facebook
Coucher de soleil sur la prairie (Photo de Sean Feagan/CNC)

Coucher de soleil sur la prairie (Photo de Sean Feagan/CNC)

Conservation menée par les Autochtones : Un pas vers l'avant

Coucher de soleil sur un champ d'armoise (Photo de Sean Feagan/CNC)

Coucher de soleil sur un champ d'armoise (Photo de Sean Feagan/CNC)

Le chemin vers la réconciliation est long et complexe, mais la conservation menée par les Autochtones, qui permet de rétablir les liens entre les peuples et le territoire, peut contribuer à ouvrir la voie vers cet objectif. AnnLisa Jensen, membre de la Nation métisse de l’Alberta et responsable du programme de conservation autochtone de Conservation de la nature Canada (CNC) dans cette province, a récemment discuté de la conservation menée par les Autochtones et de comment elle peut faire progresser la réconciliation.

Q : Qu’est-ce que la conservation menée par les Autochtones?

R : La conservation menée par les Autochtones modifie le paradigme de la conservation, qui a par le passé donné lieu au déplacement et au retrait systématique des peuples autochtones de leurs terres et territoires traditionnels. Cette réalité a entraîné une rupture entre les communautés autochtones et le territoire sur lequel elles vivaient et maintenaient des pratiques d’intendance respectueuses depuis des temps immémoriaux.

En revanche, la conservation menée par les Autochtones priorise l’autogouvernance et une approche du territoire qui reflète les modes de vie et savoirs traditionnels de ces peuples, et permet aux communautés de s’y rattacher de manière concrète. Elle est intrinsèquement liée à l’autodétermination, à l’exercice des droits inhérents et à la revitalisation des cultures. Cela permet aussi de rétablir le lien entre les populations autochtones et le territoire et de faire en sorte qu’elles participent, à juste titre, à la protection, à la gestion et à la restauration des terres et des eaux, ainsi qu’à la préservation de la biodiversité, au profit des générations futures.

La conservation menée par les Autochtones passe par des collaborations avec divers gouvernements, des organisations non gouvernementales, comme CNC, ainsi que des bailleurs de fonds des secteurs de la philanthropie et des entreprises, pour atteindre les objectifs en matière de conservation. 

Il existe de nombreux exemples de projets de conservation menés par les Autochtones au Canada, et depuis plus d’une décennie, CNC a établi des partenariats fructueux avec des nations et des communautés autochtones. De nombreuses manières d’appuyer la conservation menée par les Autochtones s’offrent à CNC, et nous traversons actuellement une période inédite et enthousiasmante qui nous permettra de trouver de nouveaux moyens, encore plus efficaces, de travailler ensemble. 

Q : Pourquoi est-ce important?

R : Il s’agit tout simplement de la bonne chose à faire. La conservation menée par les Autochtones et la collaboration sur le territoire doivent être au cœur des valeurs, des principes et du travail de CNC, pour aller de l’avant. 

Les objectifs de conservation et de protection établis par le gouvernement et des organisations comme CNC peuvent être atteints beaucoup plus efficacement non seulement en incluant les peuples autochtones, mais aussi en tenant compte de leur leadership, de leurs conseils et de leurs capacités de gestion.  

Q : Quel est le rôle de la conservation menée par les Autochtones en ce qui a trait à la réconciliation?

R : La conservation des terres est essentiellement liée à la réconciliation entre les peuples non autochtones et autochtones. Nous avons maintes occasions, et il est nécessaire de nous pencher sur l’histoire de l’expulsion forcée des peuples autochtones de leurs territoires et sur les promesses fondamentales des Traités. En adoptant une vision renouvelée de la conservation axée sur l’établissement de liens de confiance, d’une compréhension mutuelle et de relations positives, et en recherchant des occasions de créer des partenariats dans le domaine de l’intendance et de la conservation, nous pourrons commencer à réparer les injustices historiques et rendre aux peuples autochtones les terres et les eaux qui leur reviennent à juste titre et avec lesquelles ils étaient liés depuis des milliers d’années.  

En appuyant la conservation menée par les Autochtones et en adoptant la position de partenaires, nous encourageons l’autodétermination et la reconnexion essentielle à la terre, ainsi que la revitalisation de la culture et de la santé des communautés autochtones par un retour aux savoirs traditionnels et à la vision du monde autochtone.

Le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada fait non seulement état de la nécessité de reconnaître le traumatisme intergénérationnel infligé aux peuples autochtones par les pensionnats, mais aussi des conséquences de la pratique historique consistant à les retirer de leurs territoires traditionnels.

Comme CNC est un organisme voué à la conservation de terres, nous sommes naturellement bien placés pour appuyer le droit à l’autodétermination et reconnaître les injustices historiques qui ont eu lieu, en transformant la façon dont l’acquisition des terres s’est traditionnellement déroulée en une démarche menée par les Autochtones et fondée sur le consentement et le développement de partenariats. C’est ce qui a lieu depuis de nombreuses années au sein de CNC, mais nous reconnaissons qu’il est véritablement nécessaire de faire passer cette question au premier plan quant à la manière dont nous abordons les projets de conservation, et ce, à un moment crucial pour l’avenir.

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain