Redonner à la terre

Rivière Boggy, Man. (Photo de CNC)

Rivière Boggy, Man. (Photo de CNC)

Un article de Tim Teetaert publié dans le blogue de CNC, le 25 juin 2020

L’un des aspects les plus gratifiants de mon travail de responsable d’aires naturelles à Conservation de la nature Canada (CNC) au Manitoba est de collaborer avec des propriétaires fonciers qui souhaitent faire don de leurs terres. Savoir que ces personnes appuient la vision de CNC au point de nous confier une portion de leur patrimoine est une belle leçon d’humilité.

Au cours de ma carrière à CNC, j’ai eu le plaisir de mener à terme quelques projets grâce à des dons de terres, notamment celui de la propriété Boggy River Mixedwoods, donnée en 2017 par Barbara Borgford, au nom de la famille Pielou.

Tourbière d’épinettes noires, propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Photo de CNC)

Tourbière d’épinettes noires, propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Photo de CNC)

Située dans la région d’East Braintree, dans l’est du Manitoba, cette propriété de 17 hectares (42 acres) est répartie sur 2 parcelles séparées par des terrains appartenant à la Ville de Winnipeg qui sont traversés par la voie ferrée et l’aqueduc du Greater Winnipeg Water District (qui alimente la ville en eau potable).

La parcelle nord de la propriété est composée de forêts décidues riveraines de l’est qui bordent la rivière Boggy et qui sont reliées à plusieurs marais riverains peu profonds. Les forêts riveraines constituent une zone tampon protégeant les cours d’eau comme la rivière Boggy, en plus de les approvisionner en débris de bois épais dont dépendent les espèces riveraines et les poissons qui vivent dans la rivière.

Carte (en anglais) de la propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Cliquez pour agrandir)

Carte (en anglais) de la propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Cliquez pour agrandir)

Maintenir les forêts riveraines intactes et en santé peut être essentiel pour le rétablissement de la tête carminée, une espèce de poisson menacée à l’échelle nationale et provinciale, dont l’aire de répartition se limite à quelques cours d’eau au Canada, y compris la rivière Birch, un affluent de la rivière Boggy.

La parcelle sud de la propriété Boggy River Mixedwoods est composée d’un mélange de tourbières dominées par des frênes noirs et des épinettes noires, de forêts mixtes de montagne et de marais. Le frêne noir a récemment été désigné comme étant menacé à l’échelle nationale en raison de la prévalence de l’agrile du frêne, une espèce d’insecte envahissante.
L’un des endroits que je préfère sur la propriété se trouve à la limite de la forêt riveraine, où une ouverture révèle la rivière Boggy. Pour y accéder, il faut traverser l’ancienne arrière-cour de la famille Pielou, où se trouvent quelques vestiges, notamment leur grange, leur maison ainsi qu’une cabane, tous faits de rondins.

Vestiges d'une grange en rondins, propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Photo de CNC)

Vestiges d'une grange en rondins, propriété Boggy River Mixedwoods, Man. (Photo de CNC)

Avec l’aide de Barbara et des écrits de sa tante Maude qui figurent dans l’ouvrage Pioneer History of Glenn, East Braintree and McMunn, j’ai pu apprendre à connaître et à plus profondément apprécier l’histoire de la famille Pielou et de ses liens avec la propriété.

Les grands-parents de Barbara, Edward et Barbara Pielou, ainsi que leurs six enfants se sont installés sur la propriété en 1918, puisqu’on offrait gratuitement des terres le long du tracé de l’aqueduc du Greater Winnipeg Water District. Selon Barbara, les conditions de vie étaient dures sur la propriété. Pendant de nombreuses années, la famille Pielou a dû compter sur la chasse et la pêche pour assurer sa survie. De plus, les Pielou disposaient d’un grand jardin, d’une vache et de quelques poulets pour nourrir les huit membres de la famille. Une partie de la propriété a été défrichée pour cultiver du foin et des céréales pour les animaux. Barbara se souvient avoir entendu sa mère dire à plusieurs reprises « que la terre n’était pas destinée à être cultivée et qu’elle devait être retournée à la nature ». Comme l’a écrit Maude, la famille Pielou a toujours apprécié la nature. Vivre sur cette propriété leur permettait d’en apprendre beaucoup sur les animaux, les oiseaux, les papillons et les plantes. Dès qu’ils ont économisé un peu d’argent, ils ont acheté des livres sur les oiseaux et les fleurs pour nourrir leur passion pour la nature.

Le dernier membre des premiers arrivants de la famille Pielou a quitté la propriété à la fin des années 1980. C’est à cette époque qu’une des tantes de Barbara lui a donné la propriété et qu’elle a décidé qu’une fois que cette génération serait partie, de trouver un moyen de la « redonner à la nature ». Comme Maude l’a écrit, « au cours des soixante-dix années pendant lesquelles ils ont vécu dans la région de East Braintree, leur nom de famille a toujours été synonyme d’intégrité. Pour un homme, il s’agit d’un symbole important, et du meilleur héritage qu’il puisse laisser à ses enfants. »

En faisant don de cette terre, Barbara rend hommage à l’amour que la famille Pielou voue à la nature, ainsi qu’à leur longue histoire dans la région de East Braintree. Interrogés sur les raisons pour lesquelles ils ont choisi CNC comme bénéficiaire de leur don, Barbara a cédé la parole à son frère, Ian Morrisson qui a entrepris le processus de don. « Conservation de la nature Canada protège des zones clés afin d’assurer la pérennité des espèces qui y vivent, explique-t-il. Nous devons protéger le monde naturel sinon nous cesserons d’exister. »

À ce jour, grâce à de généreux dons comme celui de Barbara, CNC a contribué à la protection de plus de 71 161 hectares (175 843 acres) dans 9 aires naturelles. Celles-ci sont d’importance capitale pour la biodiversité du Manitoba, car elles constituent des habitats essentiels pour des milliers d’espèces de plantes et d’animaux, dont plusieurs sont menacées ou en voie de disparition.

Grâce aux dons généreux des Manitobaines, des Manitobains et de nos partenaires, CNC continue d’œuvrer pour s’assurer que ces aires exceptionnelles et les espèces qui y vivent subsisteront pour les générations à venir.

Pour en savoir plus sur les dons de terres ou les accords de conservation, cliquez ici.

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien