Plateforme d'exposition au soleil pour les tortues, rivière aux Brochets, baie Missisquoi, QC (Photo de CNC)

Plateforme d'exposition au soleil pour les tortues, rivière aux Brochets, baie Missisquoi, QC (Photo de CNC)

Les cigognes de la rivière aux Brochets

Bébé tortue-molle à épines, QC (Photo de CNC)

Bébé tortue-molle à épines, QC (Photo de CNC)

Par Audrey Martel, Assistante aux communications et marketing (B. Sc. Biologie)
 

Pour remercier les personnes généreuses ayant donné à notre organisme, nous avons organisé un concours afin qu'elles puissent se rendre sur le terrain et voir de leurs propres yeux le travail concret que nous pouvons réaliser grâce à leur aide. Il s'agissait d'un tirage au sort parmi les personnes ayant participé à l'événement virtuel. Le projet rivière aux brochets, c’est l’aboutissement de 25 ans de collaboration dans la région. C'est grâce à des propriétaires comme Peter Neville, que nous avons rencontré M. Gasser, à des partenaires - le Zoo, les municipalités-, à tous nos donateurs et à tous nos bénévoles- que CNC a pu donner un coup de main à l'espèce précaire qu'est la tortue-molle à épines. Ça prend beaucoup de persévérance, de détermination, mais surtout, beaucoup de « monde » !

La relâche des tortues !

Une expérience unique a permis à des personnes qui appuient Conservation de la nature Canada (CNC) et qui ont remporté notre concours d’aider concrètement la survie d’une espèce en voie d’extinction au Québec : la tortue-molle à épines ! Depuis 2009, le Zoo de Granby récolte les œufs pondus par les tortues sur le seul site de ponte connu au Québec. Ce site de la rivière aux Brochets est d’ailleurs tout près de terrains protégés par CNC (pour en savoir plus sur les tortues et le site protégé, c’est par ici !).

Bébés tortues-molles à épines (Photo de CNC)

Bébés tortues-molles à épines (Photo de CNC)

C’était un moment mémorable que de pouvoir participer à cette relâche de bébés tortues. Véronique Bellavance, biologiste et coordonnatrice conservation, et Raphaël Bernier, naturaliste interprète, du Zoo de Granby nous ont accueillis au bord de la rivière, où Véronique a commencé par expliquer la raison du travail fait avec les tortues : « Les femelles pondent sur des sites près de l’eau qui seront parfaits pour la survie des œufs; si c’est trop sec, les bébés risquent de sécher et mourir dans les œufs, mais si le nid est inondé, ce n’est pas mieux, les bébés se noient dans les œufs ». Depuis quelques années, CNC rencontre d’ailleurs les propriétaires riverains pour les sensibiliser à garder la végétation riveraine naturelle qui a pour rôle contenir les inondations (pour des témoignages de propriétaires, c'est par ici!). « Pendant tout le mois de juin, dix heures par jour, on s’installe à une cinquantaine de mètres du site de ponte, on observe et on attend que les femelles viennent y pondre leurs œufs pour ensuite aller les récolter. On a ramassé 13 nids cette année qui contenaient en moyenne 19 œufs chacun » raconte Véronique.

Relâche dans l'eau (Photo de CNC)

Relâche dans l'eau (Photo de CNC)

Les œufs sont gardés au zoo jusqu’à l’éclosion et c’est 24 heures après celle-ci que les jeunes tortues sont relâchées dans la rivière, où elles pourront commencer leur vie. Les personnes participant à la relâche ont eu la chance de libérer plusieurs petites tortues, profitant de l’expérience hors du commun pour s’immerger non seulement dans la rivière, mais aussi dans les actions de conservation. « Donner de l’argent, c’est une chose, mais de pouvoir venir sur place, voir et même participer concrètement, c’est vraiment une expérience hors du commun! C’est satisfaisant de constater ce qui est fait. On fait vraiment une différence pour ces tortues!» -Peter Solonysznyj, donateur gagnant du concours.

Bébés tortues-molles à épines (Photo de CNC)

Bébés tortues-molles à épines (Photo de CNC)

M. Solonysznyj a demandé à la biologiste s’il y avait une amélioration depuis qu’ils font leurs actions pour les tortues. « On a commencé le programme en 2009 avec l’objectif de relâcher 2 000 tortues. On va atteindre cet objectif l’année prochaine. Est-ce que ça porte ses fruits? C’est difficile à dire pour le moment. Ces tortues mettent de 12 à 14 ans à se reproduire! » a-t-elle répondu en riant. « Mais on aimerait pouvoir poursuivre ce projet et démontrer une amélioration dans les populations. Ce serait merveilleux dans quelques années si on voyait de plus en plus de femelles venir au site de ponte. Ça pourrait nous donner des indices que nos premières tortues relâchées, il y a 12 ans, ont survécu et se portent bien! »

Espérons le meilleur pour l’avenir de cette espèce!

Merci aux personnes généreuses et amoureuses de la nature, à Véronique et Raphaël, dévoués biologistes du Zoo de Granby, et bien sûr, à tous les estimés donateurs qui permettent à CNC de poursuivre sa mission de conservation. Vous serez peut-être nos gagnants d’un prochain tirage !

Release team (Photo by NCC)L'équipe de relâche (Photo de CNC)

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien