiques et riveraines.
  • Les saumons trouvés dans la rivière Kumdis et son estuaire représentent un réservoir génétique unique qui pourrait être utile pour reconstituer les stocks dans les autres réseaux hydrographiques de Haida Gwaii, où l’espèce est en déclin.
  • Le précédent propriétaire de la terre n’a reçu aucune compensation pour le transfert de la propriété.

Images

Images à télécharger sur Dropbox > 

À propos

Le conseil de la Nation haïda est le conseil élu de la Nation haïda. Il régit les activités de la Nation haïda et représente ses citoyens auprès des autres gouvernements à l’échelle nationale et internationale. Le territoire de la Nation haïda englobe tout Haida Gwaii et ses eaux territoriales.

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC a contribué à la protection de plus de 1,1 million d’hectares (2,8 millions d’acres) d’un océan à l’autre, dont près de 400 000 hectares (1 million d’acres) en Colombie-Britannique.

Le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) du Gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique administré par Conservation de la nature Canada (CNC). CNC et ses partenaires égalent les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats conservés dans le cadre du PCZN consolident la protection des corridors naturels et des autres aires protégées.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Lesley Marian Neilson
Directrice des communications et de la mobilisation - Région de la Colombie-Britannique
250 661-2969

Simon Davies
Haida Nation Communications
(250) 637-1130 (en anglais)

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)