Grand Manan, N.-B. (Photo de Nick Hawkins)

Grand Manan, N.-B. (Photo de Nick Hawkins)

Conservation de la nature Canada complète la protection d’un refuge pour oiseaux migrateurs sur l’île Grand Manan, dans la baie de Fundy

02 août 2018
Grand Manan, N.-B.

 

Conservation de la nature Canada (CNC) annonce la conservation de la dernière parcelle privée se trouvant dans les limites du refuge d’oiseaux migrateurs (ROM) de l’île Grand Manan, un site internationalement reconnu pour l’observation des oiseaux. CNC a acquis la propriété côtière de 11 hectares (28 acres) appartenant à Earl Brewer et Sandy Kitchen. C’est la deuxième fois que ce couple du Nouveau-Brunswick confie une propriété à CNC en lui faisant don d’une partie de sa valeur dans le cadre du Programme de conservation des zones naturelles (PCZN). Le projet annoncé aujourd’hui permet de compléter la protection des 433 hectares (1 070 acres) de la Réserve d’oiseaux migrateurs (ROM) de l’île Grand Manan, qui abrite des habitats clés pour les oiseaux migrateurs dans la région.

Lors de l’annonce d’aujourd’hui, le personnel de CNC était accompagné de la députée fédérale de Nouveau-Brunswick–Sud-Ouest, Karen Ludwig, qui y représentait la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, du maire du village de Grand Manan, Dennis Greene, ainsi que de sympathisants du projet et de membres de la collectivité.

L’île Grand Manan fournit des habitats à plus de 300 espèces d’oiseaux et est l’un des endroits les plus biodiversifiés au Canada atlantique. Le Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Grand Manan a été établi par le Gouvernement du Canada il y a de nombreuses années et se trouve dans une Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) mondialement reconnue. Toutefois, les terres se trouvant dans les limites du refuge n’étaient pas intégralement protégées jusqu’à présent, certaines parcelles demeurant dans les mains de propriétaires privés. CNC œuvre sur l’île depuis 2004 et y protège maintenant un peu plus de 243 hectares (600 acres).

La nouvelle réserve naturelle se trouve entre les municipalités de Grand Harbour et de Seal Cove, sur la côte sud-est de Grand Manan, près du parc provincial The Anchorage. Elle comporte des landes côtières, des forêts et un peu plus de 1 km de littoral. Une partie de la propriété, où une carrière de gravier était jadis en exploitation, sera restaurée par l’ajout d’espèces indigènes, afin de fournir un habitat aux espèces sauvages. CNC établira des partenariats avec des organismes locaux et les résidents de l’île afin d’assurer la surveillance et l’entretien de ses réserves naturelles sur l’île Grand Manan. Les deux propriétés les plus récemment confiées à CNC à Grand Manan porteront le nom de Wayne B. Kitchen Memorial Nature Reserve (réserve naturelle commémorative Wayne B. Kitchen).

La conservation de cette propriété et d’autres sites sur l’île Grand Manan a été rendue possible grâce à l’appui financier du Gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de conservation des zones naturelles (PCZN), qui a été créé dans le but d’accélérer la conservation des terres privées au pays. Une partie du projet de l’île Grand Manan a fait l’objet d’un don dans le cadre du Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada, qui procure des avantages fiscaux améliorés aux particuliers et aux entreprises faisant don de terres écosensibles.

Le Fonds en fiducie pour la faune du Nouveau-Brunswick, le U.S. Fish and Wildlife Service (en vertu de la North American Wetlands Conservation Act), la Fondation Crabtree, la Sir James Dunn Foundation, la McCain Foundation, le Davis Conservation Fund, le William P. Wharton Trust, American Friends of Nature Conservancy of Canada et de nombreux donateurs privés ont contribué à la réussite du projet de conservation du Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Grand Manan.

Citations

« Conservation de la nature Canada travaille à ce projet depuis 5 ans et nous sommes ravis d’avoir pu contribuer à la protection de l’ensemble du Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Grand Manan. Cette propriété fournit des habitats d’importance mondiale à de nombreux oiseaux, incluant certaines espèces en péril. Nous tenons à remercier le Gouvernement du Canada et nos nombreux donateurs pour leur appui à cet important projet. »

Paula Noel, directrice des programmes au Nouveau-Brunswick, Conservation de la nature Canada

« Au nom de ma collègue Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, je tiens à féliciter Conservation de la nature Canada qui vient assurer la protection complète du refuge d’oiseaux migrateurs de Grand Manan. Par l’intermédiaire du Programme des dons écologiques et du Programme de conservation des zones naturelles, notre gouvernement appuie les travaux importants réalisés ici, au Canada atlantique, afin de protéger les oiseaux migrateurs et leur habitat. »

Karen Ludwig, députée de Nouveau-Brunswick–Sud-Ouest

Faits saillants

  • Visitée par l’ornithologue Jean-Jacques Audubon au cours des années 1830, l’île Grand Manan est depuis longtemps reconnue comme un site de reproduction et d’hivernage d’une grande importance, ainsi qu’une  halte migratoire essentielle pour une grande variété d’oiseaux, dont le petit pingouin, le guillemot marmette, le canard noir, le bécasseau sanderling, le bécasseau violet, le petit garrot, la bernache du Canada, le fuligule à collier, le canard pilet, le canard d’Amérique, l’eider à duvet et la bernache cravant d’Amérique du Nord.
  • Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a évalué la situation de plusieurs espèces d’oiseaux présentes à l’île Grand Manan : le bécasseau maubèche est en voie de disparition; l’hirondelle rustique, l’hirondelle de rivage, l’engoulevent d’Amérique, la paruline du Canada, le goglu des prés et le moucherolle à côtés olive sont menacés; la situation du pioui de l’Est et du quiscale rouilleux est jugée préoccupante. Certaines espèces ont également un statut en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), une loi fédérale. Par exemple, le monarque, un papillon aperçu sur les propriétés de CNC sur l’île, est une espèce désignée préoccupante en vertu de la LEP.

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de plus de 1,1 million d’hectares (2,8 millions d’acres) d’un océan à l’autre, dont plus de 29 500 hectares (74 000 acres) dans les provinces de l’Atlantique.

Le Programme de conservation des zones naturelles du Gouvernement du Canada (PCZN) est un partenariat public-privé unique visant à accélérer la conservation des terres dans les communautés du sud du Canada. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. CNC et ses partenaires bonifient les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats conservés dans le cadre du PCZN consolident la protection des corridors écologiques et d’autres aires protégées.

Pour en savoir plus

Programme des dons écologiques

http://www.natureconservancy.ca/fr/aidez-nous/autres-facons-aider/dons-de-terre/programme-dons-ecologiques.html

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Andrew Holland
Directeur, Relations avec les médias
Bureau : 1 877 231-4400 | Cell. : 506 260-0469

Pleins feux sur nos sympathisants

Destinations Nature - Explorez nos propriétés