Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Paruline à ailes dorées (Photo de Christian Artuso)

Paruline à ailes dorées (Photo de Christian Artuso)

Paruline à ailes dorées


Dernièrement, la paruline à ailes dorées suscite beaucoup l’attention au Manitoba, et ce, pour d’autres raisons que son front jaune et le trait vif ornant ses ailes.

Plusieurs organismes, dont Études d’Oiseaux Canada, Environnement Canada, Parcs Canada et Conservation de la nature Canada (CNC), ont formé un groupe qui a pour but d’approfondir les connaissances sur cette espèce menacée. Des membres du Northwest Golden-Winged Warbler Working Group examinent de près ses populations, son succès de nidification, ses préférences en habitat, sa génétique et les couloirs de déplacement dont elle a besoin.

Canadian distribution of golden-winged warbler (Map by NCC)

(Cliquez pour agrandir)

Mesurant seulement 11 centimètres de long, ce tout petit oiseau parcourt de grandes distances. De son lieu d’hivernage en Amérique centrale et du Sud, elle se rend jusqu’au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan, où elle passe les mois les plus chauds. Une espèce jadis répandue, la paruline à ailes dorées a disparu des nombreuses régions qui constituaient son habitat. Les dernières années ont vu chuter sa population, et elle figure maintenant parmi les espèces menacées.

Mais les parulines à ailes dorées ne sont pas uniquement menacées par des problèmes typiques, comme la perte et la fragmentation d’habitats. Selon Christian Artuso, d’Études d’Oiseaux Canada, la plus grande menace semble provenir de l’échange de gènes avec sa proche « espèce-soeur », la paruline à ailes bleues. En raison de l’activité humaine, en particulier le défrichage qui a éliminé les obstacles entre les habitats et créé d’autres habitats prisés par la paruline à ailes bleues, cette dernière se répand dans les zones habitées par la paruline à ailes dorées, lui faisant concurrence et s’accouple avec elle.

« Lorsque les parulines à ailes bleues se propagent dans une nouvelle zone, les parulines à ailes dorées disparaissent en général dans les 50 ans qui suivent », précise Christian. « Le territoire du Manitoba est unique, puisque qu’il constitue essentiellement le seul endroit où les aires de reproduction de la paruline à ailes dorées ne sont pas envahies par la paruline à ailes bleues », ajoute-t-il. Les tests génétiques suggèrent que la partie ouest du Manitoba est la seule région qui possède une population de parulines à ailes dorées pure. L’étude de la population manitobaine présente un intérêt certain selon Christian, puisqu’elle permet d’en apprendre le plus possible sur les exigences des parulines à ailes dorées « pures », dans l’espoir da’appliquer ces connaissances pour conserver l’espèce.

« Le Manitoba peut s’avérer être la dernière chance de survie pour cette espèce », déclare Cary Hamel, directeur des sciences de la conservation à CNC, pour la région du Manitoba.

Les programmes de recherche et de soutien que CNC, le groupe de travail et les bénévoles réalisent permettront de parfaire nos connaissances sur la paruline à ailes dorées. Nous espérons qu’un jour nous verrons de nouveau cet oiseau aux couleurs vives en grand nombre.

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien