Projets vedettes

  • Ranch Thunder Hill

    En 2004, le ranch Thunder Hill devient le premier projet de conservation de ranch en partenariat initié par CNC en Colombie-Britannique.
    Situé dans la vallée de la rivière Columbia, très importante sur le plan écologique, le ranch Thunder Hill abrite des forêts ouvertes de douglas de Menzies et de pins ponderosa, des prairies d'agropyres à épi, de koclarias accrêtés et de fétuques, ainsi que des milieux humides avec des étangs peu profonds et de petits ruisseaux.

    Ce territoire procure une aire d'hivernage essentielle aux wapitis, aux cerfs et aux mouflons d'Amérique. On y trouve également des blaireaux d’Amérique, une espèce en voie de disparition au pays, ainsi que d'autres espèces en péril tel le pic de Lewis. Plusieurs espèces à grand domaine vital, comme le grizzli, l'ours noir, le couguar et le loup, se déplacent dans le fond de la vallée.

    Le ranch Thunder Hill fait partie d'un territoire protégé de 30 kilomètres carrés autour du lac Columbia.

     

  • Réserve naturelle Chase Woods

    Abritant l'un des derniers exemples intacts des anciennes forêts côtières de sapin de Douglas, dominant jadis le sud-est de l'île de Vancouver, la propriété de Chase Woods est un important vestige d’un écosystème qui a été profondément touché par l’accroissement de l’activité humaine dans cette région de la Colombie-Britannique.

    La réserve naturelle Chase Woods, d'une superficie de 100 acres (40 hectares), se situe sur les flancs du mont Tzouhalem. Elle présente des falaises abruptes qui offrent des panoramas à couper le souffle sur la baie de Cowichan et sur la vallée du même nom.

    La réserve constitue une partie importante, tant sur les plans écologique que culturel, de la mosaïque de la vallée de Cowichan. S’élevant du niveau de la mer à près de 400 m, au sommet du mont Tzouhalem, le site constitue un microcosme qui abrite toute la diversité de la forêt côtière de sapins de Douglas, un habitat rare.

    Reliée à la Mount Tzuhalem Ecological Reserve (réserve naturelle du mont Tzuhalem) par les pentes boisées de Providence Farm et abritant la croix visible depuis l’autre côté de la vallée de Cowichan, Chase Woods est un joyau naturel déjà fort apprécié par les naturalistes, randonneurs, historiens et par une multitude de visiteurs de la région et d’ailleurs.

    David et Louise Chase

    David Chase et ses petits enfants, Chase et Woods (Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la famille)

    David Chase et ses petits enfants, Chase et Woods (Photo reproduite avec l'aimable autorisation de la famille)

    David et Louise Chase sont arrivés dans la vallée de Cowichan dans les années 1950 pour couper le bois d’une propriété qu’ils avaient acquise sans l’avoir jamais visitée. Une fois devant leur grande forêt de sapins de Douglas, leurs priorités ont changé. Le couple s’est installé sur place et ont consacré les 50 années suivantes à s’occuper de sa forêt bien-aimée et à en faire profiter ses amis. Après le décès de son épouse, David Chase a entretenu la propriété jusqu’à-ce que, à l’âge de 98 ans, il se mette à la recherche d’un remplaçant.

    « J’ai passé la moitié de ma vie active à l’entretenir comme un parc, avait-il dit à l’époque. Mais je n’ai plus l’énergie, alors le temps est venu que quelqu’un d’autre s’en occupe. »

    CNC a acquis la terre en 2009, réalisant le rêve de M. Chase d'y protéger les immenses arbres à long terme.

    Valeur écologique

    Les falaises de la réserve naturelle de Chase Woods, C.-B. (Photo de Tim Ennis/CNC)

    Les falaises de la réserve naturelle de Chase Woods, C.-B. (Photo de Tim Ennis/CNC)

    Habitat : Les anciennes forêts côtières de sapins de Douglas constituent l’un des écosystèmes les plus rares de la Colombie-Britannique et l’on considère qu’ils représentent la plus grande valeur du point de vue de la conservation. Le site de Chase Woods compte 100 acres (40 hectares) d’habitat côtier intact de sapin de Douglas et abrite une population plus que centenaire d’ifs de l’Ouest, de sapins de Douglas, de chênes de Garry, de pins lodgepole et d’arbousiers. La propriété présente une variété d’espèces et de types d’habitats rares, incluant une communauté végétale de chênes de Garry, une espèce menacée à l’échelle mondiale. De spectaculaires champs de blocs, des cavernes cachées et des falaises abruptes créent de la diversité structurelle et contribuent à la survie d’une multitude de petits mammifères, de chauve-souris et oiseaux de proie, incluant le faucon pèlerin, une espèce désignée par le COSEPAC.

    Eau : L’habitat riverain verdoyant du site abrite un grand nombre d’espèces d’amphibiens. Les zones humides sont reliées aux chenaux de marée de l’estuaire de la Cowichan, qui constitue un habitat important pour le saumon et la sauvagine. Les zones humides attirent également, en période de reproduction, de grandes concentrations de rainette du Pacifique ainsi que le Grand Héron du Pacifique et le raton-laveur.

    Connectivité des espaces naturels : La propriété de Chase Woods communique avec l’estuaire de la baie de Cowichan, en grande partie déjà protégé par d’autres organismes de conservation. Les pentes intactes de Providence Farm, juste à côté, permettent à des espèces rares de se déplacer entre la réserve naturelle du mont Tzouhalem et le site de Chase Woods. Tout près, la réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan, le projet vedette de CNC dans la vallée de Cowichan, abrite de nombreuses espèces rares et précieuses qui bénéficieront de l’augmentation de l’habitat protégé dans le secteur.

    Importance culturelle

    Le mont Tzouhalem est un endroit d’une grande importance culturelle pour les habitants de la vallée de Cowichan. Il porte le nom d’un chef des Premières Nations du 19e siècle réputé être un guerrier au caractère violent et imprévisible. Selon la légende, le chef Tzouhalem se serait retiré dans les cavernes sur la montagne avec ses nombreuses épouses, qu’il précipitait vers la mort du haut des falaises lorsqu’il s’en lassait. Encore aujourd’hui, les membres de la tribu Cowichan visitent certaines parties du mont Tzouhalem, dont le site de Chase Woods, pour des cérémonies et pratiques spirituelles spéciales.

    L’un des éléments distinctifs de la montagne est la croix géante qui se dresse sur les falaises du site de Chase Woods. Visible de l’autre côté de la vallée, cette croix blanche constitue un repère bien apprécié dans la région. Chaque année, des milliers de personnes sillonnent les sentiers de la réserve naturelle du mont Tzouhalem qui mènent à cette croix et au site de Chase Woods. Au bout de cette randonnée difficile, les randonneurs sont récompensés par la vue panoramique sur la baie de Cowichan et sur la vallée.

    À l’automne 2014, la croix a été renversée au cours d’une tempête de vent particulièrement violente. Regardez la remise en place de la croix sur son socle au-dessus de la vallée :

    Partenaires en conservation

    Nous souhaitons remercier les groupes et personnes suivants pour leur appui à la campagne visant à assurer la protection du site de Chase Woods : Cowichan Community Land Trust Kaatza Foundation, Lohn Foundation, le Gouvernement du Canada (par l’intermédiaire du Programme de conservation des zones naturelles), BC Trust for Public Lands, la Fondation TD des amis de l’environnement, la British Columbia Conservation Foundation, la Maple Bay Ratepayers Association, Laura Harris (don in memoriam), Sue Coleman, et de nombreux membres de la communauté de la vallée de Cowichan.

    Sites Internet d'intérêt (en anglais)

    Mount Tzuhalem Ecological Reserve

    Cowichan Community Land Trust

    British Columbia Conservation Foundation

     

  • Réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan

    La vallée de la rivière Cowichan est l'un des derniers sanctuaires bien conservés de l'écosystème menacé du chêne de Garry. Cet écosystème couvre aujourd'hui moins de 10 pour cent de sa surface d'origine dans le monde, et plus de 100 espèces en péril dépendent de cet habitat pour leur survie. La réserve naturelle de chênes de Garry de Cowichan est la propriété emblématique de Conservation de la nature Canada dans la vallée de la rivière Cowichan.

    Comme il ne reste que quelques parcelles de l'écosystème original de chênes de Garry, de nombreuses espèces qui dépendent des habitats de cet écosystème subissent elles aussi un déclin rapide. Les scientifiques s'efforcent de mieux comprendre ces habitats. Ils viennent de partout en Amérique du Nord sur le site de la réserve afin d'étudier dans ce laboratoire vivant.

     

  • Sanctuaire naturel Daphne Ogilvie, C.-B. (Photo de CNC)

    Sanctuaire naturel Daphne Ogilvie

    Le Sanctuaire de la nature Daphne Ogilvie était déjà un refuge sûr pour les espèces sauvages bien avant de faire partie des propriétés de CNC. Administré durant près de deux décennies par Daphne et Hugh Ogilvie, ce ranch de 480 acres (194 hectares) situé près de Clinton, sur le plateau Cariboo en Colombie-Britannique, attire une grande variété d'oiseaux, de mammifères et d'autres espèces animales.

    Après le décès de Hugh, à la fin des années 1980, Daphne a administré elle-même le ranch. En 2007, le ranch est devenu la propriété de CNC.

    L'espèce d'oiseau la plus importante observée sur la propriété est la grue du Canada, une espèce rare. Nous croyons qu'elle nichait ou qu'elle niche encore sur la propriété. Les parcelles de prairie sur la propriété abritent une grande diversité d'espèces.

     

  • Site Frog Bear

    L'aire de conservation Frog Bear, située à l'extrémité sud du lac Kootenay dans la vallée de Creston, est traversée par une population de grizzlys (espèce en péril), qui se déplace entre les chaînes de montagne Selkirk et Purcell. La vallée abrite également le seul site de reproduction, en Colombie-Britannique, de la grenouille léopard, une espèce en voie de disparition.

    Le site Frog Bear, formé de deux propriétés adjacentes à l'aire de gestion de la faune de la vallée de Creston, assure la protection de 306 acres (124 hectares) d'importants  habitats dans des milieux humides et des forêts. Le fond de la vallée forme un corridor qui permet aux espèces sauvages d'accéder au site Darkwoods, l'aire de conservation emblématique de Conservation de la nature Canada (CNC) dans la région de West Kootenay.

     

  • Site Rattlesnake Bluff

    D'une superficie de neuf acres (quatre hectares), cette petite propriété de grande valeur est située en face de l'atelier de carrosserie de Phil et Arlene Thiemer, à Kamloops, en Colombie-Britannique. Depuis plus de 40 ans, le couple avait observé une multitude d'espèces sauvages utiliser les falaises escarpées et les pentes recouvertes d'armoise pour nicher, se nourrir et se cacher de leurs prédateurs.

    Naturalistes passionnés, les Thiemer commencèrent à s'inquiéter du sort réservé à cette falaise lorsqu'une propriété similaire, située plus bas sur la route, a été dynamitée pour en extraire de la pierre. Ils décident alors de prendre les choses en main et achètent la propriété en 2006. Le site Rattlesnake Bluff devient, en 2009, une propriété protégée à perpétuité lorsque le couple en fait don à Conservation de la nature Canada.

     

  • Terrasses de Marion Creek

    Situées à l'ouest du lac Columbia, les terrasses de Marion Creek constituent une propriété de 504 acres (204 hectares) qui relie deux propriétés ayant un statut de conservation, elles-mêmes adjacentes à d'autres aires protégées.

    La conservation des terrasses de Marion Creek porte la surface protégée totale, le long de la rive ouest du lac, à plus de 7 400 acres (3 000 hectares).

    Les terrasses de Marion Creek sont représentatives du paysage du sillon des Rocheuses; on y trouve des prairies indigènes, des forêts ouvertes de douglas de Menzies, ainsi qu'un complexe de milieux humides composé de marais et d'habitats riverains. Contrairement à plusieurs milieux semblables dans le monde, la région abrite toujours une panoplie d’espèces carnivores indigènes comme l'ours et le couguar, et des ongulés tels le wapiti et le cerf.

     

  • Rivière Flathead, C.-B. (photo de CNC)

    Vallée de la rivière Flathead

    Chevauchant la frontière entre la Colombie-Britannique et l'État du Montana, à l'ombre du versant ouest des montagnes Rocheuses, la vallée de la rivière Flathead est l'une des régions sauvages les plus spectaculaires de l'Amérique du Nord. La partie britanno-colombienne de la vallée couvre presque 400 000 acres (160 000 hectares) de forêts, de rivières et de paysages montagneux. Cette vallée, qui n'abrite aucun établissement humain permanent, est l'un des milieux naturels les plus florissants de la planète.

    Désormais, grâce aux efforts concertés de nombreux groupes et des gouvernements des deux côtés de la frontière, un nouvel engagement quant à la conservation contribuera à la protection des paysages spectaculaires de la vallée de la rivière Flathead.

    Pour en savoir davantage >

     

Items 11 - 18 of 18  Previous12
fre-2015-ad-417x197