Archipel du lac Saint-Pierre, fleuve Saint-Laurent, Québec (Photo de Yannick Bilodeau)

Archipel du lac Saint-Pierre, fleuve Saint-Laurent, Québec (Photo de Yannick Bilodeau)

Les milieux humides, au sommet du palmarès de la biodiversité

Lac Saint-Pierre, fleuve Saint-Laurent, Québec (Photo de CNC)

Lac Saint-Pierre, fleuve Saint-Laurent, Québec (Photo de CNC)

Reconnue comme Réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO depuis plus de 10 ans, la région du lac Saint-Pierre est en fait un élargissement du fleuve Saint-Laurent entre Sorel et Trois-Rivières. Sa vaste plaine inondable est la plus importante du Saint-Laurent; on y trouve 40 % des milieux humides de tout le fleuve!

Saviez-vous que les milieux humides sont au sommet du palmarès en matière de biodiversité?

Un « milieu humide » est un territoire inondé ou saturé d'eau pendant une période suffisamment longue pour que s'y développe une végétation adaptée à la vie aquatique. Ces habitats abritent beaucoup plus d'espèces que tous les autres milieux naturels. De nombreuses espèces en dépendent pour effectuer leur migration, s'alimenter, s'abriter, nidifier, pondre ou frayer.

Cette richesse des milieux humides ne fait pas exception au lac Saint-Pierre qui abrite 24 espèces de mammifères, 79 espèces de poissons d’eau douce, dont le chevalier cuivré, une espèce endémique du Québec, 288 espèces d’oiseaux et 27 espèces de plantes rares dont l’arisème dragon, une plante menacée capable de changer de sexe! On y retrouve également l’une des plus grandes héronnières en Amérique du Nord. Toutes ces espèces ont besoin d’un milieu naturel et d’une eau de qualité pour y vivre en santé.

Les milieux humides offrent non seulement un habitat extraordinaire pour des centaines d’espèces qui y habitent et y effectuent leur migration, ils améliorent aussi la qualité de l’eau en filtrant et en absorbant les engrais et contaminants. Comme l’eau y est relativement stagnante, ils favorisent le dépôt des particules dans l’eau et protègent contre les inondations et l’érosion des berges en servant de zones tampons pour le débordement des cours d’eau.

Afin de conserver ce patrimoine naturel, des organismes de conservation, dont Conservation de la nature Canada (CNC), ont acquis des territoires autour du lac Saint-Pierre pour les sauvegarder à long terme. Ces terres privées protégées maintiennent des écosystèmes fonctionnels ainsi que des habitats fragiles de certaines espèces menacées ou vulnérables comme le chevalier cuivré et l’arisème dragon.

Les plaisanciers qui fréquentent la région ont également un rôle clé à jouer dans la conservation du lac Saint-Pierre. En effet, le battement des vagues contre les rives, occasionné par le passage des bateaux à moteur, provoque un recul des rives estimé à 1,6 mètre par année, et ce, à plusieurs endroits entre Montréal et Sorel-Tracy. Ce phénomène a de sérieuses conséquences : destruction des habitats, augmentation de la turbidité de l’eau et perte des sols. Les plaisanciers peuvent contribuer à la protection de ces milieux en réduisant la vitesse des embarcations à proximité des rives et en eaux peu profondes. Les petites embarcations non motorisées telles que le kayak et le canot sont des moyens à privilégier pour y explorer la nature.

La saison chaude au Québec est courte et tout le monde a envie d’en profiter! Si vous planifiez visiter un milieu aquatique naturel, plusieurs règles d’éthique toutes simples peuvent faire une grande différence pour la protection de ces milieux :

  • Évitez de déranger les colonies d'oiseaux, cela nuit à leur alimentation et leur reproduction.
  • Ne circulez pas dans les milieux humides, afin de ne pas détériorer les habitats fauniques.
  • Respectez les conditions d'accès et la réglementation concernant la chasse et la pêche.
  • Respectez les restrictions d'accès aux sites protégés.
  • Utilisez des produits de nettoyage biodégradables et ne rejetez pas vos eaux usées dans le fleuve.
  • Rapportez vos déchets et recyclez vos matières résiduelles.
  • Campez aux endroits prévus à cet effet.
  • Gardez les animaux domestiques en laisse.

La conservation des milieux humides de l’archipel du lac Saint-Pierre a été rendue possible grâce aux partenaires impliqués avec Conservation de la nature dans le Plan conjoint des habitats de l’Est (PCHE) pour la sauvagine :


Plusieurs organismes locaux et régionaux sont également impliqués au lac Saint-Pierre :

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien en 2020