Grassy Place, T.-N. (photo d'Aare Voitk)

Grassy Place, T.-N. (photo d'Aare Voitk)

Grassy Place

Grassy Place, T.-N.-L. (photo de CNC)

Grassy Place, T.-N.-L. (photo de CNC)

Une oasis à conserver

Imaginez que vous volez comme un oiseau au-dessus des montagnes aux sommets plats de la côte ouest de Terre-Neuve. Les sommets des montagnes sont jaunes, bruns et gris, sans aucun arbre, dénudés. Puis soudainement, les montagnes s’effacent pour laisser place à cette vallée verdoyante et scintillante, et vos yeux prennent quelques minutes pour s’adapter à cette beauté spectaculaire. Vous survolez le site Grassy Place.

Coup d’œil sur Grassy Place

Le site Grassy Place est un habitat pratiquement intact, sur le cours supérieur de la rivière Robinsons, dans la partie sud-ouest de Terre-Neuve, à 25 kilomètres de Stephenville Crossing. Ce joyau exceptionnel de 3 691 acres (1 494 hectares) est caché dans les monts Long Range, le prolongement des Appalaches le plus nordique en Amérique du Nord.

Le projet de conservation du site Grassy Place est le plus important que nous ayons entrepris au Canada atlantique. On y trouve l’échantillon le plus complet de prairies naturelles de la province, ainsi que le plus important milieu humide de ce type. La région est très prisée des amateurs de plein air, notamment des pagayeurs, des ornithologues amateurs, des randonneurs et des photographes naturalistes.

Valeurs de conservation

  • site depuis longtemps reconnu pour son importance écologique, on y trouve l’échantillon le plus complet de prairies naturelles de Terre-Neuve-et-Labrador;
  • les versants de ses vallées sont recouverts de forêts vierges;
  • cet environnement intact abrite les martres de Terre-Neuve, une sous-espèce menacée qui ne compte plus que 900 individus dans le monde.
  • important refuge pour le troupeau de caribous forestiers de La Poile et pour de prodigieuses populations d’oiseaux aquatiques, tels que la bernache du Canada, le canard noir, la sarcelle d’hiver et le harle;
  • on a également trouvé au moins une plante rare sur la propriété, le Myriophylle de Farwell, une espèce aquatique submergée. Cette plante a été observée à moins de cinq reprises sur l’île de Terre-Neuve. D’autres espèces de la flore arctique-alpine pourraient également pousser dans les zones les plus élevées de la propriété.

Pleins feux sur nos sympathisants

fre-2015-ad-417x197