Projets vedettes

  • Aire de conservation de la rivière Kumdis

    L'aire de conservation de la rivière Kumdis représente la première acquisition de terre de CNC dans l'archipel Haida Gwaii. Cette propriété de 144 acres (58 hectares) s'étend sur la dernière partie de la rivière Kumdis, là où ses eaux se dispersent pour former un milieu humide intertidal. Cet estuaire joue un rôle essentiel pour le saumon du Pacifique et les oiseaux aquatiques migrateurs. La rivière, qui abrite une population unique de saumons sauvages, pourrait faciliter le rétablissement de cette espèce dans d'autres bassins versants.

    On peut voir sur la propriété des traces d'utilisation traditionnelle laissées par le peuple Haïda sur certains cèdres anciens de grande taille. La Nation Haïda a accordé à cette propriété un statut de conservation prioritaire dans le cadre de son processus d'aménagement du territoire.

    CNC a acheté cette propriété de la rivière Kumdis de la société Weyerhaeuser en 2008.

     

  • Forêt-parc. Aire de conservation Luxor Linkage (Photo de Bonnie-Lou Ferris)

    Aire de conservation Luxor Linkage

    L'aire de conservation Luxor Linkage est située dans le sillon des montagnes Rocheuses (Rocky Mountain Trench), au nord de la petite communauté d'Edgewater, en Colombie-Britannique. La propriété s'étend des milieux humides du fleuve Columbia, à l'autoroute 95, pour se terminer dans les Rocheuses. Ces terres font partie d’un corridor faunique d'une importance critique pour la faune et la flore sauvage.

    Le nom Luxor Linkage tire son origine de celui du ruisseau Luxor qui traverse la propriété avant de se déverser dans les milieux humides du fleuve Columbia.

    La première phase du projet Luxor Linkage, achevée en mars 2016, a mené à la protection de 630 acres (255 hectares) de terrain montagneux. Au début de 2017, la deuxième phase a permis d'augmenter la superficie du territoire sous la protection permanente de CNC à 960 acres (389 hectares).

    Environ la moitié des 331 acres (134 hectares) de terres acquises en 2017, le long du fleuve Columbia, se compose de milieux humides et d’habitats qui leur sont associés. La propriété est adjacente à l’aire de gestion de la faune des terres humides du Columbia (Columbia Wetlands Wildlife Management Area), une bande de milieux humides de 180 km internationalement reconnue comme la plus longue qui subsiste en Amérique du Nord.

    Importance écologique

    Mouflon d’Amérique. Aire de conservation Luxor Linkage, C.-B. (Photo de Bonnie-Lou Ferris)

    Mouflon d’Amérique. Aire de conservation Luxor Linkage, C.-B. (Photo de Bonnie-Lou Ferris)

    L'aire de conservation Luxor Linkage s’inscrit dans un corridor de connectivité utilisé par les grands animaux qui se déplacent dans la vallée. Cette zone est ciblée depuis plus de deux décennies pour la conservation et la restauration de l’habitat. La propriété soutient une étonnante diversité d’espèces fauniques, dont le blaireau d’Amérique (en voie de disparition), la chèvre des montagnes Rocheuses, le cougar, le loup, l’ours. C’est également un habitat hivernal de choix pour le mouflon d’Amérique, l’orignal, le wapiti et le cerf.

    Le biologiste et chercheur indépendant Michael Proctor a identifié ce territoire comme étant l’une des zones les plus importantes entre Fairmont et Golden pour les grizzlys qui se déplacent entre les montagnes Purcell et les Rocheuses.

    Vue sur l'ouest des monts Purcell. Aire de conservation Luxor Linkage, C.-B. (Photo de Bonnie-Lou Ferris)

    Vue sur l'ouest des monts Purcell. Aire de conservation Luxor Linkage, C.-B. (Photo de Bonnie-Lou Ferris)

    Les milieux humides qui bordent le fleuve Columbia constituent quant à eux une halte migratoire de première importance pour la sauvagine et d’autres oiseaux, dont bon nombre s’y reproduisent et s’y alimentent.

    Les milieux humides dans l’aire de conservation permettent d’assurer le maintien des populations d’amphibiens et de reptiles de la région. Ils sont également des milieux de nidification, d’alimentation et de repos pour le canard, l’oie, le cygne trompette, le grand héron, le balbuzard pêcheur, le harle, le huard, le grèbe, le martin-pêcheur et le pygargue à tête blanche.

     

  • Aire de conservation Midgeley

    L’aire de conservation Midgeley est le plus récent ajout à l’initiative de Conservation de la nature Canada (CNC) pour la création d’un corridor faunique au sud-est de la Colombie-Britannique. Ce projet a pour but de permettre une meilleure connectivité entre une population isolée de grizzlis et une population plus abondante d’ours dans l’est.

    Le projet a été nommé corridor de conservation Frog Bear, en l’honneur du nom anglais des deux espèces importantes qui bénéficieront de ces mesures de conservation : le grizzli et la grenouille léopard. Cette initiative a pour cible certaines terres de la vallée de Creston, qu’une population de grizzlis  en péril utilise fréquemment lors de ses déplacements entre les chaînes de montagnes Selkirk et Purcell. À ce jour, quatre propriétés ont été conservées dans le cadre de ce projet de corridor faunique.
      

    Valeur écologique

    Dans une perspective à long terme, pour la survie de cette espèce dans cette partie de la province, il est considéré comme essentiel que la population menacée de grizzlis du sud des Selkirk puisse établir des contacts avec l’abondante population de grizzlis de l’est. Les biologistes ont reconnu que les terres conservées sont des domaines essentiels, utilisés par les ours lorsqu’ils se déplacent dans la vallée.

    Midgeley est une propriété boisée de 162 acres (65 hectares), située à l’extrémité ouest de la vallée et servant de passerelle aux ours qui descendent de la montagne. La terre a été achetée de Wynndel Box and Lumber, société établie à Creston, et elle est adjacente à la Creston Valley Wildlife Management Area (aire de gestion de la faune de la vallée de Creston).
      

    Midgeley, BC (Photo by Steve Ogle)

    Midgeley, BC (Photo by Steve Ogle)

    Habitat faunique

    Le nom de corridor Frog Bear vient du fait que deux espèces surtout bénéficieront de ces mesures de conservation : l’ours grizzli et la grenouille léopard. La population de grizzlis du sud de Selkirks est effectivement considérée comme menacée, surtout parce qu’elle se trouve isolée de la population d’ours plus grande située à l’est de la chaîne de montagnes Purcell. La vallée abrite également le seul site de reproduction connu en Colombie-Britannique de la grenouille léopard, une espèce en voie de disparition.

    D’autres espèces rares ont été identifiées dans la vallée de Creston, y compris le boa caoutchouc, le grand héron, le butor d’Amérique et le petit-duc des montagnes.
      

    Partenaires de conservation

    L’initiative Yellowstone to Yukon Conservation (Y2Y) joue un rôle essentiel dans ce projet. Cette organisation, conjointe aux États-Unis et au Canada, veille à s’assurer que les animaux sauvages puissent effectuer leurs déplacements en dépit de la présence et des activités humaines sur un territoire de 1,3 km2, de Yellowstone jusqu’au Yukon. En plus d’avoir financé la moitié de l’achat de la propriété Midgeley, Y2Y a également contribué à subventionner la recherche qui a permis de reconnaître l’importance de cette parcelle de territoire.

    Le Groupe Banque TD (par l’entremise de son programme Forêts TD), le Columbia Basin Trust, le Fish and Wildlife Compensation Program, la Fondation canadienne Donner et le Kootenay Conservation Program ont consenti des fonds supplémentaires pour ce projet.

     

  • Aire de conservation Sage and Sparrow

    L'aire de conservation Sage and Sparrow est composée de deux propriétés distinctes : Sagebrush Slopes et Sparrow Grasslands. Ces propriétés sont situées le long de la frontière entre le Canada et les États-Unis, près de la ville d'Osoyoos; elles font partie d'un couloir international de rares habitats de prairie. Elles participent également à un corridor migratoire permettant à certaines espèces de se déplacer entre les zones désertiques de l'Ouest des États-Unis et les prairies sèches de l'intérieur de la Colombie-Britannique.

    La propriété Sagebrush Slopes (pentes recouvertes d'armoise) a ainsi été nommée en raison des buissons odorants qui la dominent et qui en font l'une des plus grandes étendues d'armoises de la Colombie-Britannique.

    La propriété Sparrow Grasslands (prairies à bruants) est reconnue pour la grande diversité d'espèces d'oiseaux qui la fréquentent; on peut y observer au moins sept espèces de bruants.

    Ensemble, ces deux propriétés protègent plus de 1 200 acres (485 hectares) de milieux naturels.

    Cliquer ici pour une vidéo sur l'aire de conservation Sage and Sparrow.

     

  • Estuaire de la rivière Campbell, C.-B. (Photo de Tim Ennis/CNC)

    Estuaire de la rivière Campbell

    Autrefois utilisé pour se débarrasser des boues industrielles, l'estuaire de la rivière Campbell est en train de vivre une transformation radicale visant à lui redonner sa riche biodiversité et sa beauté d'antan. Aujourd'hui, on peut voir, dans les eaux peu profondes de la rivière qui tourbillonnent paresseusement près du rivage rocheux, une multitude d'alevins de saumon quinnat, de la taille d'un doigt, se déplacer dans les herbes et les algues. Il y a dix ans, un tel spectacle aurait été exceptionnel, même si la rivière Campbell est reconnue comme l'une des plus productives frayères à saumons de la Colombie-Britannique.

    Grâce a des partenariats clés et à une communauté ayant son environnement à cœur, Conservation de la nature Canada a contribué à la transformation de ce rivage éteint en un milieu naturel plein de vie.

     

  • Estuaire de la rivière Koeye

    L'estuaire de la rivière Koeye est considéré comme l'un des plus exceptionnels de la Colombie-Britannique; il fait partie de la liste des aires protégées en vertu de l'entente sur la forêt pluviale du Grand Ours. Adjacant au bassin versant de la rivière Namu et avec ce dernier, il forme l'un des plus importants complexes de forêts anciennes du centre de la côte de la province.

    Cet estuaire présente des caractéristiques écologiques exceptionnelles; on y trouve une forêt ancienne et des habitats pour le grizzli et le saumon, représentatifs de la nature sauvage du bassin versant de la rivière Koeye.

    En décembre 2005, Conservation de la nature Canada (CNC) a fait l'acquisition d'une parcelle de terre de 165 acres (67 hectares) dans l'estuaire de la rivière Koeye.

     

  • Observatoire d'oiseaux du lac Tatlayoko

    Des dizaines de milliers d'oiseaux chanteurs traversent chaque année la vallée Tatlayoko et Conservation de la nature Canada a créé un observatoire d'oiseaux sur le ranch afin de surveiller la migration annuelle de ces oiseaux lors de leur voyage vers le Sud. Ouvert en août et en septembre, l'observatoire offre aux bénévoles une chance unique de visiter ce site spectaculaire et de participer à des recherches de conservation sur le terrain.

     

  • Ranch du lac Tatlayoko

    Le ranch du lac Tatlayoko, d'une superficie de 939 acres (380 hectares), est la seule grande propriété privée d’importance entre la partie côtière de la forêt pluviale du Grand Ours et la rivière Fraser, dans la région de Chilcotin.

    Elle est très fréquentée par le cougar, la chèvre de montagne, le mouflon d'Amérique et le loup. Au printemps, le ranch est également visité par le grizzly.

    La partie supérieure de la rivière Homathko traverse le ranch et offre une aire de repos essentielle aux oiseaux chanteurs migrateurs et à la sauvagine, y compris au cygne trompette.

    Le ranch abrite certains des plus beaux peuplements de forêts anciennes de Douglas de Menzies qui subsistent dans la province.

    Conservation de la nature Canada a acheté le ranch en 2000.

     

  • Ranch Frolek

    Grâce à une gestion axée sur la conservation, la Frolek Cattle Company (entreprise d’élevage) a pu assurer la santé et la pérennité des prairies du ranch durant des décennies. Ce ranch procure un habitat à plusieurs espèces en péril, notamment la chevêche des terriers, le tétras à queue fine et le blaireau d’Amérique.

    Ce projet permet de protéger une superficie totale de 7 828 acres (3 168 hectares) aux environs de Kamloops. Un tiers de la surface protégée (2 342 acres/948 hectares) a été acheté par CNC et sera à nouveau loué au ranch en vertu d'un bail à long terme. La partie restante de 5 486 acres (2 220 hectares) est protégée par des conventions de conservation tout en demeurant la propriété de la Frolek Cattle Company.

     

  • Ranch Pine Butte

    La famille Van Steinburg a possédé et exploité le ranch Pine Butte durant plus de cinquante ans. Ray Van Steinburg, maintenant octogénaire, a passé la majeure partie de sa vie à transformer la prairie qu'il avait achetée en 1952 pour en faire un ranch écologique, qui est géré en harmonie avec la nature.

    La Colombie-Britannique comptant moins de deux pour cent de ses prairies protégées, le ranch Pine Butte constitue une partie importante de cet habitat. Ces prairies procurent un habitat essentiel aux espèces sauvages comme le grizzli, le loup, le wapiti et le blaireau d'Amérique. On y trouve de petits lacs et des milieux humides utilisés par 80 espèces d'oiseaux migrateurs. Les oiseaux résidants tel que le pygargue à tête blanche et la buse à queue rousse, pour leur part, apprécient ces excellents territoires de chasse.

    En 2006, Conservation de la nature Canada et la famille Van Steinburg ont célébré la protection de plus de 1 300 acres (525 hectares) de prairies au ranch Pine Butte.

     

Items 1 - 10 of 18  12Next

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197