Notre travail

  • Prairie de la vallée de la rivière Souris, Man. (photo de CDC/CNC)

    Prairies de la vallée de la rivière Souris

    On trouve dans cette plaine, presque totalement dénuée d'arbres, l'herbe aux bisons, une plante menacée à l'échelle nationale et provinciale, et qui ne pousse que sur un seul autre site au Canada. Cette communauté végétale profite des conditions très spécifiques déterminées par les pentes des versants de la vallée de la rivière Souris et par le cycle de crue de la rivière.

     

  • Barbon de Gérard, prairie à herbes hautes, Man. (photo de CNC)

    Prairie à herbes hautes

    CNC a assumé un rôle de premier plan dans l’initiative d’un partenariat de groupes environnementaux visant l'acquisition et à la restauration de la Réserve naturelle des prairies à herbes hautes du Manitoba. Durant des milliers d'années, avant que la charrue n'y trace un premier sillon, l'écosystème des prairies à herbes hautes s'étendait du site actuel de Winnipeg jusqu'au sud du Texas.

    Pour en savoir davantage >

     

  • Milieux humides des fondrières des prairies, aire naturelle des prairies d'herbes mixtes de West Souris, Man. (photo de CNC)

    Prairie d'herbes mixtes de West Souris

    Située dans le sud-ouest du Manitoba, cette région, composée d'une bande de prairies entrecoupées de cuvettes (fondrières formant des milieux humides), s'étend à l'ouest et au sud de la ville de Melita, jusqu'à la frontière canado-américaine.

     

  • Setcréasée (photo de CNC)

    Dunes et milieux humides de Oak Lake

    L'aire naturelle des dunes et milieux humides de Oak Lake, bien que peu connue, est l'un des sites naturels parmi les plus riches et fragiles du Manitoba. Désormais, une partie de ses habitats est protégée par une famille de la région.

    « J'aime protéger la nature », affirme Tim Mowez, propriétaire et résident de Virden. « Si nous ne la protégeons pas davantage, il ne restera plus rien bientôt. »

    Située près de Oak Lake, cette aire naturelle constitue l'habitat d'un grand nombre de plantes et d'animaux. Une portion considérable de l'aire naturelle des dunes et milieux humides de Oak Lake est protégée à long terme grâce à une entente de conservation qui préviendra la transformation ou la fragmentation des habitats, alors que l'élevage continuera d'y être pratiqué.

    Allier conservation et élevage

    Tim et Kathy Mowez possèdent un quart de cet habitat naturel unique, soit 65 hectares (160 acres), juste au sud de la route Transcanadienne, entre Virden et Oak Lake. Il s'agit d'une aire écologique particulièrement fragile et les propriétaires ont donc récemment pris la décision d'en assurer la protection. Ce choix assure que le site demeurera tel quel, et qu'il ne subira aucune menace de déboisement ou de développement.

    « Les animaux ont eux aussi besoin d'un endroit où vivre», explique monsieur Mowez. « S'il n'y a pas d'arbres ou de buissons, il n'y aura aucun oiseau ou animal non plus. »

    Monsieur Mowez a acheté cette propriété de son père en 1984. Il a hérité de ce dernier le même sens éthique de la conservation et souligne : « Mon père n'a jamais cru en l'abattage des arbres et des arbustes. Il les a toujours préservés. »

    Malgré l'élevage qui est pratiqué sur cette propriété, elle ne fut jamais défrichée ou divisée. Très boisée dans son ensemble, elle possède toutefois un sol très sablonneux qui, sans la protection qu'offre le couvert végétal, serait susceptible de s'éroder très rapidement. De ce fait, maintenir le couvert forestier en permanence sur la propriété est l'une des priorités de la nouvelle entente de conservation.

    Tim Mowez adore le plein air et retire beaucoup de plaisir sur sa propriété, que ce soit lors de randonnées, à la chasse, en coupant du bois ou en pratiquant d'autres activités extérieures.

    Au fil des ans, il a pu observer que le déboisement et le développement urbain prenaient de l'expansion près de chez lui. Sa décision de créer une entente de conservation sur sa propriété est venue de son désir d'assurer la pérennité de ce milieu naturel riche, unique et rare. L'entente conclue avec Conservation de la nature Canada (CNC) protège la prairie, les dunes, les forêts et toutes les espèces qu'elles abritent.

    Un trésor de biodiversité

    « L'aire naturelle des dunes et milieux humides de Oak Lake est très diversifiée au plan biologique », affirme Josh Dillabough, conseiller à l'acquisition pour CNC au Manitoba. L'aire naturelle englobe 314 760 hectares (777 787 acres) et comporte une très grande variété d'habitats, ce qui en fait un endroit de choix pour la biodiversité. Des douzaines de formations dunaires surplombent la plaine, atteignant jusqu'à 10 mètres de hauteur et soutenant une végétation mixte des prairies et de boisé de peupliers.

    Selon monsieur Dillabough, ces dunes sont le seul endroit au Manitoba où il est possible d'admirer une petite fleur menacée, la tradescantie de l'Ouest. Le scinque des Prairies, seul lézard du Manitoba et espèce menacée, vit également sur le flan des dunes, avec plusieurs autres espèces de plantes rares, telles que le chénopode glabre et la dalée velue.

    « Il est urgent de conserver et d'entretenir les terres privées », dit-il. « Plus de 85 % de la population de tradescantie de l'Ouest pousse sur des terres privées. Certaines parties des boisés, des prairies et des milieux humides de la région furent classées parmi les 15 plus importantes dans l'écorégion des prairies à herbes hautes septentrionales. »

     

  • Comité consultatif scientifique

    Partout au pays, certains des plus éminents scientifiques du Canada arpentent les forêts, parcourent les prairies et visitent les estuaires des rivières. Ces spécialistes aident CNC à atteindre ses objectifs en matière de protection de la biodiversité et à identifier ses priorités de conservation. À titre de bénévoles, ils font partie du réseau scientifique consultatif de CNC, un réseau de conseillers scientifiques et d'écologistes locaux, déployé à l'échelle du pays.

     

  • Prairie à herbes hautes, Région Entre-les-Lacs, Man. (Photo de CNC)

    Aire naturelle Interlake (Entre-les-lacs)

    L'aire naturelle Interlake (Entre-les-Lacs) abrite une incroyable variété d'espèces sauvages. C'est une mosaïque de 1 309 260 hectares (3 235 253 acres) de boisés, de vastes terres humides, de caractéristiques karstiques uniques, de rivages et de prairies indigènes. La taille et l'intégrité relative de cette aire naturelle, son relief unique et varié et sa localisation, soit la zone de transition entre les prairies et la forêt boréale, se combinent pour créer un milieu réunissant un ensemble d'espèces rarement observées à si courte distance les unes des autres. C'est dans cette région que se trouve également la prairie d'herbes hautes, désignée en voie de disparition. On y trouve aussi des zones karstiques abritant des alvars, un type d'habitat peu commun à l'échelle mondiale, des terres humides d'importance internationale et des plages spectaculaires.

    La santé des habitats naturels de l'Interlake, plus particulièrement ses milieux humides et ses zones riveraines, contribue à celle des lacs Winnipeg et Manitoba qui la bordent. Cinq zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) s'y trouvent, y compris les marais côtiers du delta et de Netley-Libau qui sont d'importance internationale. Les formations calcaires présentent des caractéristiques karstiques uniques. On y trouve également des tanières d'hivernage qui abritent les plus grandes concentrations de serpents au monde. De plus, l'habitat des falaises intérieures abrite le pelléade de Gastony, une espèce de fougère en voie de disparition.

    La région d'Interlake englobe l'étendue la plus septentrionale de prairie d'herbes hautes en Amérique du Nord. C'est aussi le site de l'un des deux seuls vestiges de prairie d'herbes hautes à l'échelle du paysage qui subsistent au Manitoba (l'autre étant l'aire naturelle des prairies d'herbes hautes de CNC située le long de la frontière américaine). Ces prairies abritent plusieurs espèces en péril, dont l'hespérie du Dakota (un papillon), le cypripède blanc (une orchidée) et le penstémon digitale.

     

  • Aire naturelle de la montagne Riding, Man. (photo de CNC)

    Aire naturelle du mont Riding

    Le corridor faunique du mont Riding est situé dans l'une des 12 réserves de biosphère (un terme de l'UNESCO désignant des aires naturelles d’importance) du Canada. Au Manitoba, il reste aujourd'hui moins de 10 pour cent de la forêt-parc à trembles originale, subsistant en de petits îlots isolés.

     

  • Bassin versant de la rivière Whitemouth, propriété Loewen, Man. (photo de Harvey Sawatsky)

    Aire naturelle du bassin versant de la rivière Whitemouth

    Situé dans le sud-est du Manitoba, ce paysage unique est le point de rencontre de la forêt boréale, qui est composée de conifères, de la forêt mixte du lac Supérieur et des prairies de l'Ouest.

    Habitat 

    Cette aire naturelle comporte de vastes tourbières et autres types de milieux humides, ainsi que des forêts riveraines, mixtes et de conifères.  

    Espèces

    La région est d’une grande importance pour la biodiversité au Manitoba. Elle abrite un grand nombre de plantes et d’animaux qui sont rares ou peu communs, incluant : 

    la tête carmin (une espèce de poisson menacée à l’échelle provinciale et nationale);

    la tortue serpentine (une espèce préoccupante);

    l’hespérie tachetée (un papillon rare à l'échelle mondiale et en voie de disparition au Manitoba);

    la sanguinaire du Canada;

    le dicentre à capuchon;

    l’uvulaire à feuilles sessiles.

    Menaces

    Les milieux naturels de cette région subissent, entre autres menaces, celle du développement récréatif et de la conversion des habitats pour l’agriculture.

     

  • Personnel de CNC et un groupe de visiteurs lors d'une sortie de terrain, dans la prairie à herbes hautes, Manitoba (photo de CNC)

    Éducation et sensibilisation

    L'éducation est un élément essentiel de la conservation. Le Programme d'étude des prairies, créé par la section manitobaine de CNC, vise à sensibiliser les jeunes citoyens et à les inciter à devenir des intendants efficaces pour les milieux naturels. Il contribue également à leur faire prendre conscience de leur capacité à protéger l’avenir et la santé écologique de notre patrimoine naturel au profit de toute la population canadienne.

     

Pleins feux sur nos sympathisants

Renouvelez votre soutien en 2020