Mythes et réalité : les chauves-souris (Vidéos)

Chauve-souris rousse (Photo de Anita Gould, CC BY-NC)

Chauve-souris rousse (Photo de Anita Gould, CC BY-NC)

Par Audrey Martel, Assistante aux communications et marketing (B. Sc. Biologie)

Toute une aventure vous attend : Conservation de la nature Canada (CNC) et deux de ses partenaires, Corridor appalachien et le Zoo de Granby, vous ont préparé des capsules vidéo sur un thème bien particulier : les chauves-souris! Cela vous effraie? Vous intrigue? Les trois vidéos sur cette page, en plus d’une foule d’informations complémentaires, vous permetteront d'en apprendre davantage sur les mythes entourant ce petit animal mystérieux qu’est la chauve-souris!

 

Qui a dit que les chauves-souris avaient des maladies ?

 

Quand on parle de chauves-souris et de maladies, personne ne demeure indifférent! Le plus important dans le cas des chauves-souris, mais aussi d’autres animaux sauvages, reste de ne pas les déranger. Si on ne les touche pas et qu’on ne s’en approche pas, aucun risque d’attraper quoique ce soit!

Évidemment, si la chauve-souris est dans votre maison, c’est différent! Vous pouvez alors vous référer à chauve-souris.ca pour la faire sortir en toute sécurité (pour vous, et pour elle!) En aucun cas, vous ne devez toucher directement une chauve-souris! Même si peu sont porteuses de la rage, il s’agit d’une maladie grave et il ne faut prendre aucun risque!

Pour ce qui est du syndrome du museau blanc (SMB) mentionné dans la vidéo, il n’est pas dangereux pour les humains. C’est cependant la plus grande menace qui guette les chauves-souris en Amérique du Nord et il est important d’en parler pour les sauver. Après tout, elles sont essentielles pour… Ah non, nous ne vous en disons pas plus, vous devrez revenir dans deux jours pour visionner la prochaine capsule! Mais pour en apprendre plus sur le SMB, c’est par ici!

Le petit plus : l’écholocation

Chauve-souris frugivore (photo de Karl Roby)

Chauve-souris frugivore (photo de Karl Roby)

On entend souvent dire que les chauves-souris sont aveugles et qu’elles se déplacent grâce à des sons qu’on ne peut pas entendre. En fait, elles voient plutôt bien. Leur mode de vie nocturne les a cependant amenées à développer leur ouïe à un niveau de sophistication inouï! Certaines espèces tropicales sont tout de même actives en plein jour et leurs grands yeux leur permettent de repérer les fruits dont elles se nourrissent!

Quant aux sons qu’elles émettent pour se déplacer, encore une fois, cela dépend beaucoup de l’espèce. Ici, au Canada, la majorité des chauves-souris produisent des ultrasons trop aigus pour que nous, humains, puissions les entendre. Une seule exception : l’oreillard maculé, la seule espèce dont on peut entendre les cris. Certains enfants arrivent cependant à percevoir les cris d’autres espèces, puisque leurs oreilles sont plus sensibles aux sons aigus que celles des adultes.


Un appareil qui capte les ultrasons est nécessaire pour identifier les autres espèces par leurs cris. Il est ensuite possible de trafiquer un peu les enregistrements pour en faire des sons audibles.

Sonogrammes de chauves-souris (Image par le Zoo de Granby)

Sonogrammes de chauves-souris (Image par le Zoo de Granby)</>

 

Ça ne veut pas dire qu’il est impossible de les entendre, au contraire! En fait, les chauves-souris produisent aussi des sons pour communiquer entre elles qui ressemblent à des cliquetis audibles par les humains, bien qu’ils ne soient pas très forts.

Son de chauve-souris cendrée

Son de grande chauve-souris brune

Son de petite chauve-souris brune

 

Qui a dit que les chauves-souris étaient des vampires?

Une autre belle légende! En 1613, des explorateurs ont raconté avoir vu des chauves-souris buveuses de sang lors d’un périple au Brésil. Quelques dizaines d’années plus tard, les vampires sont apparus dans les histoires, dotés du pouvoir surprenant de se transformer en chauves-souris! Qui aurait cru que Dracula avait été inspiré par une petite bestiole pas plus grosse qu’un cube de glace?

 

Décorations d'Halloween (Photo de Karolina Grabowska)

Décorations d'Halloween (Photo de Karolina Grabowska)

Pour voir le « joli minois » de nos 8 espèces québécoises, c’est par ici!
 

Les chauves-souris du Québec se nourrissent principalement de gros insectes volants, comme des papillons de nuit. Elles mangent la moitié de leur poids en insecte chaque nuit, mais une femelle qui allaite peut manger jusqu’à l’équivalent de son poids en insectes! On parle souvent des araignées et des grenouilles comme prédateurs d’insectes, mais les chauves-souris le sont tout autant.

 

Le petit plus : les services que nous rendent les chauves-souris

Outre leur participation dans le contrôle des populations d’insectes, des chauves-souris d’ailleurs dans le monde rendent d’énormes services dont nous profitons ici, au Canada! Sceptique?

Y a-t-il des personnes amateures de tequila dans la salle? Vous pouvez remercier les chauves-souris! Ce sont elles qui pollinisent l’agave bleu, ingrédient base de la téquila, et qui lui permet de prospérer. Quelques centaines de fleurs dans le monde dépendent des chauves-souris comme pollinisatrices. Cela inclut les fleurs de cacaoyer… vous savez, cet arbre qui donne des fèves avec lesquelles on fait du chocolat! Que serait la vie sans quelques bons chocolats?

 
Envie de tester vos toutes nouvelles connaissances? Voici un quiz pour vous amuser!

 

Qui a dit que les chauves-souris vivent dans les maisons hantées?

Évidemment, on ne peut parler de chauves-souris sans aborder leur habitat. Mais où vivent-elles? Et surtout, que font-elles une fois que l’Halloween est passée?

 
Si vous avez envie d’accueillir des chauves-souris sur votre terrain l’été prochain, vous pouvez vous amuser en famille cet hiver en leur fabriquant un dortoir. À vos marteaux et vos pinceaux, voici un point de départ pour vos créations!

Le petit plus : une curiosité sur certaines images des vidéos

Pipistrelle de l'Est (Photo de Brock Fenton)

Pipistrelle de l'Est (Photo de Brock Fenton)

Vous avez peut-être remarqué une bague sur l’aile des chauves-souris sur quelques images fournies généreusement par Brock Fenton, un chercheur spécialiste des chauves-souris. Certaines sont même pourvues d’antennes sur le dos! Ces dispositifs ne nuisent nullement aux animaux et sont même extrêmement importants pour elles.

Chauve-souris rousse (Photo de Brock Fenton)

Chauve-souris rousse (Photo de Brock Fenton)

Ils permettent d’étudier les déplacements des chauves-souris, que ce soit en les identifiant, ou par télémétrie, un moyen de les suivre grâce à l’émetteur radio sur leur dos. Les données recueillies permettent d’en apprendre beaucoup sur les habitudes de déplacement et les migrations de plusieurs espèces et permettent ainsi de mieux les protéger. Le système de surveillance Motus est le plus vaste réseau de télémétrie au monde et permet d’obtenir des renseignements essentiels sur les déplacements, notamment des chauves-souris, mais également des oiseaux et même de certains insectes.

Chauve-souris naissante (Photo de Marie-Claude Benoit)

Chauve-souris naissante (Photo de Marie-Claude Benoit)

Avant de vous laisser aller répendre vos nouvelles connaissances, nous souhaitons partager avec vous une dernière chose… L’image d’un bébé chauve-souris! Ce n’est pas tous les jours qu’on voit un minuscule bébé dépourvu de poils, puisqu’à cet âge il reste habituellement bien accroché au ventre de sa mère. C’est après leur retour d’hibernation, au printemps, que la gestation des femelles a lieu. Comme ce sont des mammifères, les bébés boivent le lait de leur mère quelque temps avant de s’alimenter d’insectes. Eh oui… du lait de chauves-souris!

Si vous avez envie d’aider cet animal unique, partagez les vidéos et parlez autour de vous de ces adorables petits incompris. C’est le seul mammifère volant du monde et il nous rend des services essentiels… même si plusieurs mythes circulent sur leur compte!

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain