Tourbière à épinettes noires, MB (photo de CNC)

Tourbière à épinettes noires, MB (photo de CNC)

La forêt mixte des Grands Lacs

Orignal femelle et son petit (photo offerte par Wild for Wildlife and Nature)

Orignal femelle et son petit (photo offerte par Wild for Wildlife and Nature)

Dans son tableau de 1914 intitulée L’Île aux Pins, le peintre Tom Thomson  illustre de  façon vive et colorée des arbres secoués par les vents qui soufflent sur les côtes de la baie Georgienne. Toutes courbées dans la même direction, les branches décrivent des arcs qu’ un climat rigoureux et des vents violents ont façonnés avec les années. Les œuvres de Thomson, de même que celles de l’ensemble du Groupe des Sept, constituent probablement dans l’histoire du Canada les représentations les plus emblématiques des paysages et des forêts du pays, y compris la forêt mixte des Grands Lacs.

L’écorégion des Grands Lacs est l’un des endroits où la biodiversité est la plus importante au Canada et en Amérique du Nord. Il s’agit d’une zone de transition entre les forêts du nord et du sud, ce qui en fait une aire peuplée à la fois de feuillus (comme le bouleau, l’érable, le tremble et le chêne) et de conifères (comme l’épinette et le pin). Ces forêts sont par ailleurs parsemées  formations rocheuses dénudées, de lacs d’eau douce et de milieux humides.

Quelle est l’importance écologique de cet habitat ?

Cette remarquable biodiversité est une conséquence  des variations du climat, de la topographie et de l’altitude observables dans la région du sud de l’Ontario et sur le Bouclier canadien. Dans les faits, la gradation nord-sud des transformations environnementales, climatiques et biologiques est plus nette dans l’ensemble de la portion canadienne du bassin des Grands Lacs que dans toutes les autres écorégions non montagneuses du Canada.

Sur le plan biologique, la forêt mixte des Grands Lacs abrite aussi bien des espèces caractéristiques des zones carolinienne, boréale, arctique, atlantique et des montagnes de l’Ouest, de même que certaines espèces et sous-espèces uniques qui en évoluant sont devenues endémiques en bordure des Grands Lacs.

Quelles espèces vivent dans la forêt mixte des Grands Lacs ?

La variété des habitats permet l’épanouissement d’une riche biodiversité comprenant :

  • le cerf de Virginie ;
  • l’orignal ;
  • l’ours noir ;
  • le loup ;
  • le grand pic ;
  • le castor ;
  • de nombreuses espèces d’oiseaux, de poissons et d’insectes.

Quelles sont les menaces qui pèsent sur cette région ?

La région des Grands Lacs a joué un rôle de premier plan dans l’histoire et le développement du Canada. Actuellement, elle soutient le cœur de l’économie industrielle du pays et plus du quart de la population canadienne y vit. Près de 25 pour cent de la production agricole du Canada s’effectue également dans la région, sans compter que l’on y trouve l’une des plus importantes concentrations au monde d’installations de production d’énergie.

Les activités d’aménagement et d’exploitation exercent par conséquent une pression toujours grandissante sur les forêts mixtes de la région.

Que fait CNC pour protéger cet habitat?

En 2014, CNC et Kenauk Nature ont annoncé leur partenariat pour la conservation du vaste territoire que représente la propriété Kenauk, un trésor historique et naturel. Couvrant plus de 260 kilomètres carrés, cette propriété fait partie intégrante de l’histoire du Québec, ayant appartenu au célèbre Louis-Joseph Papineau.

Un partenariat naturel

Forêts TD contribue à protéger les forêts partout à travers le Canada.

Pour en savoir plus sur ce partenariat >

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien