L'orignal est en voie de disparition dans la partie continentale de la Nouvelle-Écosse, avec une population de moins de 1 000 individus. (Photo de Mike Dembeck)

L'orignal est en voie de disparition dans la partie continentale de la Nouvelle-Écosse, avec une population de moins de 1 000 individus. (Photo de Mike Dembeck)

Le don d’une terre permet d’agrandir le projet de corridor écologique de Conservation de la nature Canada près de Sackville

11 février 2019
Sackville, N.-B.

 

Le don d’une terre à Halls Hills, près de Sackville, au Nouveau-Brunswick, représente une nouvelle avancée pour un projet visant la protection d’un corridor écologique parmi les plus essentiels des Maritimes. En effet, ce don a permis à Conservation de la nature Canada (CNC) de protéger 7 hectares (18 acres) de forêt mature et de milieux humides de plus sur l’isthme de Chignectou, l’étroite bande de terre qui relie le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

La propriété nouvellement conservée est la deuxième ayant fait l’objet d’un don de la part du regretté Daniel Lund, un résident de Sackville. Elle constituera un lien important entre des terres déjà conservées par CNC et la Réserve nationale de faune de Tintamarre du Gouvernement du Canada.

Avec l’ajout de ce don, CNC protège maintenant 1 390 hectares (3 440 acres) au sein du corridor écologique de l’isthme de Chignectou, un projet de conservation continu qui vise à protéger des habitats sauvages pour l’orignal et d’autres grands mammifères. L’un des objectifs fondamentaux de ce projet est de relier la population viable d’orignaux du Nouveau-Brunswick à celle de la partie continentale de la Nouvelle-Écosse. Depuis 2003, l’espèce y est désignée en voie de disparition en vertu de la Nova Scotia Endangered Species Act.

Acquises grâce à des dons et à des acquisitions stratégiques, les nombreuses aires de conservation de CNC sur l’isthme de Chignectou contribuent à connecter des terres protégées existantes de compétence fédérale et provinciale et à établir un corridor écologique sécuritaire et permanent au sein d’une plaque tournante du transport routier parmi les plus achalandées de la région. À défaut de conserver des sites sauvages sur l’isthme de Chignectou, la Nouvelle-Écosse pourrait devenir « écologiquement isolée » du reste du continent, entraînant ainsi un déclin de la santé et de la taille de ses populations fauniques.

La nouvelle aire de conservation de CNC à Halls Hills consiste principalement d’un milieu forestier d’épinettes (noires, rouges et blanches) matures. Le maintien du couvert forestier à cet endroit permet le déplacement des populations d’espèces sauvages. Les membres du personnel de CNC qui ont inspecté la propriété y ont noté des signes de la présence du lièvre d’Amérique, du cerf de Virginie, de l’ours noir et de l’orignal. Un petit milieu humide se trouvant sur la réserve naturelle, de même que les vastes milieux humides du secteur, fournissent des habitats essentiels à de multiples espèces de sauvagine et d’oiseaux migrateurs.

La conservation de cette propriété a été rendue possible grâce au financement du Gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de conservation des zones naturelles (PCZN). D’autres fonds ont été fournis par le U.S. Fish and Wildlife Service en vertu de la North American Wetlands Conservation Act.

Citations

« Conservation de la nature Canada tient à remercier Kenneth Lund, le frère du regretté donateur, pour avoir assuré la concrétisation de ce don planifié et pour avoir donné à CNC, par le passé, une terre qu’il possédait avec son frère Daniel. Nous remercions aussi le U.S. Fish and Wildlife Service de son appui, de même que le Gouvernement du Canada, lequel a contribué à la conservation de cet habitat sauvage d’une grande importance par l’entremise du Programme de conservation des zones naturelles. »

Denise Roy, représentante en conservation, Conservation de la nature Canada

« Au nom de ma collègue Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, je suis ravi d’annoncer la conservation d’autres terres sur l’isthme de Chignectou, ici même au Nouveau-Brunswick, afin de protéger des espèces sauvages essentielles. En travaillant avec des partenaires comme Conservation de la nature Canada et la famille Lund, notre gouvernement fait des progrès en vue de doubler la superficie de nature protégée au sein des zones terrestres et maritimes du Canada. »

Bill Casey, député de Cumberland — Colchester

« Mon frère Daniel aimait particulièrement le ruisseau tranquille qui traverse cette propriété. Il serait heureux d’imaginer les cerfs et les orignaux qui viennent s’abreuver à son ruisseau et de savoir que la propriété a été conservée selon ses volontés et restera pour toujours à l’état naturel. »

Kenneth Lund, frère du regretté Daniel Lund, donateur de la propriété

Faits saillants

Les projets de conservation de CNC sur l’isthme de Chignectou se nomment « Moose Sex Project » (pour les amours des orignaux), une campagne humoristique visant à sensibiliser la population à l’importance de conserver un corridor faunique vital entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. 

La population d’orignaux du Nouveau-Brunswick est en bonne santé et compterait 31 800 individus selon les estimations de 2015, alors que l’espèce est désignée en voie de disparition en Nouvelle-Écosse, avec une population estimée à moins de 1 000 individus.

L’isthme de Chignectou se trouve le long de la voie migratoire de l’Atlantique, un corridor qu’empruntent de nombreux oiseaux au cours de leur migration. Les vastes milieux humides d’eau douce de l’isthme de Chignectou fournissent des habitats de repos et d’alimentation essentiels à plusieurs de ces oiseaux migrateurs.

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de plus de 1,1 million d’hectares (2,8 millions d’acres) d’un océan à l’autre, dont plus de 31 000 hectares (77 000 acres) dans les provinces de l’Atlantique. Pour en savoir plus, visitez conservationdelanature.ca.

Le Programme de conservation des zones naturelles du Gouvernement du Canada (PCZN) est un partenariat public-privé unique visant à accélérer la conservation des terres dans le sud du Canada. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. CNC et ses partenaires bonifient les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats protégés dans le cadre du PCZN renforcent la protection des corridors naturels et des autres aires protégées.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Kathryn Morse
Directrice des communications - Région de l'Atlantique
1 866 319-5985

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)