Troupeau de bisons, propriété Old Man on His Back, Sask. (Photo de Karol Dabbs)

Troupeau de bisons, propriété Old Man on His Back, Sask. (Photo de Karol Dabbs)

Rétablissement d’une harde de bisons | mashkode-bizhiki dans la Première Nation de Key en Saskatchewan

01 février 2022
Saskatchewan

 

Depuis plus d’un siècle, Parcs Canada et Conservation de la nature Canada (CNC) contribuent collectivement et de façon durable à la conservation de la faune, y compris au rétablissement d’espèces menacées, comme le bison des prairies. Le rétablissement d’espèces menacées à des communautés autochtones est une étape importante sur la voie de la réconciliation.

Aujourd’hui, l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, et Jennifer McKillop, vice-présidente pour la région de la Saskatchewan, Conservation de la nature Canada, ont annoncé que 40 bisons des prairies ont été transférés avec succès pour établir une nouvelle harde avec la Première Nation de Key relevant du Traité no 4. Il s’agit d’un moment historique pour la Première Nation de Key, une nation qui a travaillé en étroite collaboration avec Parcs Canada et Conservation de la nature Canada pour ramener ces animaux d’importance culturelle sur leurs terres traditionnelles.

Le bison est un symbole emblématique des prairies et, comptant à une époque des dizaines de millions d’individus, l’espèce a fait partie intégrante de l’existence des peuples autochtones. La quasi-extinction du bison, qui a culminée dans les années 1880 en raison de la chasse excessive, a entraîné une perte économique, spirituelle et culturelle pour les peuples autochtones des Prairies. Au total, 20 bisons des prairies du parc national des Prairies et 20 bisons de l’aire de conservation du patrimoine de la prairie Old Man on His Back de la Saskatchewan ont été transférés avec succès sur le territoire de la Première Nation de Key. Grâce à ce transfert d’animaux, la Première Nation de Key, Parcs Canada et CNC collaborent pour assurer la survie et le bien-être de ces animaux emblématiques et majestueux.

Le retour de mashkode-bizhiki à la Première Nation de Key fait progresser la conservation dirigée par les Autochtones d’une espèce menacée, notamment grâce au savoir écologique autochtone, à des partenariats entre des nations et des intervenants, ainsi que des possibilités culturelles et socioéconomiques accrues pour le peuple anishinaabe.

Citations

« Le rapatriement du bison est le véritable élément de revitalisation culturelle pour notre peuple anishinaabe, car il crée immédiatement l’unité et le sentiment d’appartenance au sein de la communauté chi-miigwech. »
- Christopher Gareau, conseiller de la Première Nation de Key

« Notre gouvernement a fait du soutien des efforts de conservation de la faune et du rétablissement des espèces menacées comme le bison, un engagement clé. Le bison des prairies est une espèce emblématique clé de la région des grandes plaines et on ne saurait trop insister sur son importance culturelle, économique et spirituelle pour la Première Nation de Key et d’autres peuples autochtones des Prairies. C’est un véritable honneur de contribuer à la survie et au bien-être de cet animal majestueux, ainsi que de restaurer ce patrimoine culturel essentiel des peuples autochtones des grandes plaines du Nord. »
- L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada

« La quasi-extinction du bison des prairies a été une perte dévastatrice pour les peuples autochtones des grandes plaines du Nord. Cette collaboration avec la Première Nation de Key First Nation afin de retourner le bison des prairies sur leur territoire est un bel exemple de collaboration entre Parcs Canada et les peuples autochtones ainsi que de la prise de mesures en vue de conserver le patrimoine naturel et culturel, et de faire connaître les histoires de cet animal majestueux. »
- L’honorable Marc Miller, ministre des Relations Couronne-Autochtones

« Les peuples autochtones de l’Amérique du Nord ont cohabité avec les bisons pendant des milliers d’années, et dans de nombreuses cultures autochtones, les bisons et les humains sont inextricablement liés. Les habitudes de broutage des bisons contribuent également à façonner la composition de la végétation, la fonction de l’écosystème et la structure des Prairies. Les partenariats avec les collectivités autochtones sont un élément essentiel du travail de CNC en tant qu’organisme de conservation des terres. Nous nous efforçons de faire en sorte que la collaboration avec les peuples autochtones fasse partie intégrante de notre travail de conservation. Nous sommes honorés de contribuer à l’établissement d’une harde de bisons des prairies pour la Première Nation de Key. »
- Jennifer McKillop, vice-présidente pour la région de la Saskatchewan, Conservation de la nature Canada

Les faits en bref

  • Le territoire de la Première Nation de Key fait partie du territoire visé par les dispositions du Traité no 4 (1874), situé à Norquay; il fait partie du district de Fort Pelly dans l’est de la Saskatchewan.
  • Au cours de la dernière décennie, le personnel du parc national des Prairies a travaillé en étroite collaboration avec les communautés autochtones qui ont demandé à recevoir des bisons pour ramener cet animal d’importance culturelle dans leurs pâturages traditionnels, tout en créant des possibilités culturelles ou socioéconomiques. Toute nation qui aimerait se prévaloir de cette possibilité est invitée à communiquer avec l’équipe du parc national des Prairies pour en savoir plus.
  • En 2003, un groupe de 50 bisonneaux des prairies ont été transférés du parc national Elk Island à l’aire de conservation Old Man on His Back, que les bisons des prairies parcouraient autrefois par milliers, mais d’où ils avaient presque disparu localement au début des années 1900. La harde permet aux visiteurs de l’aire de conservation Old Man on His Back d’observer en toute sécurité le bison des prairies dans son habitat naturel.
  • Dix autres bisons des plaines seront sélectionnés dans le parc national des Prairies et transférés à l’aire de conservation Old Man on His Back cet hiver pour compléter la harde. La collaboration avec les nations autochtones et les partenaires de conservation permet à la fois l’établissement de nouvelles hardes, tout en permettant la gestion des populations existantes pour maintenir des pâturages suffisants, ainsi que la protection des communautés végétales et des pâturages naturels pour les autres espèces.

Documents connexes

Document d’information de Parcs Canada : Établissement d’une harde de bisons des prairies pour la Première Nation de Key

Document d’information de Conservation de la nature Canada : Partenariat entre Conservation de la nature Canada et la Première Nation de Key

Liens connexes

En savoir plus
Trouvez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter : twitter.com/NCC_CNC | twitter.com/NCC_CNCMedia

- 30 -

Renseignements

Daphne May
Directrice des communications - Région de la Saskatchewan
Région de la Saskatchewan
Tél.: 306 715-2983

Pleins feux sur nos partenaires

Donnez aujourd'hui pour sauvegarder demain