Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Cormoran à aigrettes (Photo de Paul Reeves, CC BY-NC-SA 4.0)

Cormoran à aigrettes (Photo de Paul Reeves, CC BY-NC-SA 4.0)

Cormoran à aigrettes

Le cormoran à aigrettes est un oiseau aquatique d’assez grande taille. Il s’agit aussi de l’espèce de cormoran la plus répandue en Amérique du Nord. Bien qu’il soit maintenant commun, il était autrefois en péril. Aujourd’hui, cet oiseau est présent dans de nombreuses propriétés de Conservation de la nature Canada (CNC) d’un océan à l’autre.

À quoi ressemble cette espèce?

Le cormoran à aigrettes est d’une taille comparable à celle d’une petite oie, soit environ 80 centimètres de hauteur, avec une envergure de 120 centimètres de la pointe d’une aile à l’autre. Comme tous les membres de sa famille, le cormoran à aigrettes à un long cou et un plumage noir. Il est parfois confondu avec le plongeon huard, dont on peut le différencier à son bec crochu distinctif et à sa tendance à se tenir un peu plus bas dans l’eau. Pendant la période de reproduction, la face des adultes présente une petite zone de peau jaune orangé. Avant d’atteindre sa forme adulte à plumes noires, le cormoran à aigrettes est couvert de plumes gris-brun.

Distribution of double-crested cormorant in Canada (Map by NCC)

(Cliquer pour agrandir)

Où vit cette espèce?

À l’heure actuelle, le cormoran à aigrettes est présent dans une grande partie du sud du Canada. Pendant la saison de reproduction, on peut l’observer près de plans d’eau dans de nombreuses grandes villes. Les plus importantes populations se trouvent dans le centre des États-Unis, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Cette espèce niche en colonies et s’alimente dans les lacs et le long des côtes. Les individus qui se reproduisent au Canada migrent vers les côtes océaniques des États-Unis et du Mexique, et vers les lacs intérieurs du sud-est des États-Unis pour y passer l’hiver.

Quel est le statut de conservation de cette espèce?

En 1978, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a déterminé que le cormoran à aigrettes n’était pas en péril en raison de l’augmentation substantielle de sa population. Avant 1978, l’espèce a connu une diminution importante de sa population attribuable à sa sensibilité au DDT, un pesticide couramment utilisé à l’époque, qui s’est avéré toxique pour de nombreuses espèces d’oiseaux se trouvant au sommet de la chaîne alimentaire. En tant que prédateur de niveau supérieur dans les systèmes aquatiques, le cormoran est un efficace indicateur de la pollution environnementale et peut contribuer à limiter la croissance des populations d’espèces envahissantes qui lui servent de proies. Historiquement, les colonies nicheuses de cormorans à aigrettes ont été persécutées dans une grande portion de leur aire de distribution. Jusqu’au début des années 1900, la persécution humaine des colonies de cormorans à aigrettes (et d’autres oiseaux aquatiques, notamment le pélican d’Amérique) a fortement réduit leurs populations dans l’ensemble de l’Amérique du Nord. Ceci s’explique principalement par le fait que ces oiseaux étaient considérés comme une nuisance pour la pêche commerciale.

Depuis, les populations de cormorans à aigrettes ont connu un rebond et continuent de s’accroître. Dans certaines régions, le rétablissement rapide de colonies de nidification menace d’autres oiseaux aquatiques et peut dégrader l’habitat d’espèces en péril dont la présence est actuellement limitée à des zones très restreintes.

Que fait CNC pour protéger l’habitat de cette espèce?

Partout au pays, des propriétés protégées par CNC abritent des cormorans à aigrettes. L’île Governor’s, près de Charlottetown à l’Île-du-Prince-Édouard, offre un habitat à de nombreuses espèces, dont des milliers de cormorans à aigrettes. Au Nouveau-Brunswick, l’espèce niche aussi sur la propriété de l’île Tern de CNC. En Nouvelle-Écosse, la Mahone Islands Conservation Association collabore avec CNC pour fournir un habitat à des dizaines d’espèces d’oiseaux, dont le cormoran à aigrettes. À l’autre bout du pays, la propriété de l’île Swishwash de CNC a fait l’objet d’une étude de huit mois menée par des élèves de l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique, qui y ont observé des cormorans à aigrettes, des hiboux des marais et d’autres espèces d’oiseaux.

Liens d’intérêt en anglais

Photographic evidence that an island is worth protecting
A good turn for terns
Our treasured islands of Mahone Bay

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien