L'automne à Abram-Village, Î.-P.-É. (Photo de Sean Landsman)

L'automne à Abram-Village, Î.-P.-É. (Photo de Sean Landsman)

Conservation de la nature Canada agrandit la réserve naturelle d’Abram-Village

21 février 2020
Abram-Village, Î.-P.-É.

 

Protection du marais salé, d’habitats sauvages et du littoral


Grâce à ses partenaires et donateurs, Conservation de la nature Canada (CNC) a agrandi de 10 hectares (24 acres) sa réserve naturelle d’Abram-Village, offrant ainsi une meilleure protection à l’un des plus grands marais salés qui subsistent à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les 10 hectares nouvellement conservés sont principalement boisés et bordent le marais salé d’Abram-Village. Puisque les marais salés représentent seulement 1 % de la superficie terrestre de la province., ils sont d’une importance capitale du point de vue de la conservation, et ce, tant pour la faune que pour les populations locales. Ils jouent notamment un rôle crucial en protégeant les communautés côtières de la hausse du niveau des mers et des tempêtes qui se font plus fréquentes. La protection de ces écosystèmes représente une importante mesure pour s’adapter aux changements climatiques et réduire le plus possible l’érosion côtière, une préoccupation croissante pour les résidents de la province.

Le marais salé d’Abram-Village fournit par ailleurs un habitat essentiel à de nombreuses espèces d’oiseaux, telles que le grand héron, le harle huppé, le canard noir, le bruant de Nelson, le chevalier semipalmé, le martin-pêcheur d’Amérique et le garrot à œil d’or. En conservant cette terre boisée à côté du marais salé, CNC porte à 79 hectares (194 acres) la superficie de sa réserve naturelle d’Abram-Village et favorise du même coup l’adaptation du marais aux changements climatiques, aux marées de tempête et à l’augmentation du niveau des mers.

Les marais salés ont joué un rôle important dans l’histoire de l’Île-du-Prince-Édouard. Le foin salé était en effet une ressource indispensable qui a aidé les familles de pionniers à survivre aux longs hivers, en fournissant de la nourriture à leur bétail. Malheureusement, nombre de ces marais ont été profondément altérés par la récolte du foin salé et l’extraction de la vase de moulières (mussel mud) qui servait d’engrais. Pour cette raison, le littoral de l’Î.-P.-É. compte aujourd’hui moins de marais salés intacts que d’autres régions du Canada atlantique.

Ce projet de conservation a reçu l’appui financier du Gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de conservation du patrimoine naturel, du U.S. Fish and Wildlife Service en vertu de la North American Wetlands Conservation Act, d’American Friends of Canadian Nature, du Cooke Insurance Group et de nombreux donateurs.

Citations

« Nous tenons à remercier tous ceux qui ont appuyé ce projet, en particulier le Gouvernement du Canada et le U.S. Fish and Wildlife Service, de nous avoir aidés à acheter cette propriété clé et à protéger le marais salé d’Abram-Village. Ce marais n’est pas seulement un refuge pour la faune; dans son état naturel, il offre de nombreux avantages à la communauté, en servant de zone tampon qui atténue les effets des tempêtes et comme une importante frayère pour les espèces marines, dont certains poissons pêchés commercialement. »
- Lanna Campbell, directrice de programmes de CNC pour l’Î.-P.-É.

« Conservation de la nature Canada, avec le soutien du Programme de conservation du patrimoine naturel du Canada, protège davantage l’un des plus grands marais salés de l’Île-du-Prince-Édouard. Ce marais salé situé dans Abram-Village protège la biodiversité et offre à la collectivité une zone tampon naturelle contre les tempêtes. En préservant cet important écosystème, nous nous assurons que les espèces sauvages et que les collectivités locales pourront prospérer, au bénéfice des générations à venir. »
- L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14 millions d’hectares (35 millions d’acres) d’un océan à l’autre et à l’autre, dont plus de 31 500 hectares (78 000 acres) de terres de grande valeur écologique au Canada atlantique. Pour en savoir plus, visitez conservationdelanature.ca.

Le Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) du Gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique en son genre qui vise à accélérer le rythme de la conservation des terres dans le sud du Canada. Conservation de la nature (CNC) gère le programme. CNC et ses partenaires bonifient les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats conservés dans le cadre du PCPN consolident la protection des corridors naturels et d’autres aires protégées.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Kathryn Morse
Directrice des communications - Région de l'Atlantique
1 866 319-5985

Pleins feux sur nos sympathisants