facebook
Jillian Zielke, Delaney Schlemko et Loney Dickson, échantillonage de papillons de nuit, Alb. (Photo de Greg Pohl)

Jillian Zielke, Delaney Schlemko et Loney Dickson, échantillonage de papillons de nuit, Alb. (Photo de Greg Pohl)

Pleins feux sur la diversité des espèces de papillons de nuit

En Alberta, des lépidoptéristes échantillonnent des papillons de nuit sur des propriétés de CNC.
Papillon lune (Photo de Greg Pohl)

Papillon lune (Photo de Greg Pohl)

Les papillons de nuit ne sont peut-être pas aussi populaires que leurs cousins visibles le jour, mais ils sont diversifiés, écologiquement importants et magnifiques à leur façon.

C’est ce qu’affirme Greg Pohl, un entomologiste passionné par les papillons de nuit.

À première vue, beaucoup papillons de nuit semblent n’être que des « petites bestioles ternes », mais lorsqu’on les observe au microscope, tout un monde de beauté se révèle, explique M. Pohl, dont la connaissance et la passion pour ces espèces de petite taille n’ont cessé de croître au cours de la trentaine d’années qu’il a passées à les étudier.

Les papillons de nuit : la dernière frontière

Cet été, il s’est joint aux membres de l’Alberta Lepidopterists' Guild pour échantillonner des papillons de nuit sur une propriété de Conservation de la nature Canada (CNC) située dans le centre de la province. Ce travail en cours fait partie d’un projet bénévole visant à mieux comprendre la diversité au sein des papillons de nuit à travers l’Alberta, un monde qui demeure en grande partie inconnu.

L’échantillonnage d’insectes, comme les papillons de nuit, est une occasion d’explorer l’une des dernières frontières du monde naturel, affirme M. Pohl. « Il existe un très grand nombre d’espèces d’insectes, et beaucoup d’entre elles n’ont même pas encore été découvertes », dit-il.

Ainsi, chaque fois que l’équipe se rend sur le terrain, il y a de fortes chances qu’elle fasse une nouvelle découverte.

« Souvent, nous trouvons des choses dont on ignorait jusqu’alors l’existence en Alberta ou même au Canada », affirme M. Pohl.

Vers la lumière

La méthode d’échantillonnage des papillons de nuit est simple : on utilise des pièges lumineux, c’est-à-dire des récipients dotés d’une lumière ultraviolette (alimentée par une pile) que l’on active pendant la nuit. Les papillons de nuit, qui sont attirés par la lumière, tombent dans le récipient et y restent coincés.

Le lendemain, des chercheurs récupèrent les pièges et les spécimens qu’ils contiennent.

Le déploiement de ces pièges est devenu plus facile au fil des ans. En effet, auparavant, M. Pohl devait transporter une lourde batterie de motocyclette sur le terrain pour alimenter les lumières. Mais aujourd’hui, avec l’avènement des DEL à faible consommation d’énergie, des batteries plus légères suffisent.

Piège lumineux pour papillons de nuit (Photo de Greg Pohl)

Piège lumineux pour papillons de nuit (Photo de Greg Pohl)

Direction : le laboratoire!

Une fois collectés, les papillons de nuit sont transportés au laboratoire pour être triés et identifiés.

Certaines espèces peuvent être immédiatement identifiées, mais beaucoup nécessitent une inspection minutieuse au microscope, et même une analyse de leur ADN.

Le nombre d’espèces découvertes par les spécialistes est souvent impressionnant. « Il n’est pas rare de trouver environ 500 espèces sur une même propriété », selon M. Pohl.

Écaille du plantain (Photo de Greg Pohl)

Écaille du plantain (Photo de Greg Pohl)

Le patrimoine durable de chaque échantillon

Une fois identifiés, les spécimens sont ajoutés à une collection publique, destinée à appuyer de futures recherches et l’éducation.

« Ils y seront conservés pour toujours, dit-il. Parfois, les gens jettent un autre regard sur ces spécimens, et peuvent, 20 ou 50 ans plus tard, décider qu’une nouvelle espèce s’y dissimulait sans que nous l’ayons reconnue. »

Les informations relatives à chaque spécimen, y compris l’espèce et le lieu où il a été collecté, sont ajoutées à NatureServe, une base de données en ligne sur la biodiversité, et sont ainsi accessibles aux spécialistes de partout dans le monde. Ces données peuvent ensuite être utilisées pour mieux comprendre la chronologie et la distribution de chaque espèce, orienter la planification de la conservation et même aider à prévoir les impacts des changements climatiques.

Simple comme bonjour

Tout le monde peut aider à échantillonner des papillons de nuit et à combler les lacunes en matière d’information sur ces remarquables organismes.

Arctiide du Canada (Photo de Greg Pohl)

Arctiide du Canada (Photo de Greg Pohl)

« C’est aussi simple que d’actionner l’interrupteur de votre lumière extérieure et de découvrir les espèces que vous attirerez », explique M. Pohl, qui a recensé des centaines d’espèces grâce aux lumières de sa propre arrière-cour.

« Les informations collectées par le grand public à l’aide de plateformes scientifiques communautaires, comme iNaturalist, transforment le monde de l’entomologie. Il s’agit tout simplement d’une véritable révolution. Dans le cadre de mon travail, j'ai consulté des données dans iNaturalist et j’y ai trouvé de nouvelles observations provinciales et nationales d’espèces d’insectes. Ce sont des données très précieuses. »

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain