facebook
Étang John, tourbière de Venise-Ouest (Photo de CNC)

Étang John, tourbière de Venise-Ouest (Photo de CNC)

Le poisson-castor : un papa en or!

Poisson-castor (Photo de Shawn Good)

Poisson-castor (Photo de Shawn Good)

Queue aplatie, dentition spectaculaire, nage la tête hors de l’eau : non, il ne s’agit pas de notre emblématique rongeur, mais bien d'un poisson qui porte son nom : le poisson-castor. Peuplant les eaux douces de la moitié est de l’Amérique du Nord, on le retrouve entre autres dans le fleuve Saint-Laurent, la rivière Richelieu et le lac Champlain. Bien qu’il soit relativement commun, cet animal n’en demeure pas moins un étrange moineau! Euh, castor! Non, poisson! Promis, c’est bel et bien un poisson!

 

Outre ses caractéristiques physiques surprenantes, le poisson-castor se démarque de ses congénères par son comportement lors de la reproduction. Chez la majorité des animaux, quand il faut s’occuper de la progéniture, c’est la femelle qui s’en charge. Chez le poisson castor, c’est le père qui veille sur ses petits. Au printemps, en eau peu profonde, il retire la végétation et les roches l’endroit choisi pour le nid, et y creuse un trou dans le fond vaseux. La femelle vient y pondre ses œufs avant de s’en aller, laissant le mâle seul pour s’en occuper. Ce super papa veille ensuite sur les œufs, agitant les nageoires pour les alimenter en eau fraîche, et les protégeant férocement jusqu’à leur éclosion. Il gardera ses bébés, appelés alevins, de sept à dix jours, s’assurant qu’ils atteignent la taille de 10 centimètres, moment où les jeunes deviennent autonomes et quittent le nid. Il n’est pas rare de voir les femelles pondre dans plusieurs nids et à des moments différents, ce qui rend la tâche des supers papas plus ardue puisqu’ils se retrouvent avec des œufs et des alevins d’âges différents.

Prédateur redoutable, le poisson-castor peut manger tout ce qui bouge et entre dans sa bouche : insectes, poissons, crustacés, amphibiens et même des canetons! Il est lui-même peu chassé par les autres animaux, puisqu’il est de bonne taille (45 à 60 cm) et qu’il peut survivre dans des eaux stagnantes peu oxygénées grâce à sa capacité d’inspirer de l’air avec ses narines. Peu de gros animaux aquatiques sont à l’aise dans de telles conditions, ce qui lui garantit une certaine tranquillité dans ces endroits. Mentionnons tout de même qu’aux États-Unis, le poisson-castor a pour prédateur l’alligator, ainsi que les humains qui se régalent de ses œufs (un caviar assez peu dispendieux!)

Si vous cherchez ce poisson hors normes, passez donc par la réserve naturelle de la Tourbière-de-Venise-Ouest. En saison, papas et alevins sont visibles à partir de la passerelle piétonne. Sinon, peut-être le croiserez-vous lors de votre prochaine partie de pêche! Mais attention, son sourire risque fort de gâcher la photo!

Poisson-castor (Photo de Shawn Good)

Poisson-castor (Photo de Shawn Good)

 

 

Bonne fête des Pères !

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain