Polémoine de Van Brunt (Photo de Joanie Bélanger, BEA)

Polémoine de Van Brunt (Photo de Joanie Bélanger, BEA)

Faire de la place pour la polémoine de Van Brunt

Polémoine de Van Brunt (Photo de Stephen Clayden)

Polémoine de Van Brunt (Photo de Stephen Clayden)

Cachée dans les milieux humides du Québec et du Nouveau-Brunswick, se trouve une petite plante tenace d’une grande rareté. Il s’agit de la polémoine de Van Brunt, une espèce en péril qui fait maintenant partie des plantes dont l’habitat est protégé au Québec par Conservation de la nature Canada (CNC).

Cette plante rare est présente sur une parcelle de terre de 31 hectares (76 acres) située à Ham-Sud, dans les Cantons-de-l’Est, à environ 50 km au nord-est de Sherbrooke. La protection de cette propriété est essentielle à la survie des populations de polémoine de Van Brunt au Canada, une espèce floristique en situation précaire.

Ornée de fleurs délicates aux pétales mauves, la polémoine de Van Brunt trouve son habitat dans les milieux humides, plus précisément dans les prairies humides et les aulnaies. Elle est considérée comme menacée à l’échelle nationale en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada et est protégée au Québec en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

L’aire de répartition de la polémoine de Van Brunt se limite au nord-est de l’Amérique du Nord. Au Canada, on la trouve au Québec et au Nouveau-Brunswick. Elle a été observée à trois endroits au Nouveau-Brunswick : une occurrence historique, retrouvée en 2009, une occurrence datant de 2005 et une autre jugée introduite. Au Québec, les Cantons-de-l’Est et le Centre-du-Québec sont les seuls endroits connus où pousse cette espèce.

La polémoine de Van Brunt, qui fleurit en juin et juillet, peut atteindre jusqu’à 140 centimètres de hauteur. Elle pousse dans des milieux spécifiques, c'est-à-dire où le sol a un taux d’humidité bien précis et s’adapte très mal aux changements qui surviennent dans son environnement, notamment les inondations et les sécheresses.

La perte d’habitat est une des principales menaces qui pèsent sur la polémoine de Van Brunt, et c’est pourquoi il est capital de protéger son habitat. Les autres menaces incluent la construction routière et résidentielle, les pratiques agricoles et la circulation des véhicules tout-terrain.

Cette espèce prospère difficilement là où la végétation est dense, soit quand la compétition pour l’espace et la nourriture est très forte. Le couvert végétal qui l'entoure doit être ouvert. Des scientifiques ont en effet observé que lorsque le couvert végétal se resserre, la polémoine de Van Brunt ne reçoit plus la lumière dont elle a besoin, ce qui peut occasionner une réduction de sa population.

En protégeant des habitats où pousse la polémoine de Van Brunt, CNC prend des mesures pour s’assurer que ses populations puissent prospérer au Québec.

Pour en savoir plus sur le travail de CNC dans la région des Cantons-de-l'Est, cliquez ici.

Pleins feux sur nos sympathisants