Étang John, tourbière de Venise-Ouest (Photo de CNC)

Étang John, tourbière de Venise-Ouest (Photo de CNC)

La réserve naturelle de la Tourbière-de-Venise-Ouest : un lieu à découvrir et à protéger

Thélyptère simulatrice (Photo de F. Villeneuve)

Thélyptère simulatrice (Photo de F. Villeneuve)

Un milieu naturel utile et protégé

La tourbière de Venise-Ouest chevauche les municipalités de Venise-en-Québec et de Saint-Georges-de-Clarenceville. Le territoire protégé par Conservation de la nature Canada (CNC) s’étend sur 380 hectares et comprend 80% de la tourbière.

La tourbière abrite de nombreuses espèces rares et procure d’importants services à la population avoisinante. Par exemple, elle filtre l’eau qui la traverse et contribue ainsi à améliorer la qualité de l’eau de la baie Missisquoi. Elle peut aussi atténuer l’impact des inondations en agissant comme une éponge. En effet, la tourbière absorbe les surplus d’eau durant les crues du lac Champlain et les laisse s’écouler lentement par la suite.

Une biodiversité digne de mention

Puisque de nombreuses espèces floristiques et fauniques vivent uniquement dans les zones humides en raison des conditions particulières qu’elles fournissent, la présence d’une tourbière d’une telle superficie contribue au maintien de la biodiversité régionale. Ici, une centaine d’espèces d’oiseaux ainsi que diverses espèces de mammifères, de reptiles et d’amphibiens, tels la tortue des bois et le petit blongios fréquentent le milieu.

La tourbière de Venise-Ouest compte près de quinze espèces en péril. Parmi celles-ci figure la thélyptère simulatrice, une fougère qui pousse à seulement deux autres endroits au Québec ! La conservation de la tourbière est donc vitale pour la survie de cette espèce à l’échelle provinciale.

Un milieu unique et fragile

La tourbière de Venise-Ouest ainsi que la faune et la flore qu’elle abrite sont sensibles aux perturbations. À titre d’exemples, le canotage à l’étang John, la récolte de bois et de plantes, la circulation en VTT et la circulation hors sentier constituent de réelles menaces.

À la fin des années 90, le nerprun cathartique, une espèce envahissante, a commencé à se propager dans la tourbière. Un projet de contrôle des plantes envahissantes s’étalant sur plusieurs années a été mis en place. Ce milieu est devenu un endroit où des méthodes et techniques de contrôle sont testées et perfectionnées.

La municipalité de Venise-en-Québec a aménagé un sentier d’interprétation de 2,9 km ainsi que des infrastructures d’accueil pour permettre aux visiteurs de découvrir les richesses du lieu sans laisser de traces.

Partenaires du projet

CNC tient à remercier les partenaires sans lesquels la protection de cette magnifique tourbière n’aurait été possible:

Environment and Climate Change Canada     Gouvernement du Québec     Réserve naturelle       Fondation Hydro-Québec pour l'environnement       US Fish and Wildlife Service     NAWCA     Echo Foundation     Société d'Initiative Touristique et Economique du lac Champlain          Municipalité de Venise-en-Québec     Municipalité de St-George-de-Clarenceville     Sauve-Garde Nature

CNC tient aussi à remercier les propriétaires fonciers qui ont soutenu cette initiative de conservation, soit M. John Sauro, la famille Neville et Mme France Larochelle.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197