Projet Loughborough Wilderness, Arche de Frontenac, Ont. (Photo de Charles T. Low Photography)

Projet Loughborough Wilderness, Arche de Frontenac, Ont. (Photo de Charles T. Low Photography)

Agrandissement de la zone conservée au sein d’un important corridor forestier

04 décembre 2019
Kingston, Ont.

 

Grâce à un propriétaire foncier local amoureux des forêts


Conservation de la nature Canada (CNC) annonce la protection de 119 hectares (294 acres) composés de crêtes de granit, de milieux humides, de berges et de forêts sur l’arche de Frontenac.

Ancien précieux refuge de John « Jack » Hunter Allum, un propriétaire foncier local, la propriété Leland Wetlands de CNC, située à 25 kilomètres de Kingston, a été ajoutée au projet Loughborough Wilderness de CNC, un ensemble de terres protégées au cœur de l’arche de Frontenac.

Ardent défenseur de la conservation de la nature toute sa vie durant, M. Allum a acquis la propriété il y a 40 ans dans le but d’en protéger la forêt. Il a ensuite passé de nombreuses années à agrandir cette forêt en plantant 20 000 arbres indigènes sur d’anciennes terres agricoles. Après sa mort, ses fils ont honoré ses volontés et vendu la propriété à CNC.

« Il adorait les forêts et la nature », affirme Gary Bell, directeur des programmes de CNC pour l’est de l’Ontario. « Il aimait être en forêt et a fait l’acquisition de la propriété uniquement dans le but de protéger cette forêt. »

M. Bell travaille avec CNC sur le projet de l’arche de Frontenac depuis plus de 14 ans. Il a débuté en 2005 en aidant CNC et des organismes partenaires à y acquérir plus de 3 150 hectares (7 780 acres) de terres protégées. La propriété Leland Wetlands est l’un des derniers projets sur lesquels il a œuvré avant de prendre sa retraite à la fin de 2019.

« Grâce à sa grande détermination et à son charme authentique, Gary Bell a accompli une incroyable réussite en matière de conservation dans l’est de l’Ontario », déclare Wendy Cridland, directrice de la conservation de CNC en Ontario. « Le patrimoine composé de forêts, de milieux humides, de lacs et d’affleurements rocheux protégés, qui soutient une remarquable diversité d’espèces, là où le Nord et le Sud se rencontrent, sera conservé avec soin pour de nombreuses générations à venir. »

L’arche de Frontenac, qui relie les forêts septentrionales des Hautes-terres algonquines aux monts Adirondacks de l’État de New York, constitue un lien naturel vital entre les forêts mixtes et de feuillus du nord de l’Ontario et la chaîne des Appalaches de l’est de l’Amérique du Nord. Cet étroit couloir est l’un des plus importants corridors forestiers à l’est des montagnes Rocheuses.

La région de l’arche de Frontenac possède une longue histoire, à la fois humaine et naturelle. Ses montagnes, nombreux lacs et vastes forêts en font un paysage naturel typique de l’Ontario. Il s’agit également de l’un des premiers endroits où les loyalistes se sont établis après la guerre d’indépendance américaine et la guerre de 1812.

Cinq régions forestières distinctes se côtoient à l’arche de Frontenac, où les forêts du Bouclier canadien au nord rencontrent celles de la zone carolinienne au sud. Ce chevauchement unique donne lieu à une étonnante variété d’espèces de plantes, d’insectes et d’animaux, ce qui en fait l’une des régions canadiennes les plus riches sur le plan de la biodiversité ainsi qu’un lieu d’une grande beauté. Plus de 200 espèces d’oiseaux ont été répertoriées à la station biologique de l’Université Queen’s dans l’arche de Frontenac.

Ce projet de conservation a été rendu possible grâce au financement du Gouvernement du Canada par l’entremise du Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) du Fonds de la nature du Canada. Ce financement a bénéficié de fonds de contrepartie versés par le U.S. Fish and Wildlife Service, en vertu de la North American Wetlands Conservation Act, ainsi que par bon nombre de généreux donateurs.

Photos et vidéos

https://adobe.ly/2QEy2vO

Faits saillants

  • Cette nouvelle acquisition se trouve au sein de la Zone importante pour la conservation des oiseaux Frontenac Forests et des milieux humides de Leland, désignés terres humides d’importance provinciale.
  • La propriété Leland Wetlands protège l’habitat de nombreuses espèces en péril, y compris la couleuvre obscure (en voie de disparition), l’engoulevent bois-pourri (menacée), le scinque pentaligne (en voie de disparition), la tortue musquée (préoccupante), la paruline azurée (en voie de disparition) et la couleuvre tachetée (préoccupante).
  • L’environnement naturel et l’histoire incroyablement riches de la région ont été reconnus en 2002 lorsque l’arche de Frontenac est devenue une réserve de biosphère de l’UNESCO au sein d’un réseau mondial de 686 réserves de biosphère dans 122 pays.

Citations

« L’arche de Frontenac est le dernier corridor forestier intact de l’est de l’Amérique du Nord. Son importance en matière de conservation est indéniable. Malgré sa petite superficie, l’arche joue un rôle crucial dans la connectivité des milieux naturels. Sans les propriétaires fonciers comme M. Allum et les innombrables bénévoles, donateurs et membres de la communauté, nous n’aurions pas été en mesure de protéger une si grande partie de cette aire naturelle tout à fait unique. »
- Gary Bell, directeur des programmes de CNC pour l’est de l’Ontario, Conservation de la nature Canada

« Au nom du ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, je tiens à féliciter Conservation de la nature Canada pour ses efforts afin de protéger les milieux humides de Leland et la biodiversité de la région. Dans le cadre du Programme de conservation du patrimoine naturel et du Fonds de la nature du Canada, nous travaillons avec des partenaires à des projets de conservation comme celui-ci afin d’atteindre notre objectif de doubler la superficie de nature protégée sur les terres et dans les océans du Canada. »
- Mark Gerretsen, député de Kingston et les Îles

À propos

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14 millions d’hectares (35 millions d’acres) d’un océan à l’autre et à l’autre, dont plus de 84 000 hectares (207 000 acres) en Ontario. Pour en savoir plus, visitez conservationdelanature.ca.

Le Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) du gouvernement du Canada est un partenariat public-privé unique destiné à soutenir la création de nouvelles aires protégées et de conservation par l’acquisition de terres privées et de droits sur celles-ci. Conservation de la nature Canada (CNC) administre le programme. Les fonds que le gouvernement fédéral investit dans le programme sont bonifiés par des contributions de contrepartie amassées par CNC et ses partenaires, Canards Illimités Canada ainsi que la communauté canadienne des organismes de conservation.

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Nicole Senyi
Directrice des communications - Région de l'Ontario
Cell. : 416 937-5079

Pleins feux sur nos sympathisants