facebook
Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Merlebleu azuré (Photo de Leta Pezderic)

Vacher à tête brune (Photo de Stephen Davis)

Vacher à tête brune (Photo de Stephen Davis)

Vacher à tête brune

Répartition et habitat

Le vacher à tête brune est un oiseau noir que l’on peut observer presque partout au Canada, à proximité du bétail, des mangeoires d’oiseaux et en bordure des forêts.

En Alberta, cette espèce est présente dans la plupart des régions de la province et a été observée sur les propriétés Stewart et Johnson de Conservation de la nature Canada (CNC), dans l’aire naturelle située sur la crête de la rivière Milk, de même que sur la propriété Horseshoe Canyon et la propriété Gray, dans l’aire naturelle de la moraine du lac Cooking.

Canadian distribution of brown-headed cowbird (Map by NCC)

(Cliquer pour agrandir)

Une mère astucieuse

Le vacher à tête brune ressemble à bien des égards à d’autres oiseaux, sauf en ce qui concerne ses habitudes de nidification.

La plupart des oiseaux construisent un nid, pondent leurs œufs, les couvent, puis prennent soin de leurs oisillons. Pour ce qui est du vacher à tête brune, il a une stratégie bien à lui. Cet oiseau astucieux parvient en quelque sorte à laisser les autres oiseaux faire tout le travail!

Qu’est-ce que le parasitisme de couvée?

Le vacher à tête brune pratique le parasitisme de couvée. Un parasite est généralement défini comme un organisme qui vit sur ou à l’intérieur d’un autre organisme, au détriment de ce dernier.

Le vacher à tête brune parasite les nids (ou les couvées) des autres oiseaux. La femelle adulte va se percher dans les hauteurs d’où elle observe les autres oiseaux qui s’affairent à construire leur nid ou qui occupent un nid existant. Lorsque les oiseaux s’éloignent du nid qu’elle a repéré, elle va y pondre son œuf.

Son but est de pondre autant d’œufs que possible au cours de la saison de reproduction (mai à juillet). Pendant cette période, elle en pondra environ un par jour, soit 30 à 40 œufs en une saison. Même si ses œufs mouchetés sur fond bleu pâle ne ressemblent pas à ceux de nombreux autres oiseaux, l’œuf du vacher à tête brune est habituellement accepté par la mère ou l’oiseau hôte. Certains oiseaux remarquent la présence de l’intrus et vont soit retirer l’œuf du nid, soit abandonner le nid, mais dans la plupart des cas, ils acceptent l’œuf comme le leur.

Une stratégie gagnante

Pour plusieurs raisons, les oisillons du vacher à tête brune sont avantagés par rapport aux oisillons de l’oiseau hôte. D’abord, les œufs éclosent avant ceux de nombreuses autres espèces et, une fois éclos, la croissance des oisillons est généralement rapide. Ils sont donc plus gros et plus agressifs que les autres oisillons, ce qui leur permet d’atteindre plus facilement la nourriture offerte et d’en consommer la plus grande part.

Au final, l’oiseau hôte ne parvient généralement pas à subvenir aux besoins de ses propres petits durant cette saison. Au fil du temps, certains oiseaux apprennent à pousser l’œuf imposteur hors du nid ou à enterrer l’œuf du vacher à tête brune en recouvrant leur nid d’une nouvelle couche de végétation. De nombreuses espèces ignorent encore tout de ces stratégies d’adaptation, au prix de la survie de leur propre couvée.

Le succès reproducteur des vachers à tête brune réside aussi dans le fait qu’ils ne sont pas sélectifs lorsqu’il s’agit de trouver un nid d’adoption pour leurs œufs. On sait qu’ils peuvent pondre leurs œufs dans le nid de plus de 200 espèces d’oiseaux. Sur ce nombre, plus de 150 espèces d’oiseaux sont connues pour leur aptitude à élever avec succès l’oisillon du vacher à tête brune. La paruline jaune, le bruant chanteur et le bruant familier comptent parmi les hôtes les plus communs.

Comment expliquer cette évolution?

Il est facile de critiquer les habitudes de reproduction du vacher à tête brune, mais il faut aussi tenir compte de l'évolution de son comportement. Cette espèce indigène de l’Amérique du Nord, autrefois connue sous le nom d’« oiseau des bisons » (buffalo bird), suivait les hordes de bisons des prairies errant dans la plaine. Les insectes, dérangés par la présence des bisons, s’exposaient aux populations de vachers à tête brune, qui pouvaient s'en nourrir à profusion. Les oiseaux ne pouvaient donc pas s’arrêter pour construire un nid, sous peine de perdre leur source de nourriture. Ainsi, pour assurer la survie de leur espèce, ces oiseaux, au hasard de leurs déplacements, pondaient un seul œuf dans le nid d’autres oiseaux.

Cette stratégie évolutive a de toute évidence réussi au vacher à tête brune en permettant à l’espèce de prospérer. Les vachers à tête brune se sont ensuite adaptés à la disparition des hordes de bisons broutant les prairies de l’Amérique du Nord, en évoluant à proximité des troupeaux de bovins. On peut même les apercevoir perchés sur le dos des vaches.

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain