Saint George de Clarenceville (Photo de CNC)

Saint George de Clarenceville (Photo de CNC)

Un nid douillet pour la couleuvre rayée

Couleuvre rayée (photo par Hugo Tremblay-CERFO)

Couleuvre rayée (photo par Hugo Tremblay-CERFO)

La transformation des milieux naturels entraîne des répercussions sur les besoins des espèces. La couleuvre qui a élu domicile sur des terres agricoles, par exemple, peut avoir besoin d’un coup de pouce pour passer l’hiver. C’est ici qu’interviennent les experts de CNC.

Dans les alentours de Saint-Georges-de-Clarenceville en Montérégie, Conservation de la nature Canada protège une terre agricole en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et plusieurs équipes de professionnels afin d’en faire un lieu de haute valeur écologique.

La couleuvre rayée, un serpent non venimeux d’environ 60 centimètres de long, fait partie des espèces que l’on retrouve sur cette propriété. L’hiver, elle a besoin d’un abri sûr dont la température demeure au-dessus du point de congélation. « En contexte non sauvage, les couleuvres peuvent aller se réfugier dans les granges ou les maisons si on n’intervient pas », explique Valérie René, biologiste, chargée de projets pour la région. « Notre rôle est donc de leur fournir un habitat plus propice à leur survie », poursuit-elle.

Un refuge souterrain, appelé hibernacle,  a donc été installé sur le terrain. Il s’agit d’un trou de deux mètres de profondeur, remplis de pierres et de bûches jusqu’à la surface, recouvert de terre, avec juste une petite ouverture pour que les couleuvres puissent entrer. Il doit être assez profond pour que le fond de l’hibernacle ne gèle pas, même au plus froid de l’hiver. Pour s’en assurer, Valérie est justement allée installer des sondes : une au fond du trou, l’autre au milieu et une dernière à la surface. Tout au long de l’hiver, des données vont ainsi être recueillies, puis récoltées au printemps.

Ces sondes vont être installées dans l'hibernacle (Photo par CNC)

Ces sondes vont être installées dans l'hibernacle (Photo par CNC)

Ce type d’intervention s’inscrit dans une démarche de gestion faunique en milieu agricole. C’est la première fois au Québec que CNC met en place un tel dispositif. « Les serpents sont des mal-aimés, mais la couleuvre nous rend de nombreux services, notamment en nous débarrassant de certains indésirables, tels que des petits rongeurs », explique Valérie René. C’est pourquoi en prendre soin est important pour le bien de l’écosystème global du secteur.

Pleins feux sur nos sympathisants

Macareux de l'Atlantique (Photo de Bill-Caulfield-Browne)