Sentier Ancient Cottonwood, rivière Elk, C.-B. (Photo de Steve Short)

Sentier Ancient Cottonwood, rivière Elk, C.-B. (Photo de Steve Short)

La forêt riveraine de peupliers

Peupliers de l'Ouest, C.-B. (Photo de CNC)

Peupliers de l'Ouest, C.-B. (Photo de CNC)

Portée par une touffe de duvet blanc et dansant sur les eaux d’une rivière, une graine de peuplier s’échoue sur un banc de sable et prend racine.

Avec un peu de chance, le semis grandira : il enfoncera ses racines dans les berges de la rivière et ses branches s’élanceront vers le ciel, formant une composante essentielle de l’écosystème riverain. Au fil du temps, d’autres plantes se joindront à ces robustes pionniers que sont les peupliers, formant une bande de végétation le long de la rivière, appelée forêt riveraine. Il s’agit là d’un écosystème complexe, à échelons multiples, débordant de vie et de diversité.

L’importance écologique

Les forêts riveraines de peupliers recèlent de trésors biologiques et abritent une étonnante variété d’espèces animales et végétales.

Les peupliers ne craignent pas de se mouiller les pieds, germant sur le sable et les bancs de graviers bordant les plaines inondables. Ces arbres à croissance rapide absorbent tous les jours des centaines de litres d’eau et peuvent ainsi croître au rythme impressionnant de deux mètres par année.

Les arbustes riverains créent de l’ombrage sur les cours d’eau et procurent de quoi brouter et s’abriter aux mammifères de grande taille. Les peupliers, eux, sont souvent étêtés par les tempêtes de vent, la foudre ou à cause de grosses bordées de neige. Le cœur des grands peupliers a également tendance à pourrir ; tout cela favorise la création de troncs creux.

Encore debout, ces arbres morts ou mourants sont des habitats qui ne se retrouve pas dans les forêts plus jeunes. Les branches mortes et les cavités dans les troncs offrent un espace de vie à de nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères, y compris les ours noirs, dont certains ont été vus juchés tout en haut d’un tronc creux, devenu leur lieu d’hivernage.\

Les espèces

Les forêts de peupliers offrent un habitat à un grand éventail d’espèces, y compris :

  • le grand pic
  • l’ours noir
  • le cerf
  • l’orignal
  • l’écureuil
  • le petit-duc

Les menaces

En Colombie-Britannique, les écosystèmes de peupliers sont en péril. Ils sont situés dans des plaines fertiles, exactement là où les gens aiment s’installer. Les activités humaines ont détruit de nombreuses forêts de peupliers anciens et il n’en reste que des fragments.

Que fait CNC pour protéger ces habitats?

Dans le sud-est de la Colombie-Britannique, Conservation de la nature Canada (CNC) a protégé une rare bande de forêt riveraine de peupliers anciens, avec des arbres atteignant jusqu’à 400 ans.

En 2002, des chercheurs ont examiné les vieux peupliers qui s’élèvent dans ce bosquet. Ils ont constaté que ces arbres étaient âgés entre 230 et 400 ans. Certains avaient même un diamètre atteignant jusqu’à 10 mètres. En général, les peupliers de l’Ouest vivent rarement au-delà de 150 ans. À ce jour, ceux-ci sont les plus vieux jamais recensés dans le monde.

Pour plus d’information sur le sentier d’interprétation des peupliers anciens >

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain