Lettre de notre invitée

Lisa McLaughlin (Photo de Mike Ford)

Lisa McLaughlin (Photo de Mike Ford)

Comme on a pu le voir cet été dans un grand nombre de communautés et de paysages à travers le pays, ainsi que partout dans le monde, les changements climatiques et la perte de biodiversité sont sans conteste deux des plus grands défis que doit maintenant relever la société en raison des menaces qu’ils constituent pour la santé et le bien-être de notre planète, de nos collectivités et de notre économie. Au Canada, les impacts du réchauffement climatique, associés à plus de 200 ans de culture et de conversion intensives des terres, ont considérablement réduit la résilience naturelle qui permettait à notre environnement de se remettre des pressions auxquelles il est soumis. Ces pressions affectent notre mode de vie actuel et menacent la qualité de vie des générations futures en détruisant l’habitat essentiel de pollinisateurs et d’autres espèces, en réduisant la protection que la nature nous procure contre les inondations et les incendies, en mettant en péril notre sécurité alimentaire et notre approvisionnement en eau potable et en détruisant des ressources essentielles à notre économie.

En mars 2021, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a déclaré les années 2021 à 2030 « Décennie pour la restauration des écosystèmes », afin de promouvoir un mouvement de restauration motivé par la recherche scientifique, le soutien politique
et l’investissement financier partout sur le globe. La vision globale de la Décennie des Nations Unies est d’instaurer un monde où, pour la santé et le bien-être de toute vie sur Terre et des générations futures, la relation entre les humains et la nature est restaurée, où la superficie des écosystèmes sains va en augmentant et où la perte, la fragmentation et la dégradation des écosystèmes ont cessé.

À titre de chef de file des organismes de conservation de terres privées au Canada, qui protège et gère directement plus de 386 000 hectares (953 827 acres) de milieux naturels, Conservation de la nature Canada (CNC) participe déjà à des
travaux de restauration d’un océan à l’autre, là où plus de 90 % des Canadiennes et des Canadiens vivent, travaillent et se divertissent. Dans l’article principal de ce numéro, la journaliste scientifique Niki Wilson donne un aperçu des innombrables
manières dont les membres du personnel et les bénévoles de CNC mènent des activités de restauration qui donnent des résultats concrets sur le terrain.

En tant qu’organisation qui s’appuie sur la science, nous savons toutefois que nous devons en faire davantage et plus rapidement. Avec votre appui, nous pouvons fournir le leadership qui s’impose. Vous pouvez aider CNC à amplifier et
à réaliser les objectifs de la Décennie de l’ONU pour la restauration des écosystèmes en tant que leader et défenseur de la restauration.
Merci de votre appui continu,

Lisa McLaughlin
Vice-présidente, Politiques et planification en conservation

Explorez encore plus de contenu en lien avec l'édition la plus récente de notre magazine ici>

Pleins feux sur nos partenaires

Renouvelez votre soutien