Pointe Staley, Île Wolfe, Ont. (Photo de Spencer Wynn)

Pointe Staley, Île Wolfe, Ont. (Photo de Spencer Wynn)

Protection d’un site important sur les berges de l’île Wolfe

26 août 2020
Kingston, Ont.

 

Conservation de la nature Canada protège 33 hectares (82 acres) sur cette île historique

Conservation de la nature Canada (CNC) a annoncé aujourd’hui la protection de 33 hectares (82 acres) de prairie, de milieux humides et de berges sur la pointe Staley, un site présentant une longue et riche histoire.

Située à l’extrémité nord-ouest de l’île Wolfe, à seulement six kilomètres au sud de Kingston, la pointe Staley possède une histoire culturelle de grand intérêt. Son passé autochtone remonte à des temps immémoriaux. Pendant des milliers d’années, l’île était en effet occupée de façon permanente et semi-permanente par des communautés autochtones, notamment les Hurons-Wendats, les Haudenosaunee, les Mississaugas et des peuples de langue algonquine. Plus tard, la pointe Staley a fait partie de la seigneurie de l’explorateur et commerçant français René-Robert Cavelier de La Salle, qui lui avait été attribuée en 1675 par Louis XIV, le roi de France. En 1685, la propriété a fait l’objet de la toute première vente privée de terres du Haut-Canada lorsque La Salle a transféré la propriété de l’île à Jacques Cauchois.

Au siècle dernier, la pointe Staley est devenue un club de chasse. Puis, à la fin des années 1990, le nombre de membres du club et l’intérêt pour la protection du site ont diminué. Bill Brown, un membre du club, a alors proposé d’acheter la propriété pour la protéger du développement. Plus tard, en 2004, il l’a cédée à ses trois filles, qui ont assuré qu’elle demeure un refuge sauvage en hommage à leur père. 

En plus d’avoir un passé culturel remarquable, la pointe Staley joue un rôle essentiel dans la conservation de la nature à l’échelle locale. De grands milieux humides marécageux situés dans la partie sud de la propriété filtrent l’eau qui s’écoule de l’île Wolfe vers le lac Ontario, en plus de fournir un habitat à une grande variété de sauvagines. De plus, ses vastes prairies abritent un nombre important d’oiseaux migrateurs inscrits sur la liste de la Loi sur les espèces en péril du Canada, comme le goglu des prés (menacée) et la sturnelle des prés (menacée), et offrent un habitat au monarque (en voie de disparition) au cours de sa prodigieuse migration.

Cette importante acquisition de terres a été rendue possible grâce à la générosité d’un grand nombre de personnes et d’organisations de la région, notamment le MapleCross Fund, le U.S. Fish and Wildlife Service en vertu de la North American Wetlands Conservation Act, le Gouvernement du Canada par l’entremise du Programme de conservation du patrimoine naturel du Fonds de la nature du Canada, et des donatrices et donateurs privés.

Citations

« La réalisation d’un projet de cette envergure et de cette importance aurait été impossible sans la passion collective des résidents de l’île Wolfe et de Kingston qui ont voulu assurer la protection de ce lieu si spécial. C’est grâce à la communauté, et à des donateurs visionnaires comme le MapleCross Fund, que nous pouvons annoncer aujourd’hui cette incroyable réussite en matière de conservation. »
– Mark Stabb, directeur de programmes pour le centre-est de l’Ontario, Conservation de la nature Canada

« La conservation de la pointe Staley permettra de protéger les prés et les milieux humides qui servent d’habitat pour les espèces en péril en Ontario. En travaillant en collaboration avec des partenaires comme Conservation de la nature Canada, nous protégerons nos milieux naturels pour les générations futures. Ensemble, nous progressons vers l’atteinte de notre objectif qui vise à conserver le quart des terres au Canada d’ici 2025. »
– L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« En protégeant le littoral de l’historique île Wolfe, nous soutenons les nombreuses espèces animales et végétales qui ont fait de notre communauté leur foyer. Je tiens à féliciter Conservation de la nature Canada et leurs partenaires pour cet important accomplissement. »
– Mark Gerretsen, député de Kingston et les Îles

Faits saillants

  • L’île Wolfe est la plus grande île de l’archipel des Mille-Îles.
  • L’île Wolfe est un lieu de halte pour la sauvagine et d’autres oiseaux migrateurs. Elle offre aussi des aires d’hivernage au harfang des neiges, au faucon gerfaut, à la buse pattue et à d’autres rapaces nordiques. L’île abrite une communauté agricole dynamique et est une destination prisée par les ornithologues et les photographes.
  • Il s’agit du deuxième projet de conservation de CNC sur l’île Wolfe; en 2001, l’organisme a en effet contribué à protéger du développement la baie Big Sandy (au sud de la pointe Staley).
  • La protection de la pointe Staley par CNC permettra à l’organisation de restaurer des prairies indigènes en vue de mieux subvenir aux besoins des insectes, comme le monarque et d’autres pollinisateurs, ainsi qu’à ceux d’oiseaux de prairie comme le goglu des prés.

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14 millions d’hectares (35 millions d’acres) d’un océan à l’autre et à l’autre, dont plus de 84 000 hectares (207 000 acres) en Ontario.

Le Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) du Gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique destiné à soutenir la création de nouvelles aires protégées et de conservation par l’acquisition de terres privées et de droits sur celles-ci. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. Les fonds que le gouvernement fédéral investit dans le programme sont bonifiés par des contributions de contrepartie amassées par CNC et ses partenaires, Canards Illimités Canada ainsi que la communauté canadienne des organismes de conservation.

Photos

Des images sont disponibles à : https://adobe.ly/2GAMGOB.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Nicole Senyi
Directrice des communications - Région de l'Ontario
Cell. : 416 937-5079

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien en 2020