Le Moose Sex Project

Macarons bilingue du Programme Moose Sex, isthme de Chignectou | Contactez 1-877-231-4400 (Photo par CNC)

Macarons bilingue du Programme Moose Sex, isthme de Chignectou | Contactez 1-877-231-4400 (Photo par CNC)

Conservation de la nature Canada (CNC) a lancé un projet ambitieux visant à protéger la faune et les espèces en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. L’isthme de Chignectou est un corridor écologique essentiel pour les espèces terrestres, et la seule voie permettant aux espèces sauvages d’entrer et de sortir de la Nouvelle-Écosse où l’orignal est une espèce menacée.

Comme cela a été largement rapporté, les populations d'orignaux du Nouveau-Brunswick comptent environ 29 000 individus et se portent bien. Cependant, la situation de l’espèce est très préoccupante en Nouvelle-Écosse, où l’on dénombre aujourd’hui moins de 1 000 orignaux.

L’isthme en un coup d’œil

À ce jour, CNC a acquis 13 propriétés pour un total de 2 060 acres (834 hectares). Ces propriétés sont situées dans le bassin versant de Tantramar, Halls Hill et de Baie verte au Nouveau-Brunswick ainsi que près d’Amherst en Nouvelle-Écosse.

Conservation de la nature Canada a reçu le soutien généreux de plusieurs donateurs parmi lesquelles se retrouvent Joan et Derek Burney qui ont fait le don de leur propriété de 781 acres (361 hectares). Le Programme de conservation des zones naturelles d’Environnement Canada, le Nova Scotia Share Land legacy trust et l’Open Space Institute basé New York font aussi parti de nos collaborateurs financiers pour certaines de ces acquisitions.

CNC s’est engagé à préserver la viabilité à long terme des populations d’espèces sauvages, non seulement au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, mais dans tout l’est du Canada et des États-Unis, car les espèces qui s’y retrouvent traversent également les frontières et nous sommes tous interconnectés.

Les valeurs de conservation

Les populations d’orignaux sont en bonne santé au Nouveau-Brunswick. Ils sont toutefois en voie de disparition en Nouvelle-Écosse. L'isthme de Chignectou est un maillon essentiel pour l’habitat de l’orignal et assure le soutien de cette espèce. L'isthme de Chignectou est également considéré comme un milieu humide essentiel, en raison de son réseau étendu de marécages, de lacs, de marais et de tourbières.

En plus des orignaux, l'isthme de Chignectou est un lieu où se retrouve une grande variété d’espèces de mammifères et d’oiseaux, notamment le lynx roux, l'ours noir et le lynx du Canada. La région est également un site potentiel de nidification pour le canard noir, la sarcelle à ailes vertes et le canard branchu. Du côté de la Nouvelle-Écosse, on y retrouve aussi des espèces rares de plantes incluant la renouée à feuilles d’Arum et la petite pirole.

Les menaces

L’isthme de Chignectou est un corridor étroit et sensible dans une région référée par les gérants de conservation comme étant l’écorégion des Appalaches nordiques et de l’Acadie. Sans protection, le déplacement des espèces sauvages dans ce corridor pourrait être perturbé.

Pour plus d’informations ou pour apprendre comment vous pouvez contribuer, s’il vous plaît contactez CNC dans la région de l’Atlantique au 1-877-231-4400 | 1-877-231-4400 ou atlantique@conservationdelanature.ca.

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)