Pluvier siffleur (photo de Gordon Prince)

Pluvier siffleur (photo de Gordon Prince)

Une espèce d'oiseau sur trois est menacée en Amérique du Nord

L'habitat joue un rôle essentiel

Johnson's Mills, N.-B. (Photo de CNC)

Johnson's Mills, N.-B. (Photo de CNC)

Une nouvelle étude constate que les populations d’oiseaux sont en sérieux déclin en Amérique du Nord. Le rapport, paru en mai 2016 et intitulé État des populations d’oiseaux de l’Amérique du Nord 2016, fait état d’une situation qui suscite une « préoccupation élevée » qui touche près du tiers des 1 154 espèces d’oiseaux migrateurs qui parcourent le Canada, les États-Unis et le Mexique. Les changements climatiques, la pollution, les prédateurs, l’urbanisation et la perte de leurs habitats naturels sont les principales menaces. Ni les oiseaux de rivage ni les oiseaux de mer du Canada atlantique n’échappent à la situation.

En effet, la situation est particulièrement grave chez les espèces qui nichent ou s’arrêtent sur les côtes de l’Atlantique, soit principalement des espèces marines ou côtières.

« Les protéger et protéger leurs habitats n’est pas uniquement profitable à la Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et au Canada. Car certains effectuent les plus longues migrations de la planète, en reliant les Amériques », explique le scientifique Dans Kraus, directeur principal du développement des programmes de conservation à Conservation de la nature Canada (CNC).

La baie de Fundy : primordiale pour les migrateurs

M. Kraus poursuit en précisant que l’environnement côtier de la baie de Fundy est tout particulièrement essentiel à la faune ailée.

« La baie de Fundy est l’un des rares endroits au monde à accueillir autant d’oiseaux migrateurs. C’est incroyable, mais on peut littéralement en voir des centaines de milliers en un seul jour. CNC a donc ciblé, au sud du Nouveau-Brunswick, de nombreux habitats à conserver, par exemple, dans l’estuaire de la Musquash, près de Saint John. Nous administrons également une réserve d'oiseaux migrateurs et un centre d'interprétation de renommée mondiale à Johnson’s Mills, près de Moncton.

La Côte Sud de la Nouvelle-Écosse

La Côte Sud de la Nouvelle-Écosse est un autre exemple d’habitat vital pour les oiseaux. CNC y travaille actuellement à la protection des marais salants et du littoral, à Port Joli et à Lobster Bay. Le pluvier siffleur et le bécasseau semipalmé sont des oiseaux de rivage au nombre des espèces à risque de disparition.

Malgré ce sombre portrait, M. Kraus affirme que certaines espèces se portent plutôt bien. C’est le cas du macareux moine, grâce à des actions pour protéger les îles où il niche.

« Si les oiseaux manquent d’habitats sains pour se reproduire et s’alimenter pendant leurs migrations, ce sera impossible de les protéger à long terme », dit M. Kraus. Bien des moyens existent pour contribuer à cette mission. En plus d’appuyer activement le travail de protection des habitats aviaires, il est possible sur le plan individuel de faire de la conservation à petite échelle, chez soi, en gardant ses chats à l’intérieur ou en accrochant une clochette à leur collier. On peut aussi aménager dans sa cour arrière un habitat propice en y plantant des arbustes et des arbres pour abriter et nourrir les oiseaux.

Pour agir

Aidez-nous à protéger les habitats essentiels des oiseaux de mer et de rivage en nous appuyant. Visitez www.natureconservancy.ca/fr/nous-trouver pour vous joindre à une de nos activités, contribuer à nos projets et faire un geste significatif pour la sauvegarde des espèces sauvages indigènes du Canada, pour le plus grand bien de tout le monde!


Apprenez-en plus sur notre réserve d’oiseaux migrateurs et notre centre d’interprétation de Johnson’s Mills >

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197