Conservation de la nature Canada protège un total de 274 hectares de milieux humides, de forêt mature et de karst de gypse rares à l’île du Cap-Breton

11 octobre 2017
Baddeck, N.-É.

 

Dans le cadre d’un nouvel effort de conservation à l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, Conservation de la nature Canada (CNC) annonce la protection de plusieurs habitats exceptionnels d’une superficie totale de 274 hectares (676 acres).

Ces habitats sont les premiers à être protégés par CNC sur l’île du Cap-Breton en plus de 10 ans, et les premiers d’un plan à long terme de l’organisme visant à protéger certains des habitats et écosystèmes uniques se trouvant au centre de l’île.

Les nouvelles aires de conservation incluent des habitats d’une richesse et d’une diversité exceptionnelles, consistant de milieux humides uniques, de forêt acadienne mature et, plus particulièrement, de rares reliefs de karst de gypse, à proximité du lac Ainslie et de la rive nord-ouest des lacs Bras d’Or. 

L’île du Cap-Breton abrite certains des meilleurs exemples encore intacts d’écosystèmes constitués de gypse de la région de l’Atlantique et de l’est de l’Amérique du Nord. La plupart se trouvent sur des propriétés privées et n’ont fait l’objet d’aucun projet de conservation lancé par les gouvernements.

Le député fédéral de Sydney–Victoria, Mark Eyking et celui de Cape Breton–Canso, Rodger Cuzner, ont pris part à la conférence de presse en compagnie de membres du personnel de Conservation de la nature Canada ainsi que de donateurs et de sympathisants de la région.

Les nouvelles aires protégées incluent :

• 162 hectares (400 acres) à proximité du ruisseau Ottawa, à l’ouest d’Iona, où l’on trouve des dolines (dépressions), des grottes et des falaises blanches caractéristiques du relief karstique. Le secteur abrite de nombreuses espèces végétales rares et peu communes, dont le cypripède jaune et l’aster boréal. Une partie de ce projet a fait l’objet d’un don de David et Pamela Newton en vertu du Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada.

• 69 hectares (170 acres) consistant principalement de forêt acadienne à proximité de  Marble Mountain, au bord des lacs Bras d’Or. En raison de l’exploitation intensive dont les forêts des provinces de l’Atlantique ont fait l’objet pendant des centaines d’années, moins de 5 % de la forêt acadienne originelle est encore intacte.

• un site de 43 hectares (106 acres) à West Lake Ainslie, près de la réserve naturelle Black River Bog administrée par la province de la Nouvelle-Écosse. La région qui entoure le lac Ainslie abrite l’un des groupes de plantes rares les plus importants en Nouvelle-Écosse.

Trois espèces d’oiseaux bénéficiant d’un statut en vertu de la Loi sur les espèces en péril  du gouvernement fédéral ont été observées sur les sites nouvellement protégés par CNC, soit le quiscale rouilleux, la paruline du Canada et le moucherolle à côtés olive.

CNC a fait l’acquisition de ces propriétés de manière stratégique afin de protéger les corridors fauniques et d’assurer la connectivité des habitats entre des sites bénéficiant déjà d’une protection, dont les aires de nature sauvage North Mountain et Cains Mountain ainsi que la réserve naturelle Black River Bog.

La connectivité des habitats est considérée comme l’un des plus importants facteurs permettant de maintenir la biodiversité et de réduire la disparition d’espèces animales et végétales.

La conservation de ces propriétés à l’île du Cap-Breton a été rendue possible grâce à l’appui financier du Gouvernement du Canada dans le cadre de son Programme de conservation des zones naturelles. De plus, une partie de ce projet a fait l’objet d’un don à CNC en vertu du Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada, qui procure des avantages fiscaux bonifiés aux particuliers et aux entreprises qui font don de terres de grande valeur écologique. Le Nova Scotia Crown Share Land Legacy Trust, le U.S. Fish and Wildlife Service (en vertu de la North American Wetlands Conservation Act) et de nombreux donateurs privés ont également contribué à la réussite de ces projets. 

Citations

« Nous sommes reconnaissants de l’appui que nous avons reçu du Programme de conservation des zones naturelles du Gouvernement du Canada pour la conservation de ces importants sites sur l’île du Cap-Breton. Les propriétés nouvellement protégées à proximité des lacs Bras d’Or incluent certains des meilleurs exemples de reliefs constitués de gypse en Nouvelle-Écosse et peut-être même en Amérique du Nord. Nous sommes très heureux d’avoir pu les protéger, au bénéfice des espèces sauvages, pour la protection d’espèces rares et pour le plaisir des résidents et des visiteurs. »

Craig Smith, directeur de programme pour la Nouvelle-Écosse, Conservation de la nature Canada

« Au nom de ma collègue Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, je suis fier d’appuyer la conservation de 274 hectares de terres écosensibles sur l’île du Cap-Breton grâce au Programme de conservation des zones naturelles et au Programme des dons écologiques. La conservation et la protection de nos terres et eaux ne soutiennent pas uniquement la biodiversité, mais permettent également de s’attaquer au changement climatique en créant des puits de carbone. En travaillant ensemble, nous pouvons assurer la protection de l’environnement naturel du Canada pour les générations futures. »

Rodger Cuzner, député fédéral de Cape Breton – Canso

« Je tiens à féliciter les familles qui ont accepté de donner ou de vendre leurs terres à Conservation de la nature Canada, contribuant ainsi à la protection de notre riche patrimoine naturel. Parcelle après parcelle, cela a un impact majeur. Le Gouvernement du Canada est heureux d'appuyer ces projets de conservation d'habitat financés en partie grâce au Programme de conservation des zones naturelles. »

L'hon. Mark Eyking, député fédéral de Sydney – Victoria

Faits saillants

• Le caractère unique des paysages et des communautés du centre de l’île du Cap-Breton a été reconnu en 2011, lorsque l’UNESCO y a créé la réserve de la biosphère du lac Bras d’Or, l’une de seulement 18 réserves de la biosphère au Canada. Les réserves de la biosphère sont des endroits qui témoignent d’une relation équilibrée entre l’humain et le monde naturel. 
• Il est important de protéger les habitats constitués de gypse, car ils sont rares en Nouvelle-Écosse et parce qu’ils abritent de nombreuses espèces végétales rares qui prospèrent dans un tel environnement au PH élevé et riche en calcium.
• Le gypse et le calcaire sont solubles et facilement érodés par la pluie et la neige, créant ainsi un relief karstique. Ce dernier est caractérisé par la présence de dolines (dépressions) et de falaises, en surface, ainsi que par des réseaux souterrains de grottes et de tunnels. 
• Les paysages karstiques de Nouvelle-Écosse se trouvent presque entièrement sur des terres privées.
• Moins de 5 % de la forêt acadienne originelle est encore intacte dans les provinces maritimes. La forêt acadienne, qui se trouve principalement dans les Maritimes et en Nouvelle-Angleterre, compte parmi les forêts les plus diversifiées de la planète, avec 32 espèces d’arbres, dont la principale est l’épinette rouge. Les autres essences que l’on y trouve fréquemment sont l’érable rouge, le hêtre à grandes feuilles, le frêne blanc, la pruche du Canada, le pin blanc, le bouleau à papier, le peuplier faux-tremble, le mélèze laricin, le sapin baumier et l’épinette noire.

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de plus de 1,1 million d’hectares (2,8 millions d’acres) d’un océan à l’autre, dont plus de 29 500 hectares (73 000 acres) dans les provinces de l’Atlantique.

Le Programme de conservation des zones naturelles du Gouvernement du Canada (PCZN) est un partenariat public-privé unique visant à accélérer la conservation des terres dans les communautés du sud du Canada. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. CNC et ses partenaires égalent les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats conservés dans le cadre du PCZN consolident la protection des corridors naturels et des autres aires protégées.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Thomas Tremblay
Agent de Communication
1 877 231-4400

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197