Île de Sandy Point, T.-N. (Photo par CNC)

Île de Sandy Point, T.-N. (Photo par CNC)

Notre travail

  • Vallées intérieures

    À l'extrémité Est de l'écozone du bouclier boréal, on trouve à l'intérieur de Terre-Neuve de nombreuses et longues vallées aux pentes boisées. Nous avons acquis, au sud-ouest et au centre de Terre-Neuve, deux propriétés suffisamment vastes pour contribuer à la protection de plusieurs éléments précieux pour la conservation de cette région boréale : l'escarpement de la rivière Lloyd et le site Grassy Place.

     

  • Randonnée côtière, Forteau Labrador, T.-N.-L. (photo de CNC)

    Plan de conservation du Labrador

    Un projet de conservation efficace commence par la planification et l'établissement des priorités, et c'est pourquoi CNC est très heureux de diriger un projet visant à élaborer et à mettre en œuvre un processus dynamique pour cibler les milieux naturels du Labrador ayant une grande valeur de conservation. Une facette importante de ce travail consiste à établir des partenariats afin de faciliter certains échanges, tels que le partage des données et l'appréciation des différents points de vue.

     

  • La propriété Briggs dans la forêt brumeuse, Maddox Cove, Terre-Neuve (photo de NCC)

    La forêt brumeuse

    Située sur la côte est de l’île de Terre-neuve, la péninsule d’Avalon est l’un des premiers endroits d’Amérique du Nord à avoir été colonisés par les Européens au XVIIe siècle, une première colonie permanente y ayant été établie à Cuper’s Cove en 1610. Aujourd’hui, plus de la moitié de la population terre-neuvienne vit dans la région.

    C’est au cœur de ce territoire riche en histoire que se trouve la forêt brumeuse. Cette forêt, la plus à l'est du continent, est l’une des plus uniques et des plus menacées d’Amérique du Nord.

    L’importance écologique

    Le caractère singulier de cette forêt tient surtout à son climat très humide en raison de la présence fréquente de brouillard (environ 200 jours par année). Ce climat particulier, conjugué à une topographie de moraine côtelée (aussi appelée moraine de Rogen), favorise la présence d’une grande diversité d’espèces.

    La forêt brumeuse couvre près de la totalité de la péninsule d’Avalon. L’écorégion des landes hyperocéaniques de l’Est en dessine les limites au nord et au sud, tandis que la côte et notamment le cap Spear, la pointe la plus à l’est du Canada, en dessine la frontière orientale.

    Les espèces

    La forêt brumeuse est principalement composée de sapins baumiers, auxquels se mêlent d’autres espèces comme l’épinette noire et le bouleau jaune. La région abrite également la harde de caribous des bois la plus méridionale du Canada.

    La variété d'habitats que procure la forêt brumeuse le long de la côte abrite une diversité exceptionnelle de lichens épiphytes comme l’érioderme boréal (en voie de disparition) et la dégélie plombée (rare). On y trouve également un grand nombre d'espèces de sauvagine et de petits mammifères, ainsi que plusieurs colonies d’oiseaux forestiers et d’oiseaux de mer. Par ailleurs, de nombreux oiseaux marins viennent également se reproduire dans la forêt brumeuse, notamment :

    • le macareux moine ;
    • le fou de Bassan ;
    • l’océanite cul-blanc.

    Les rivages de la forêt brumeuse fournissent d’importantes aires d’hivernage pour les canards marins, comme l’arlequin plongeur et l’eider à duvet, ainsi que pour les oiseaux de rivage migrateurs, comme le bécasseau violet.

    La rivière Salmonier, qui sillonne la forêt mature de cette écorégion, est l’une des plus connues de l'est de l'île de Terre-Neuve, abritant une saine population de saumon de l’Atlantique.

    Les menaces écologiques

    La forêt est soumise à la puissance de vents considérables et la menace des coupes à blanc pourrait accroître les dommages causés par ces derniers. De plus, un accroissement de l’urbanisation, de la pollution et du développement industriel constitue une menace écologique supplémentaire sur la région.

    Que fait CNC pour protéger cet habitat ?

    CNC a permis la protection de 11 acres (5 hectares) à Petty Harbour-Maddox Cove ainsi que de 158 acres (64 hectares) le long de la rivière Salmonier, dans la péninsule d'Avalon, et travaille en collaboration avec ses partenaires à la conservation d'encore plus d'habitats de l’aire naturelle de la forêt brumeuse.

    Un partenariat naturel

    Le programme Forêts TD contribue à la protection des forêts partout à travers le Canada.

    Pour en savoir davantage à propos de ce partenariat >

     

  • Fog Forest

    C'est à Fog Forest, une région de la partie Est de Terre-Neuve, que nous cherchons le plus activement à acquérir de nouvelles propriétés, car on y trouve des aires naturelles prioritaires, composées de terrains côtiers, de milieux humides et de forêts, en milieu rural comme en milieu urbain. Lichens arborescents, caribou des bois, oiseaux marins et côtiers comptent parmi les espèces ciblées par nos mesures de protection.

     

  • Estuaire de la rivière Grand Codroy

    Le seul site de la province inscrit sur la liste de Ramsar, l'estuaire de la rivière Grand Codroy, dans la partie sud-ouest de Terre-Neuve, représente un habitat extrêmement fécond pour les oiseaux aquatiques et les oiseaux chanteurs. Nous sommes actifs dans cette région depuis 1994, et nous y possédons et gérons maintenant plus de 500 acres (200 hectares) de milieux naturels compris dans 19 propriétés.

     

  • Île Sandy Point

    Étant donné la rareté des habitats de plage sablonneuse de la province, il va sans dire qu'une barre de sable de 7 kilomètres de long au large d'une île, dans la partie sud-ouest de Terre-Neuve, devient un habitat crucial pour les oiseaux de rivage. Le village abandonné de Sandy Point donne son nom à l’île où il est situé et où CNC est intervenu afin de contribuer à la protection à perpétuité de ses habitats.

     

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197