Île Hébert (Photo de CNC)

Île Hébert (Photo de CNC)

Conservation de la nature Canada à la rescousse des tortues au Québec !

23 mai 2017
Sainte-Anne-de-Bellevue

 

Deux îles protégées à Montréal et en Outaouais à la mémoire d’êtres chers


À l’occasion de la journée mondiale de la tortue, Conservation de la nature Canada (CNC) annonce la protection de deux nouvelles propriétés, l’île Hébert dans le lac des Deux-Montagnes à l’extrémité ouest de l’île de Montréal et l’île Reid sur la rivière des Outaouais à l’est de l’île aux Allumettes.

Grâce au don de la famille Hébert et à la contribution de généreux partenaires, ces habitats importants resteront dans leur état naturel pour la sauvegarde de multiples espèces en péril, dont la tortue géographique. Par la même occasion, CNC lance aujourd’hui le site Carapace.ca, invitant les gens à signaler toutes tortues qu’ils aperçoivent à travers le Québec. Ceci permettra de localiser des sites nécessitant des actions de conservation.

« Le Gouvernement du Canada est fier d’appuyer la conservation de l’île Hébert au lac des Deux-Montagnes et tient à féliciter la famille Hébert  pour son geste généreux posé dans le cadre du Programme des dons écologiques.  Nous sommes aussi fiers de contribuer, par l’intermédiaire du Programme de conservation des zones naturelles, à la protection de cette île ainsi qu’à celle de l’île Reid dans la vallée de l’Outaouais. Ces investissements témoignent de l’appui de notre gouvernement à la protection des habitats pour la faune et la flore dans ces régions, » a dit Francis Scarpaleggia, député, Lac-Saint-Louis, présent à l’évènement.

L’île Hébert : au cœur de l’habitat de la tortue géographique

L’île Hébert est située à près de 1 km au sud-est du pont de l'île aux Tourtes, dans le lac des Deux-Montagnes, au sein de la municipalité de Senneville. D’une superficie de 0,45 ha, elle comprend environ 420 mètres de rives.

Les habitats aquatiques environnants présentent des caractéristiques favorisant la tortue géographique, une espèce vulnérable selon la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au Québec (LEMV) et préoccupante selon la Loi sur les espèces en péril au Canada. L’île en forme de croissant protège du vent et des vagues les tortues qui peuvent alors s’exposer au soleil sur les rochers émergents à quelques mètres de ses rives. De plus, diverses espèces floristiques susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables selon la LEMV ont été répertoriées sur l’île, dont le caryer ovale, le chêne bicolore, le pycnanthème de Virginie, la physostégie de Virginie et la ronce à flagelles. Le site offre aussi un habitat de choix pour la reproduction et l’élevage des jeunes d’une vingtaine d’espèces de sauvagine ainsi que pour les oiseaux de rivage.

La généreuse donation de l’île a été effectuée via le Programme des dons écologiques du Gouvernement du Canada. Ce dernier offre d’intéressants avantages fiscaux pour les dons de terres écosensibles.

« La famille de Norman D. Hébert, décédé en 2015 souhaite honorer sa mémoire par la donation de cette île à Conservation de la nature Canada. Ce petit joyau du lac des Deux-Montagnes abritera pour toujours ces plantes et arbres rares, ainsi que les tortues qui continueront d’y trouver un havre. », affirment les enfants et petits enfants de feu Norman D. Hébert.

L’île Reid : un habitat rare au Québec

L’île Reid, d’une superficie de 28 hectares est située à l’est de l’Isle-aux-Allumettes, dans un chenal de la rivière des Outaouais. Elle est entièrement constituée de forêts et de milieux humides.

Ces milieux procurent un habitat pour plusieurs espèces, telles que la tortue géographique et le pygargue à tête blanche qui est également désigné vulnérable selon la LEMV. On y retrouve aussi plusieurs espèces floristiques rares au Québec, comme la goodyérie pubescente, une espèce désignée vulnérable selon la LEMV. 

« La protection de cette île constitue la quatrième acquisition de CNC dans le secteur de l’Isle-aux-Allumettes et a permis de doubler la superficie d’aires protégées dans ce secteur avec un total de 53 ha d’habitats. » indique Caroline Gagné, directrice de programmes à Conservation de la nature Canada au Québec.  « Nous sommes reconnaissants envers la famille qui a convenu de vendre l’île à Conservation de la nature Canada, un geste fait à la mémoire de Kenneth J. Serdula et F. Ann Serdula qui ont tous deux vécu de beaux moments à jouir de ce territoire naturel. »


Projet Carapace : la technologie au service des tortues !

CNC, aidé de ses partenaires, lance une plate-forme interactive de signalement des tortues à la grandeur du Québec : www.carapace.ca. Simple d’utilisation, cet outil s’adresse à la population et vise principalement à recueillir des informations sur les points chauds de mortalité routière de tortues, incluant l’identification de zones de collisions potentielles avec des voitures.

Les informations précieuses récoltées permettront à CNC et ses alliés de poser des actions de conservation appropriées pour assurer la survie de ces espèces et la protection de leurs habitats. Merci de prendre part à la protection des tortues !

Remerciements

Conservation de la nature Canada tient à remercier chaleureusement la famille de Norman D. Hébert pour son généreux don de terre.

Merci également à la succession Serdula qui a choisi de transiger avec CNC. La protection de ces propriétés a été rendue possible grâce à la contribution du Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada, du U.S. Fish & Wildlife Service et de donateurs privés.

CNC tient également à remercier les partenaires financiers ayant contribué à la mise sur pied de la plateforme Carapace : l’Équipe de rétablissement des tortues du Québec, la Fondation de la faune du Québec et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.


À propos

Conservation de la nature Canada est le chef de file au Québec et au Canada en matière de protection des milieux naturels en terres privées, ainsi que des animaux et des plantes qu’ils abritent. Depuis 1962, l’organisme de bienfaisance a protégé plus de 1,1 million d’hectares de sites exceptionnels au pays, dont 40 000 au Québec. C’est en acquérant et en protégeant ces milieux naturels qu’il est possible de les rendre accessibles aux générations présentes et futures. Pour plus d’information, visitez le www.conservationdelanature.ca.

Le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) du Gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique, dirigé et géré par CNC. Jusqu’à présent, 345 millions de dollars ont été investis dans le PCZN par le Gouvernement du Canada pour assurer la conservation de notre patrimoine naturel. Ajoutés à ce montant, plus de 500 millions de dollars en fonds de contrepartie ont été recueillis par CNC et ses partenaires pour être investis au Programme.

Pour en savoir plus au sujet du Programme des dons écologiques, visitez le www.ec.gc.ca/pde-egp.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC (en anglais) |  twitter.com/NCC_CNCMedia (bilingue)

- 30 -

Renseignements

Elizabeth Sbaglia
Directrice des communications
Conservation de la nature Canada – région du Québec
514-876-1606, poste 240

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197